Navigation – Plan du site

Méta-analyse des sites archéologiques funéraires de Provence-Alpes-Côte-d’Azur : vers une meilleure gestion des collections et de la recherche anthropologiques régionales

Meta-analysis of archaeological funerary sites in the Provence-Alpes-Côte-d’Azur district: towards better management of the regional anthropological collections and research
D. Deverly
p. 209-237

Résumés

Confronté à la gestion raisonnée et à la mise en valeur de plusieurs centaines de sites et de collections anthropologiques en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, ce travail cherche à établir un état objectif des fouilles archéologiques autorisées par l’État ayant livré des vestiges humains, des collections ostéo-archéologiques afférentes et de leur bibliographie. Après avoir dressé un bilan rapide des sites archéologiques et des collections disponibles, cet article s’intéressera principalement aux publications et notamment celles des revues nationales et régionales d’archéologie et d’anthropologie. L’analyse est faite en fonction de seize revues choisies pour le dépouillement, des années de publication, de la datation et de la localisation géographique des sites funéraires régionaux étudiés et enfin de la place des contributions anthropologiques. Ces résultats sont ensuite comparés à des travaux similaires et aux archives biologiques disponibles.

Meta-analysis of archaeological funerary sites in the Provence-Alpes-Côte-d’Azur district: towards better management of the regional anthropological collections and research

Faced with the reasoned management and the development of hundreds of sites and anthropological collections in the Provence-Alpes-Côte-d’Azur district, the intention of this work is to establish an objective assessment of the archaeological sites which have produced human remains, the related osteo-archaeological collections and the related bibliography. After a brief summary of the archaeological sites and collections available, this article deals mainly with publications, in particular national and regional journals concerning archaeology and anthropology. The study is based on sixteen journals chosen for their analyses, the years of their publication, the date and geographical location of the regional funerary sites studied and finally of the place held by the anthropological contributions. These results are then compared with similar work and with the available biological archives.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION

1Depuis longtemps considérée comme l’une des régions les plus productives en matière de recherche archéologique, la Région PACA ne déroge pas au problème de gestion des collections archéologiques en général et anthropologiques tout particulièrement. Des lieux de stockage éloignés, inadaptés, des collections dispersées, perdues ou encore des sites archéologiques non ou mal répertoriés, tout ceci est chose connue et courante. Ce problème est une préoccupation nationale, tant pour les chercheurs que pour les autorités en charge du patrimoine, depuis nombre d’années. Il a nourri plusieurs débats, telles les Assises nationales de la conservation archéologique qui ont eu lieu à Bourges en novembre 1998, ou des réflexions comme l’article intitulé «Archéologie : pour en finir avec les dépôts fourre-tout » publié dans La Gazette des Communes en 2000.

2C’est dans ce contexte qu’est née la volonté de créer une ostéothèque régionale en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, pilotée par le Service Régional de l’Archéologie, les Universités de la région et le CNRS. Elle a essentiellement pour but de pallier les insuffisances constatées dans la conservation de ce patrimoine et de dynamiser son exploitation scientifique. Au regard de cette volonté conjointe des instances scientifiques et patrimoniales locales, il apparaissait indispensable de faire un bilan des données régionales disponibles. Une pré-enquête diligentée par le Ministère de la Culture ayant en effet montré le manque d’informations sur chaque collection, voire sur leur devenir après la fouille, il est apparu nécessaire d’approfondir ce travail à tous niveaux. C’est notamment l’objectif de la thèse de Doctorat intitulée Les collections et la recherche anthropologiques en région PACA, subventionnée par la Région PACA, que je prépare à l’UMR 6578 (Université de la Méditerranée, Aix-Marseille 2) en partenariat étroit avec le Service Régional de l’Archéologie DRAC-PACA. Cette thèse cherche à réaliser l’état des lieux des collections ostéoarchéologiques issues de sites archéologiques ayant fait l’objet de fouilles autorisées par l’État et de la recherche anthropologique afférente. Toutes les observations sont intégrées dans une base de données réalisée sous Access© dont le but est de dresser un bilan objectif de l’état et du potentiel des ensembles ostéoarchéologiques régionaux et, à terme, de permettre un meilleur accès aux données et aux collections.

3Cet article présente une partie des résultats de ma thèse, il a pour but de caractériser et d’analyser la production scientifique publiée exploitant les collections issues des fouilles archéologiques réalisées dans la région PACA. Dans un premier temps, est dressé un état des lieux des sites et des collections ostéoarchéologiques disponibles sur la région. Puis sera analysée la production scientifique dépouillée dans seize revues nationales et régionales. Enfin, toutes ces informations seront confrontées afin de dresser un bilan objectif de la recherche anthropologique régionale.

  • 1  « Ensemble cohérent de vestiges présentant une unité chronologique et/ou fonctionnelle sur un espa (...)
  • 2  « Gisement inséré dans un certain paysage, et que l’on considère dans ce qu’il a d’unique ». L’emp (...)

4La collection ostéoarchéologique est définie comme étant l’ensemble des ossements humains issus d’une entité archéologique1, si celle-ci peut être isolée avec certitude, ou d’un site archéologique2le cas échéant.

ACQUISITION DES DONNÉES ISSUES DES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES : SITES ET COLLECTIONS

5Avant de présenter la production scientifique, il nous a paru important de rappeler les principales caractéristiques des gisements funéraires de la région PACA, en fonction des périodes archéologiques, et la localisation des séries ostéoarchéologiques afin de créer un référentiel de comparaison entre ce qui est disponible et ce qui a été publié.

  • 3  Carte archéologique nationale du Ministère de la Culture et de la Communication.

6Le récolement a débuté par une requête « funéraire » lancée sur la base Patriarche3qui a fourni 2510 entités archéologiques (tabl. 1). La base Patriarche s’avère très complète du point de vue chronologique mais les lacunes, les erreurs et l’absence d’entrée propre sur la présence d’ossements humains, empêchent toute utilisation fiable pour notre objectif, le recensement des opérations archéologiques à l’origine de collections anthropologiques étant notoirement lacunaire. C’est ainsi que la requête « funéraire » extrait à la fois les nécropoles, grottes sépulcrales… mais aussi les épitaphes, les restaurations des églises par les Monuments Historiques ou des sépultures d’animaux. Dans cette perspective, seule l’enquête bibliographique est à même d’apporter les informations chronologiques, quantitatives et qualitatives nécessaires à une approche globale. Après vérification, nous avons ainsi retenu 577 entités archéologiques « avérées » sur les 2510 contenues dans la base de la carte archéologique nationale.

Tabl. I -Nombre d’entités archéologiques régionales par période chronologique.
Table I—Number of regional archaeological entities by chronological period.

Agrandir

7Avant de présenter la répartition des gisements archéologiques en fonction de leur chronologie, il est nécessaire de préciser que certaines entités peuvent se rapporter à plusieurs époques du fait d’une occupation continue ou peu précise (Antiquité à époque moderne) et, de ce fait, le total d’entités inscrit dans le tableau I est supérieur à 577 et à 2510. D’après le tableau I, les périodes les plus représentées en PACA sont sans conteste l’Antiquité et le Moyen Âge (plus de 30 % des entités), puis viennent le Néolithique (15 % des entités) et enfin l’âge du Bronze, l’âge du Fer et les époques moderne et contemporaine (moins de 10 %). Nous pouvons remarquer que les valeurs de la base Patriarche et des sites avérés sont généralement proportionnellement proches, sauf pour l’Antiquité pour laquelle le pourcentage est plus faible pour les sites avérés (beaucoup de découvertes anciennes où seul le mobilier a été conservé et nombreuses recherches thématiques en rapport avec la Carte Archéologique de la Gaule) et pour le Moyen Âge pour lequel le pourcentage est plus élevé (les églises étant toujours en élévation, il est facile de trouver le cimetière attenant).

8Dans un deuxième temps, nous avons cherché à savoir où se trouvaient ces collections ostéo-archéologiques et quel était leur état. Les 24 lieux de stockage où nous avons pour le moment des données sont très variés (tabl. II). A ces lieux il faut ajouter tous ceux qu’il reste à traiter et qui ne possèdent pas d’inventaire comme certains dépôts SRA (Entremont, Riez...), des Musées (Gap, Musée Calvet à Avignon-84, Muséum de Marseille-13) et ceux qui sont découverts au fil de notre enquête : musée municipal non conventionné, particulier, fouilleur, dépôt extra-régional.

9Ces 24 lieux de stockage hébergent 528 séries ostéo-archéologiques de manière très inégale : deux dépôts ont plus de 100 séries, deux entre 50 et 100, huit entre 10 et 50, les douze derniers en ont moins de 10. Sur ces 528 séries, 49 sont éparpillées dans plusieurs lieux dont 39 rattachées au Néolithique – âge du Bronze ; l’une d’elles a été déposée dans quatre endroits différents, cinq dans trois et quarante-six dans deux. Sur ces 528 séries, seulement la moitié (290) correspond à une entité enregistrée et identifiée dans la base Patriarche, 220 étant des entités avérées. À ceci nous pouvons ajouter 14 séries qui n’existent plus : réinhumation, vol, destruction. Pour l’instant nous pouvons conclure que seulement 38,5 % (220 sur 577) des séries ostéo-archéologiques de la région PACA sont localisées et identifiées avec certitude. Certes la base Patriarche donne un lieu de stockage pour chaque entité, mais il s’est avéré que cette information était la plupart du temps fausse car elle a été consignée lors de la création du site (donc avant dépôt définitif) et n’a pas été mise à jour ensuite, lors des différents déménagements.

10D’après ce premier bilan nous pouvons observer que 23 % des sites funéraires régionaux enregistrés dans la base Patriarche du Ministère de la Culture sont des sites avérés et que seuls 38 % des sites avérés ont leur collection ostéoarchéologique localisée avec certitude pour le moment. C’est à partir de cette base que vont être présentés les résultats relatifs aux données issues du dépouillement bibliographique.

Tabl. II - Récapitulatif des différents lieux de stockage, de leur statut, du nombre de collections et du type de collections hébergées.
Table II—Summary of the various places of storage, their status, the number of collections and the type of stored collections.

Agrandir

ANALYSE DES DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES HORS PÉRIODIQUES NATIONAUX ET RÉGIONAUX

11Dans cette partie ont été regroupés les renseignements issus de supports à diffusion restreinte (rapports de fouille, travaux universitaires) et de publications (monographiques, collectives, thématiques ou revues étrangères). Les publications issues du dépouillement des périodiques nationaux ont fait l’objet d’un traitement particulier afin de pouvoir les comparer à d’autres travaux.

12Les thèses, monographies, ouvrages collectifs et thématiques et publications étrangères regroupent au total 108 contributions dont 39 portent sur plusieurs sites archéologiques. Les 69 publications restantes concernent 53 entités : 44 n’ont été publiées qu’une seule fois, 5 deux fois, 2 trois fois (Bau de l’Aubesier, Monieux-84 et les Boileau, Sarrians-84), une quatre fois (Costebelle, Hyères-83) et la dernière cinq fois (rue Jean-François Leca, Marseille-13). Parmi ces 53 entités, seules 36 ont été publiées avec une contribution anthropologique. Nous avons donc la moitié de ces travaux qui portent sur un site et qui contiennent une contribution anthropologique.

Les Documents Finaux de Synthèse (DFS)

13Ces supports sont très nombreux et ne sont pas l’objet principal de cet article ; nous nous bornerons donc à un bilan rapide. À la fin de chaque opération archéologique, le responsable scientifique est tenu de remettre au Service Régional de l’Archéologie un document final de synthèse et, pour les fouilles préventives, l’ensemble de la documentation archéo-logique, c’est-à-dire les documents écrits, graphiques et photographiques. Ces documents sont réalisés peu de temps après la fouille et, de ce fait, les études spécifiques ne sont pas forcément intégrées.

14862 DFS ont été dépouillés et enregistrés dans notre base de données. 737 correspondent à des rapports de fouille, 15 sont des rapports d’étude anthropologique, les derniers sont des rapports de prospection/inventaire. Ces rapports regroupent un ensemble de 431 entités archéologiques dont 390 sont avérées. Ce qui signifie que 70 % des entités avérées ont au moins un rapport de fouille déposé au SRA. Parmi les 737 rapports de fouille, 193 contiennent un catalogue des sépultures ou des individus, 111 des informations d’anthropologie biologique. Par ailleurs, de nombreux rapports n’ont pas été rendus, ont disparu, ont fait l’objet d’un pillage photographique ou sont réduits à de mauvaises photocopies.

La documentation universitaire

15À l’heure actuelle, la majorité des collections arrivant dans les structures universitaires et/ou de recherche sont étudiées dans le cadre des mémoires de diplôme universitaire (Maîtrise, DEA, Master ou Doctorat). Si cette pratique permet indiscutablement de traiter un nombre significatif de séries, elle présente des limites en matière d’accès aux données. En effet, les mémoires réalisés par les étudiants en Maîtrise, DEA ou Master constituent une copie d’examen et ne peuvent être diffusés. S’il n’y a pas de publication de ces recherches ou d’intégration de ces résultats dans le Document Final de Synthèse, il est donc difficile d’en avoir connaissance. C’est pour cette raison que nous avons fait le choix, tout du moins pour l’instant, de ne pas tenir compte de ces mémoires universitaires dans notre travail. Certains d’entre eux sont cependant déposés au SRA. Il existe par ailleurs quelques thèses constituant des études anthropologiques monographiques sur de grandes collections régionales (voir liste bibliographique).

Monographies

16Les ouvrages monographiques de sites comprenant données archéologiques et anthropologiques sont rares, nous pouvons citer : « Les Abris de Saint-Mitre » (Calvet 1969) qui constitue la première monographie de site ou « Le prieuré de Ganagobie » (Fixot et al. 1996) qui n’a livré que quatre pages sur 263 traitant d’anthropologie. Les Documents d’Archéologie Vauclusienne ont publié deux monographies complètes de site (Carru et al. 1991 ; Paccard 1993). La collection Études Massaliètes publie les travaux issus de fouilles à Marseille comme la monographie de la nécropole de Sainte-Barbe (Moliner et al. 2003), fouille INRAP représentant l’aboutissement de la collaboration entre archéologues et anthropologues avec une intégration parfaite des deux disciplines. Nous avons analysé les Documents d’Archéologie Française qui existent depuis 1985 et qui en sont à leur 94e tome. Ces publications archéologiques peuvent être soit des monographies de sites soit des ouvrages thématiques. Le dépouillement n’a révélé qu’un seul tome se rapportant à la monographie d’un site funéraire régional (Bouiron 2001). Enfin, la monographie du cimetière des Fédons (Lambesc-13) (Bizot et al. 2005) constitue la première publication monographique consacrée à un site funéraire régional d’époque moderne.

Ouvrages collectifs et thématiques

17Certains ouvrages, faisant suite à des Programmes Collectifs de Recherche, offrent de courtes monographies de sites et nous aident à mieux cerner les principales thématiques de recherche en cours sur le territoire (Delta du Rhône, TGV Méditerranée…). Ces monographies de sites intégrent totalement les données archéologiques et anthropologiques et apportent l’ensemble des illustrations permettant de comprendre et de visualiser les méthodes de fouille et de recherche. Ces publications visent essentiellement la communauté archéologique et, de ce fait, manquent de références aux méthodes anthropologiques utilisées. D’autres ouvrages sont des synthèses sur une période donnée (Vaucluse Préhistorique ; La France des dolmens et des sépultures collectives ; le Temps des Gaulois en Provence...), ils permettent au lecteur de comprendre l’occupation du territoire et font un point quasi exhaustif sur les fouilles même anciennes qui y ont été réalisées. Ils regroupent des bibliographies très complètes incluant les études anthropologiques consacrées aux sites en question mais l’anthropologie biologique occupe une faible place dans le texte.

18Quelques ouvrages sont spécifiques à l’anthro-pologie. Le compte rendu du GALF de Marseille 2001 présente huit études anthropo-biologiques réalisées au sein de l’UMR 6578 sur des séries régionales. Le deuxième Anténéandertaliens et Néandertaliens du bassin méditerranéen occidental européen est la publication de la thèse de M.A. de Lumley (1973). Cette thèse fait état de toutes les découvertes avant 1973 de restes de Néandertaliens, et est à quelques découvertes près (Bau de l’Aubesier, Monieux-84 et grotte du Lazaret, Nice-06) toujours d’actualité. Le troisième est aussi la publication d’une thèse qui s’est intéressée aux sépultures collectives (Chambon 1999, 2003). Elle présente diverses études portant sur des collections nationales datées du Néolithique final dont l’hypogée des Crottes (Roaix-84). Le dernier expose exclusivement l’étude paléo-pathologique de quatre grandes séries du Moyen Âge (Mafart 1983).

Publications étrangères

19Nous avons dépouillé partiellement deux revues étrangères à partir de l’année 1996 : International Journal of Osteoarchaeology et American Journal of Physical Anthropology. Dans ces revues, nous n’avons retrouvé que trois articles : deux dans International Journal of Osteoarchaeology qui sont des études de cas paléopathologiques (Devriendt et al. 2004 ; Mafart et al. 2004) et un article dans American Journal of Physical Anthropology qui porte sur une étude dentaire de plusieurs sites du Moyen Âge (Aubry et al. 2004).

20Dans notre dépouillement systématique des revues nationales, nous avons retrouvé dans la bibliographie des articles d’autres références provenant d’autres revues étrangères. Celles-ci portent sur des découvertes exceptionnelles comme la mandibule néandertalienne du Bau de l’Aubesier à Monieux-84 (Lebel, Trinkaus 2000, 2002), des traces de cannibalisme au Néolithique à Fontbrégoua (Salernes-84) (Villa et al. 1986), l’étude de la conservation des os humains dans l’eau de mer (épaves du Bataiguier et Camp-Long, Ile-sainte-Marguerite-06 (Arnaud, Arnaud 1978). Ce dernier article est le seul à notre connaissance à analyser à la fois des problèmes taphonomiques et à porter sur des ossements issus de fouilles sous-marines. Une publication ne traite pas spécifiquement d’anthropologie biologique, mais est intimement liée à ses conclusions, elle a été publiée dans une revue de biologie moléculaire et annonce la mise en évidence de Yersinia pestis (Drancourt et al. 1998). Une grande contribution paléodémographique analysant deux sites de sépultures de catastrophe de peste a été publiée dans la revue Population (Signoli et al. 2002).

LES PÉRIODIQUES NATIONAUX ET RÉGIONAUX

21Afin d’analyser les publications dans les périodiques, nous avons dépouillé seize revues françaises de portée nationale ou régionale (tabl. III).

Tabl. III - Liste et particularités des seize revues faisant l’objet du dépouillement.
Table III—List and characteristics of the sixteen journals which are the subject of the examination.

Agrandir
  • 4  La revue Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie a été éditée de 1952 à 1977 et a été repu (...)
  • 5  1 Revue éditée par le Laboratoire d’anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée oc (...)

22Ces revues peuvent être séparées en trois grands groupes : celles spécialisées en anthropologie (L’Anthropologie ; Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris ; Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco ; Paleobios), celles qui constituent des revues nationales d’archéologie et de Préhistoire (Archéopages ; Gallia ; Gallia Préhistoire ; Cahiers Ligures4; Bulletin de la Société Préhistorique Française) et celles qui sont des revues interrégionales et régionales d’archéologie (Archéologie médiévale ; Archéologie du Midi-Médiéval ; Bulletin Archéologique de Provence ; Documents d’Archéologie Méridionale ; Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes ; Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes5; Revue Archéologique de Narbonnaise). Les articles provenant des chroniques archéologiques pour Archéologie Médiévale et des informations archéologiques pour Gallia et Gallia Préhistoire n’ont pas été répertoriés car ils se réduisent le plus souvent à quelques notes de seconde main sur les découvertes de l’année.

23Lors de l’analyse de ces revues, trois problèmes se sont très rapidement posés à nous : quelles étaient les problématiques scientifiques développées dans ces articles ? Quels sont les sites archéologiques sources de ces travaux ? Quelle partie de la collection a été étudiée ? Il nous a ainsi été difficile – voire impossible – dans certains cas d’identifier les sites archéologiques sources de ces travaux : quand le nom du site est inscrit, celui-ci n’est pas forcément suivi du lieu (département, commune) et, par exemple, le toponyme « Saint-Martin » correspond à une trentaine de sites en PACA. Dans d’autres cas, le nom du site a pu être rebaptisé par habitude, anecdotes ou méconnaissance et il s’ensuit un travail de détective pour identifier la collection source. Enfin, dans le cas d’études spécialisées, il y a le plus souvent sélection d’une partie de la collection en fonction de la conservation, des caractéristiques paléodémographiques ou encore de la typologie ou chronologie des tombes sans que les données générales de la collection soient mentionnées.

Approche quantitative

Nombre d’articles par revue et répartition des publications par décennie

24Afin d’avoir une vue d’ensemble de notre étude, nous avons comparé le nombre d’articles publiés dans les revues étudiées pour connaître celles où les publications se font préférentiellement et visualiser l’évolution des publications en fonction du temps. Sur les seize revues dépouillées, nous avons répertorié 142 articles en rapport avec des sites archéologiques funéraires situés en région PACA (tabl. IV), aucun n’a été publié avant les années 1950. Ils peuvent être séparés en deux groupes : articles portant sur des sites non identifiés (9), articles portant sur plusieurs sites (18) et articles portant sur un seul site (115 parmi lesquels 2 sites ont été publiés trois fois, 19 deux fois et 71 une seule fois ; ce qui fait 92 entités pour 115 articles).

25La revue Archéopages n’apparaîtra pas dans les tableaux suivants car elle n’a livré aucun article portant sur des sites archéologiques régionaux ayant livré des vestiges humains. Les articles traitant de sites funéraires de la région PACA sont préférentiellement publiés dans les revues anthropologiques (BMSAP et Bulletin-Monaco) et dans les revues archéologiques : DAM, BAP et IPAAM.

Quelle revue ? Quel site ?

26Le but de cette analyse est de savoir s’il existe une répartition particulière des publications en fonction de l’origine géographique et de la période chronologique de l’entité étudiée.

27À l’issue de ce dépouillement, il apparaît que 75 % des publications concernent trois départements de la région PACA : Alpes-maritimes, Bouches-du-Rhône et Var. Le nombre de publications par département est sensiblement proportionnel au nombre de sites ayant livré des vestiges humains, sauf pour les Alpes-Maritimes qui ont un nombre de publications presque équivalent à celui du Var ou des Bouches-du-Rhône alors que ces deux départements ont livré deux fois plus de sites archéologiques (tabl. V). Ceci peut s’expliquer par la présence dans notre dépouillement de deux revues départementales importantes (Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco et Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes) alors que les autres départements n’en possèdent pas, ou que celles-ci n’ont pu être dépouillées.

Tabl. IV - Répartition des publications par décennie dans les seize revues dépouillées.En gris : années où la revue n’a pas été publiée.
Table IV—Distribution of the publications by decade in the sixteen journals examined.In grey: years when the journal was not published.

Agrandir

28En comparant la répartition chronologique des publications (tabl. V) avec celle des sites régionaux (tabl. I), nous constatons que le Moyen Âge, qui est une période très représentée en PACA, est peu représentée dans les publications (30 % des sites archéologiques et 15 % des publications), de même pour l’Antiquité (30 % des sites et 25 % des publications). A contrario, la Préhistoire est très fortement représentée (11 % des sites et 38 % des publications). La répartition des publications en fonction de la période chronologique des sites étudiés est en accord avec le titre ou la vocation de chaque revue.

29Le pourcentage des articles avec contribution anthropologique est sensiblement constant en fonction des périodes chronologiques. Il oscille entre 60 % et 100 % avec une petite préférence pour les périodes anciennes, moderne et contemporaine. L’intérêt pour les périodes moderne et contemporaine est très tardif, les sites concernés sont tous issus de fouilles réalisées dans les quinze dernières années.

30Si nous nous intéressons à la répartition chrono-géographique des publications (tabl. V), nous observons que les articles traitant de sites préhistoriques proviennent surtout des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse ; très peu ont été publiés sur le Var dans ces revues alors que ce département a livré de nombreuses entités. Ceci peut s’expliquer par l’existence de revues axées sur les Alpes-Maritimes mais aussi par la présence du Musée d’Anthropologie de Monaco qui associe des chercheurs travaillant sur ces thématiques au niveau départemental. Le Vaucluse, quant à lui, est représenté par deux sites abondamment publiés (Bau de l’Aubesier à Monieux ; hypogée de Roaix). En ce qui concerne le Moyen Âge, aucune publication issue de sites du Vaucluse n’a été identifiée dans les seize revues dépouillées, or ce département a livré une quarantaine d’entités rattachées à cette période. Ceci peut s’expliquer par le fait que certaines entités ont plutôt fait l’objet de monographies (le Colombier à Vaison-la-Romaine), ont été publiées dans d’autres revues ou n’ont pas été publiées. Les autres périodes sont en accord avec les données régionales. Le Var est le département où la proportion d’articles avec contributions anthropologiques est la plus importante, ce qui peut s’expliquer par la présence quasi constante des anthropologues dans ce département (laboratoire d’anthropologie de Draguignan et Centre Archéologique du Var) et par le fait que les trois quarts des articles ont été publiés dans les vingt dernières années.

Tabl. V -Répartition chrono-géographique des publications dans les seize revues dépouillées.
Table V—Chrono-geographical distribution of the publications in the sixteen journals examined.

Agrandir

Place des contributions anthropologiques

31Les articles avec contribution anthropologique constituent 65,5 % des publications retenues dans notre étude. Ils se retrouvent principalement dans huit des seize revues dépouillées. Hormis les revues anthropologiques, ce type d’article est surtout publié dans les revues archéologiques régionales (DAM, RAN, BAP) et dans Gallia Préhistoire. Le pourcentage d’articles où Archéologie et Anthropologie sont traitées simultanément est faible (15 %) et si l’on omet les sept articles monographiques (études de L. Barral entre 1950 et 1970) du Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco, il ne reste plus que 11 % d’articles dispersés dans les autres revues. Ceci montre que les contributions anthropologiques restent principalement annexées aux données archéologiques dans les revues dépouillées et pour les sites funéraires régionaux. Seul le Bulletin Archéologique de Provence publie de nombreuses monographies régionales où les deux disciplines sont intégrées ; les articles non monographiques qui y sont publiés contiennent le plus souvent des contributions anthropologiques.

32Concernant le type de matériel étudié, il apparaît que 74 % des publications analysent des ossements non brûlés issus de sépultures collectives, nécropoles, cimetières ou encore de sépultures isolées. Dans le cas où des articles traitent de sites ayant livré à la fois inhumations et crémations (10,8 %), quatre articles ont traité à la fois les crémations et les inhumations, un article s’est limité à l’étude de certaines crémations, les trois derniers n’ont étudié que les inhumations. Sur les douze articles traitant d’ossements brûlés, six, dont un seul publie des données issues de la fouille d’urnes cinéraires, tiennent lieu de monographie de site.

33Nous avons essayé d’analyser le contenu des contributions anthropologiques en fonction des thématiques abordées : métrique, paléopathologie, paléodémographie et étude thématique, mais le faible nombre d’articles fait que peu de conclusions s’en dégagent. La majorité des contributions concerne des études générales portant sur un site ; 18 % des articles se limitent à citer les données âge/sexe des individus (publiées essentiellement dans les revues archéologiques). 39 % des contributions, dont seules 5 sur 36 portent sur des sites historiques, comportent des données biométriques (stature ; publiées à partir de 1990). Les autres sont des études de biométrie crânienne appliquées à des populations préhistoriques et publiées avant 1990, où les données sont intégrées sous forme de grands tableaux de mesures par type d’os.

34De tout temps, la paléopathologie a tenu une place privilégiée au sein des études anthropologiques au niveau régional (27 % des contributions) et la rythmicité des publications est constante en fonction des décennies. Seuls neuf articles intègrent une étude paléopathologique générale associée à une étude monographique de site. Plus d’un quart des études se limite à une étude de cas surtout publiée dans les revues anthropologiques. Enfin deux études publiées dans les Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris sont des études paléopathologiques comparatives portant sur une période chronologique (Palfi 1997) ou sur une maladie (Boccone et al. 2004).

35Bien que toute étude traitant de l’âge et du sexe puisse se rattacher à la paléodémographie, nous avons préféré séparer les travaux se limitant à citer les résultats et ceux interprétatifs. L’analyse paléodémographique demande une bonne conservation et une bonne représentation des sujets et un nombre d’individus minimum important dans chacune des classes d’âge et de sexe ; les collections répondant à ces critères sont rares. Sur ce postulat, il est donc normal de retrouver moins d’une dizaine d’articles présentant ce type de données (Blaizot et al. 2001 ; Buchet, Séguy 2003).

36Il nous a paru important de vérifier si les articles explicitaient clairement les méthodes utilisées entre autres pour l’estimation de l’âge et du sexe et les portaient en référence dans la bibliographie annexée car, sans cette information, aucune étude comparative n’est possible. Au final, seuls 15 articles sur les 142 retenus présentent la bibliographie de la méthodologie. Ce qui fait que seuls 16 % des articles avec contribution anthropologique contiennent les références de la méthodologie utilisée.

37Les études thématiques sont peu nombreuses. Elles peuvent être rattachées à une thématique archéo-logique (étude des restes osseux issus d’urnes cinéraires où des vestiges de lits funéraires ont été retrouvés), structurale (étude des nécropoles tumulaires des Hautes-Alpes, étude des crânes trophées retrouvés dans les oppidums), chrono-territoriale (Antiquité tardive dans la moyenne vallée du Rhône) ou encore à des critères paléodémographiques (quatre articles ne sont axés que sur des périnatals). Très peu d’études regroupant plusieurs collections ont été sélectionnées car elles ne présentent pas de manière suffisamment claire l’identité de ces séries, ceci concerne surtout des études ayant servi à la mise au point de méthodes où sont souvent présentés l’intérêt et les résultats mais pas forcément la source d’étude.

38En résumé, la majorité des études anthropologiques porte sur des ossements non brûlés issus de sites préhistoriques. Elles sont publiées dans les revues anthropologiques sous forme d’études thématiques ou dans les revues archéologiques régionales. Les revues archéologiques sont les plus informatives avec la présence de nombreuses références au contexte mais les études anthropologiques sont généralement plus succinctes. La spécialisation des travaux publiés dans les revues anthropologiques fait que les données sur les sites et collections sources de l’étude sont le plus souvent réduites à une référence bibliographique, lorsque ces travaux ont été publiés. Les références aux méthodologies utilisées sont la plupart du temps absentes (18 % des contributions anthropologiques les contiennent) de la bibliographie, ce qui pose de nombreux problèmes pour la comparaison et l’interprétation des données pour le lecteur. En conclusion, très peu de travaux intègrent à la fois des données archéologiques et anthropologiques de fond où sont conjointement abordés des problèmes de taphonomie, de chronologie, de recrutement et des données populationnelles (paléodémographie, paléopathologie...).

Comparaison avec des études nationales

39Dans notre approche régionale, nous avons aussi cherché à savoir si ces particularités étaient seulement locales ou nationales. Il est apparu que très peu de travaux ont été réalisés sur les publications scientifiques.

40Concernant les revues d’archéologie, nous nous sommes basée sur une analyse globale des revues interrégionales d’archéologie publiées entre 1991 et 1996 (Aubin 1996). D’après ce rapport, les régions méridionales (PACA, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes) disposent de trois revues (DAM, RAN et AMM) que nous avons dépouillées exhaustivement. Dans cet article, l’auteur a analysé ces périodiques en fonction des régions, des départements et des chronologies abordées. Ainsi, les Documents d’Archéologie Méridionale vont se caractériser par des articles portant sur des sites datés de l’âge du Bronze à l’âge du Fer pour 79 % et situés préférentiellement en Languedoc (48 %) et PACA (40,1 %). Dans notre analyse, nous retrouvons que PACA et l’âge du Bronze et du Fer y sont représentés (trois articles sur dix) mais aussi l’Antiquité (quatre sur dix). La Revue Archéologique de Narbonnaise porte sur la période de l’Antiquité classique (68,4 %) en PACA (44 %) et Languedoc (27,6 %), ce qui est en accord avec notre étude. Enfin Archéologie du Midi Médiéval est axée spécifiquement sur le Moyen Âge surtout languedocien (61,7 %), c’est pourquoi il n’est pas étonnant de n’y trouver qu’un article ayant trait à des sites funéraires régionaux. Ce travail, le seul connu pour les revues archéologiques, permet de comprendre que le déficit de publications n’est pas propre aux thèmes retenus dans notre enquête mais relève soit de choix éditoriaux, soit de la prééminence de certaines problématiques ou époques dans la recherche archéologique régionale. Si des inégalités entre départements de la région y ont été pointées pour l’archéologie – le département des Bouches du Rhône a fourni à la Revue Archéologique de Narbonnaise 464 pages en cinq ans soit autant que tout le Languedoc (467 p.) – ce constat ne vaut pas pour l’anthropologie car les pages attribuables aux Bouches-du-Rhône ne sont pas plus nombreuses que celles consacrées aux autres départements régionaux pour cette revue. Au vu de ces informations, il ne paraît pas inintéressant d’examiner si les pratiques de la région PACA se distinguent de celles constatées en France.

41En relation avec l’anthropologie, seul le travail de M. Bouali sur « la place de l’anthropologie historique dans cinq grandes revues anthropologiques » nous a semblé devoir être retenu (Bouali 1988). L’article porte sur le dépouillement de revues purement anthro-pologiques en observant d’abord la place de l’anthropologie du vivant par rapport à celle du squelette, puis le pourcentage des études portant sur les populations actuelles, historiques, protohistoriques et préhistoriques. Parmi les cinq revues visitées, nous ne retiendrons ici que Les Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris car le dépouillement de la revue L’Anthropologie n’a livré que quatre articles, notre analyse de la revue American Journal of Physical Anthropology n’a été réalisée qu’à partir de l’année 1996 et, enfin, les autres revues (Archives Suisses d’Anthropologie Générale et Anthropologischer Anzeiger) ne nous ont pas semblé pertinentes pour des sites issus de la région PACA. D’après l’auteur, les Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris publient de manière presque homogène des sujets portant sur l’anthropologie du squelette et sur l’anthropologie du vivant. Sur le nombre de pages publiées, la place de la Préhistoire (7 %) est prédominante sur celles de la Protohistoire (4 %) et de l’Histoire (4 %), mais la plus grosse part va à la rubrique « anthropologie des populations actuelles » (29 %). L’auteur mentionne que la préférence pour les périodes préhistoriques se retrouve dans toutes les revues et il l’explique « par le fait qu’en France la Préhistoire est un domaine exploré depuis longtemps et donc mieux structuré » et par « l’attrait que suscite au public la lecture d’études portant sur les origines de l’Homme ». La part importante d’articles d’anthropologie préhistorique dans notre étude va bien dans le même sens.

PUBLICATIONS ET COLLECTIONS

42Il est impossible de parler de publication sans aborder le matériel d’étude à savoir : la collection ostéo-archéologique. Parmi les 251 références bibliographiques fournies par le dépouillement des thèses, ouvrages monographiques, thématiques et collectifs, des publications étrangères et des seize revues, nous nous sommes intéressée à celles contenant une contribution anthropologique (157 références : 62,5 %), publiant les données d’une seule entité (131 références pour 91 entités) et dont la collection est localisée (91 références pour 62 entités). Nous disposons ainsi de 62 entités sur 577 ayant fait l’objet de fouilles autorisées et ayant livré des vestiges humains, qui ont été publiées dans les archives dépouillées et dont la collection anthropologique est localisée avec certitude, c’est-à-dire 10,7 % des entités disponibles dont 7,6 % ont été publiées au moins une fois dans les seize revues.

43Le tableau VI présente la répartition des 62 entités sélectionnées en fonction de leur nombre de sépultures, d’individus et de leur datation. Afin d’illustrer ce tableau, nous allons présenter par ordre chronologique une vingtaine de sites funéraires régionaux clés publiés et dont les collections anthropologiques sont documentées et localisées. Le plus ancien site est le gisement du Bau de l’Aubesier (Monieux-84), il a livré des restes de Néandertaliens (de Lumley 1973 ; Trinkaus et al. 2000 ; Lebel, Trinkaus 2001, 2002). Les découvertes anciennes se résument à deux dents et celles mises au jour en 2000 concernent des dents isolées pour l’essentiel et une hémi-mandibule droite pathologique. Ces restes ont été datés par ESR à environ -200 000 ans pour la mandibule et entre -120 000 et -90 000 ans pour les dents. Seuls les restes découverts récemment sont localisés.

44Le seul site qui pourrait être daté du Mésolithique est l’Abri du Rastel (Peillon-06). Cette sépulture individuelle a été fouillée et étudiée par L. Barral au début des années 1960 (Barral, Primard 1962), l’individu serait un homme mature. L’étude a ensuite été reprise vingt ans plus tard (Constandse-Westermann et al. 1982). La sépulture a été remontée sous vitrine et est actuellement déposée au Musée d’Anthropologie de Monaco, le squelette est bien conservé mais il a été entièrement verni ce qui peut nuire à toute nouvelle analyse.

45Le Néolithique ancien est représenté par deux sites ayant chacun livré quatre sépultures individuelles cardiales et par un site contenant des dépôts rituels avec traces de cannibalisme. La grotte d’Unang (Malemort-du-Comtat-84) a été fouillée anciennement par M. Paccard. Elle a été publiée de nombreuses fois, et a fait l’objet d’une monographie complète (Paccard 1993). Toutes les données archéologiques et anthropologiques sont disponibles mais la localisation de la collection n’est pas certaine, quelques restes osseux ont été découverts à l’UMR 6569 à la Faculté de Médecine secteur nord à Marseille et le reste est censé être déposé dans un musée. L’Abri Pendimoun (Castellar-06) est toujours en cours de fouille sous la direction de D. Binder. La première sépulture découverte a été étudiée par M.-A. de Lumley (1962) et est reconstituée en exposition au Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco. Les trois autres sont en cours d’étude sous la responsabilité d’H. Duday. Les publications disponibles sont extrêmement complètes et informatives que ce soit du point de vue archéologique ou anthropologique (Binder et al. 1993). La Baume de Fontbrégoua (Salernes-83) a livré diverses fosses emplies d’ossements humains mêlés à des restes animaux, tous présentant des traces de découpe et de décarnisation (Villa et al. 1986). Comme de nombreuses collections de Préhistoire, celle-ci est déposée au Musée de Quinson. Ces sites ont tous fait l’objet de datations absolues.

Tabl. VI -Répartition des entités publiées et dont le lieu de stockage est localisé, en fonction du nombre de sépultures, de la chronologie et du nombre d’individus.
Table VI—Distribution of the entities published for which the place of storage is located, according to the number of burials, the chronology and the number of individuals.

Agrandir

46La seule sépulture collective attribuable avec certitude au Néolithique moyen est la grotte du Delubre (Vauvenargues-13), elle est déposée à la Faculté de Médecine secteur nord et a fait l’objet d’une seule publication (Cheylan, Cheylan 1972) où les données anthropologiques sont réduites à un NMI réalisé à partir des dents. Deux autres sites ont livré chacun une sépulture individuelle chasséenne, ils ont été fouillés lors des travaux du TGV Méditerranée : Héritière 2 à Vernègues-13 (Chapon et al. 2002) et Pont-de-la-Pierre 2 à Bollène-84 (Ozanne 2002a). Les ossements étaient pour ces trois sites en très mauvais état de conservation, les collections sont localisées.

47Le Néolithique final est richement représenté par des sépultures collectives en hypogées, dolmens, abris, grottes... Le dolmen du Bois de l’Ubac à Goult-84 mérite notre attention car il a fait l’objet d’une fouille exhaustive et méthodologique récente et d’une étude anthropologique complète. Il a pour le moment seulement été publié partiellement (Bizot et al. 2004) mais un article va paraître prochainement (Sauzade, Buisson-Catil, Bizot à paraître). Il contiendrait une quarantaine d’individus. Les trois plus gros sites régionaux correspondent aux trois hypogées vauclusiens. L’hypogée du Capitaine (Grillon-84) aurait un nombre minimal d’individus de 178, il a été étudié lors d’une thèse (Mahieu 1984) mais les seules publications retrouvées ne sont que des études de cas : étude d’un fœtus (Mahieu 1984-1985) et des lésions tarsiennes (Mahieu 1984). La collection était anciennement déposée au Fort-Saint-Jean. L’hypogée des Boileau (Sarrians-84) est déposé à l’UMR 6578 où il vient de faire l’objet d’une thèse (Devriendt 2004). Le nombre minimal d’individus est d’environ 300. Trois publications sont issues de ce site : une note (Mahieu 1987), une étude paléo-pathologique sur les hyperostoses frontales internes (Devrient et al. 2004) et une contribution dans l’ouvrage Vaucluse préhistorique. Le dernier, et pas le moindre, est l’hypogée des Crottes (Roaix-84). Étudié lors de thèses (Chambon 1999), publié entre autres dans les Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (Bouville 1980) ou dans des articles méthodologiques, il n’a cependant fait l’objet d’aucune monographie complète. Lors de l’inventaire/reconditionnement du Fort-Saint-Jean en 2002, des caisses contenant des pièces n’ayant pas été déballées depuis la fouille (1964-1965) ont été retrouvées et le matériel conservé à l’ancienne UMR 6569 de la Faculté de Médecine secteur nord a été réuni par type anatomique, les individus en connexion des différentes couches étant dispersés dans plusieurs tiroirs et plusieurs salles.

48Très peu de sites de l’âge du Bronze sont connus. Le premier est la sépulture individuelle du Deffends (aussi appelée W2) à Eyguières-13 qui est attribuée au Bronze moyen, le travail de M.A. de Lumley présente une étude anthropologique individuelle complète (Weber, de Lumley 1966). Le deuxième forme une collection de crânes trépanés mis au jour à l’Aven Maria à Comps-sur-Artuby-83 (Barral 1960). Les deux derniers sont issus des fouilles TGV. Le tumulus de Château-blanc (Ventabren-13) est très intéressant et très bien daté, il a été publié de manière monographique dans les publications du TGV Méditerranée (Hasler et al. 2002). Il a livré 11 sépultures et 19 individus datés au 14C entre 3615 et 800 av. J.-C. La conservation des restes humains était malheureusement mauvaise et ils ont tous été utilisés pour la datation absolue, seules les dents sont encore disponibles aujourd’hui. La nécropole des Juilléras (Mondragon-84) a livré 9 sépultures de 14 individus (7 sépultures sont individuelles) datées au 14C de 2140 à 1880 av. J.-C. (Lemercier 2002 ; Lemercier, Tchérémissinoff 2002).

49Seuls trois sites rattachés à l’âge du Fer font partie des 62 sélectionnés. Parmi eux un seul est vraiment bien documenté, il a été mis au jour lors de la fouille de sauvetage du parking Sainte-Barbe à Marseille qui a exhumé quelques 550 sépultures (100 rattachées à l’époque hellénistique et plus de 400 à l’époque romaine). Cette fouille n’a été publiée qu’une seule fois dans les revues dépouillées et le sujet concernait les dispositifs de couverture et de signalisation (Moliner 1994) ; par contre une publication monographique complète est disponible (Moliner et al. 2003). La collection est localisée au dépôt du service municipal d’archéologie de Marseille, dépôt moderne et conventionné.

50Le site le plus représentatif de l’époque antique est la nécropole de Saint-Lambert à Fréjus-83. Elle est datée exclusivement du Haut-empire et a été publiée entre autre dans la RAN (Beraud, Gébara 1986), Paleobios (Bérato et al. 1990), dans diverses revues de paléopathologie et dans divers ouvrages thématiques (Béraud, Gébara 1987), ce qui donne des études très complètes mais malheureusement aucune ne reprend toutes ces données dans une monographie. Elle se composait de 250 à 300 sépultures suivant les publications, dont un cinquième sont des inhumations. Ce site sert de référence pour le sud-est dans de nombreux ouvrages collectifs sur l’Antiquité et fait partie des premiers sites où les urnes cinéraires ont été fouillées et étudiées de manière méthodologique. La collection est déposée au pôle archéologique départemental du Var à Fréjus.

51Pour le Moyen Âge, nous avons sélectionné les sites de plus de 100 sépultures et sept répondent à cette condition. Le site de Sancta-Maria-de-l’Olivo (Beaulieu-06) a fait l’objet d’un article monographique, assez exceptionnel pour l’époque (Cheneveau 1964), il contient des plans et des relevés des sépultures. Ce cimetière, de 109 sépultures et 145 individus environ, a d’abord été déposé au Musée d’Anthropologie de Monaco avant de partir pour étude au Fort-Saint-Jean. Les seules données anthropologiques retrouvées sont des études de cas publiées dans un ouvrage paléopathologique sur le Moyen Âge. La collection a été retrouvée au Fort-Saint-Jean dans un état de désordre, de mélange, de fragmentation tel qu’elle est à l’heure actuelle inexploitable scientifiquement. La nécropole du Colombier (Vaison-la-Romaine-84) a été fouillée en urgence entre 1987 et 1991 sous la direction de D. Carru. Le site a livré une grande nécropole rupestre de 133 sépultures individuelles et il a été publié sous forme monographique (Carru et al. 1991). Cette monographie est extrêmement complète et présente une intégration parfaite des données archéo-anthropologiques. Cette collection vauclusienne étudiée au CEPAM à Nice a été retrouvée au dépôt de Draguignan sans que les archéologues et anthropologues responsables n’en soient au courant. Le site de la Grande Bastide de Cadarache (Saint-Paul-les-Durances-13) a été fouillé en 1964 et 1965. Ce sont 198 sépultures du Haut Moyen Âge (Ve-VIe s. ap. J.-C.) qui ont été exhumées livrant un ensemble de 200 individus. La monographie publiée dans Archéologie Médiévale (Pouyé et al. 1994) est exhaustive en ce qui concerne l’étude archéologique mais réduite à trois pages pour l’anthropologie. Une étude dentaire spécialisée, portant sur un échantillon, a aussi été publiée (Girotti 1995). La collection a été retrouvée démantelée dans les locaux de l’UMR 6569 à la Faculté de Médecine secteur nord. Le prieuré de La Gayolle (La Celle-83), fouillé entre 1964 et 1994, aurait livré quelques 200 sépultures d’après une première estimation. En effet les rapports de fouille ne contiennent aucun catalogue de sépultures ou description précise des défunts et les tombes ont été numérotées par secteur et couche archéologique (plusieurs sépultures portent donc le même numéro). Il est alors impossible d’avoir des chiffres exacts. La collection, déposée à la Faculté de Médecine secteur nord, a fait l’objet d’une thèse (Mafart 1984) et les publications retrouvées sont soit purement archéologiques soit d’ordre paléopathologique. Le site de Saint-Estève-le-Pont (Berre l’Étang-13) est séparé en deux entités : un cimetière rupestre du Haut Moyen Âge d’une centaine de sépultures individuelles et la chapelle Saint-Étienne avec son cimetière (114 sépultures de diverses typologies pour 186 individus) évoluant durant tout le Moyen Âge. Sujet d’une fouille de sauvetage récente et d’une thèse en anthropologie (Thoman 2004), ce site vient d’être publié partiellement (Genot, Thomann 2005). La collection est actuellement déposée à l’UMR 6578. L’abbaye de Saint-Pierre-de-l’Almanarre (Hyères-83) a d’abord été fouillée au XIXe s. par J. Coupry qui exhuma de très nombreuses tombes. Les fouilles ont ensuite repris à la fin des années 1980 et ce sont 450 sépultures de plus qui ont été exhumées. Aucune donnée n’a été retrouvée pour les fouilles anciennes et les rapports récents ne présentent aucun catalogue des sépultures. La série est déposée à la Faculté de Médecine secteur nord pour les fouilles récentes et au Centre Archéologique du Var pour les fouilles de J. Coupry, cette dernière partie étant encore conditionnée dans des cagettes. Le dernier site a été fouillé entre 1946 et 1994 et constitue la plus importante collection ostéoarchéologique régionale, toutes périodes confondues. La cathédrale de Notre-Dame-du-Bourg (Digne-04) a en effet livré au moins 800 sépultures depuis l’Antiquité tardive jusqu’à l’époque moderne. Une grande partie des résultats archéologiques et anthropologiques a été publiée mais nous n’avons retrouvé aucun catalogue de sépultures ou dénombrement pour chaque période ou chaque type d’inhumation. Les données anthropo-logiques, quant à elles, sont dispersées à travers de nombreuses publications nationales ou dans des revues étrangères spécialisées sur la paléopathologie (Aubry et al. 2003), la méthodologie (Debono et al. 2004) etc. et étudiant le plus souvent un échantillon de la collection. Celle-ci est actuellement localisée à la Faculté de Médecine secteur nord.

52Les périodes moderne et contemporaine sont peu représentées en nombre de sites mais lorsque ceux-ci ont été fouillés, ils ont fait l’objet de publications nombreuses et complètes. Les trois collections d’époque moderne retenues sont issues de contexte épidémique de peste et ont été fouillées lors de sauvetage. Le cimetière des Fédons (Lambesc-13) est un cimetière d’infirmerie daté de 1590, découvert à l’occasion des travaux du TGV Méditerranée, ce sont 101 sépultures et 133 individus qui ont été exhumés. Il a fait l’objet d’une publication monographique complète (Bizot et al. 2005). Les deux sites suivants sont deux sépultures de catastrophe de la grande peste de 1720-1722. Le site du Délos (Martigues-13) a révélé 3 tranchées contenant au total 39 individus (Signoli et al. 1995) tandis que celui de la rue Jean-François Leca (Marseille-13) contenait 216 individus dans une seule fosse. D’abord objet d’une thèse (Signoli 1998) ils ont été publiés dans les PAM pour les données générales (Dutour et al. 1994) et dans de nombreuses revues nationales et étrangères pour les études spécialisées : gestes liés à la mort (Böetsch et al. 1998), pathologies, ou encore analyses moléculaires (Drancourt et al. 1997). Ces trois collections déposées à l’UMR 6578 sont très bien renseignées, leur conditionnement est normalisé et leurs données sont regroupées dans la base informatisée du laboratoire. Le dernier site est la seule série contemporaine. C’est lors d’une fouille de sauvetage en 1996 qu’ont été exhumés 182 individus enterrés entre 1877 et 1897 d’après les archives historiques retrouvées (Buchet, Séguy 2003). La collection sert de série de référence au CEPAM à Valbonne-06.

CONCLUSION

53Nous avons vu dans ce travail que, sur 2510 entités funéraires enregistrées dans la base Patriarche du Service Régional de l’Archéologie de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, 577 sont issus de fouilles réglementées par l’État et ont livré des vestiges osseux humains. 38 % des entités avérées ont leurs collections anthropologiques localisées dont 62 ont été publiées de manière isolée. Ce qui signifie que 10,7 % des entités de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur enregistrées dans la base Patriarche sont issues de sites ayant fait l’objet de fouilles autorisées par l’État. Les sites ayant livré des vestiges humains ont leur collection localisée avec certitude et ont été publiés lors de thèses, d’ouvrages collectifs, de monographies ou dans des périodiques. Les données anthropologiques restent, dans l’ensemble, difficiles d’accès car elles sont apportées le plus souvent par des étudiants. Les thèses, quant à elles, nous donnent de bonnes informations anthropologiques mais restent très sommaires sur le plan des données de terrain soit par ultra-spécialisation, soit tout simplement par manque d’accès aux données archéologiques (rapport absent, incomplet…). Les informations provenant d’ouvrages collectifs sont souvent extrêmement réduites dans le cadre d’inventaires thématiques et la plupart du temps il n’y a pas de contribution anthropologique. Les monographies de site sont véritablement les seules à pouvoir répondre des résultats autant de l’archéologie que de l’anthropologie mais leur nombre est faible. Les périodiques permettent de rendre compte de l’activité scientifique et d’informer la communauté. Les revues publiant des sites régionaux sont nombreuses et les données y sont dispersées en fonction de la discipline abordée (archéologie, anthropologie, paléopathologie…), de la chronologie et de la localisation géographique du site archéologique. La tendance actuelle va vers la publication dans les nouvelles revues régionales d’archéologie qui se composent de monographies de sites avec contributions anthropologiques. En moyenne 62,5 % des articles en rapport avec des sites funéraires régionaux contiennent une contribution anthropologique. Les informations anthropologiques sont cependant souvent limitées à l’énumération des résultats « âge/sexe » ou à des recherches ultra-spécialisées. Moins d’un article sur cinq, contenant une contribution anthropologique, fait état des références bibliographiques des méthodes anthro-pologiques utilisées. Les contributions anthropologiques portent surtout sur des sépultures d’époque préhistorique, qu’elles soient individuelles ou collectives. L’étude des ossements brûlés, issus de sites archéologiques régionaux, est encore anecdotique et semble échapper aux revues anthropologiques que nous avons dépouillées. Le plus souvent elles sont réduites à la détermination des ossements, la pesée totale et l’estimation de la température d’ustion.

54Depuis une dizaine d’années, nous voyons la volonté d’un travail plus monographique où les informations archéologiques et anthropologiques sont traitées simultanément dans le but de comprendre intégralement le site archéologique, que ce soit sur le terrain ou au laboratoire, et des études plus complètes voient le jour avec l’apparition de catalogues de sépultures où sont listées les informations relatives à l’architecture de la tombe, à son mobilier et au défunt. De plus, pour palier ces manques, divers Projets Collectifs de Recherche sont en cours sur des collections anciennes inédites (Prieuré de Salagon, Mane-04) ou remises au jour suite à des inventaires/reconditionnements de dépôts (Hypogée des Crottes à Roaix-84). De même, au niveau universitaire, plusieurs travaux sont en cours notamment sur les crémations régionales. L’ostéothèque régionale et le nouveau dépôt régional des Milles à Aix-en-Provence apportent sans nul doute des solutions à la gestion raisonnée des collections anthropologiques régionales, en facilitant notamment leur accessibilité.

Haut de page

Bibliographie

Documentation universitaire

BOUVILLE (C.) 1971, Les restes humains du dolmen des Peyraoutes (Roquefort-les-Pins, Alpes-Maritimes), Contribution à l’étude des populations du Néolithique et de l’âge du Bronze en Basse-Provence, Thèse en Anthropologie, Faculté Saint-Charles, Marseille, 130 p.

CHAMBON (P.) 1999, Du cadavre aux ossements, la gestion des sépultures collectives dans la France néolithique, Thèse d’Ethnologie-Anthropologie-Préhistoire, Université de Paris 1, 486 p.

DEVRIENDT (W.) 2004a, Étude anthropologique de l’Hypogée des Boileau : Apport à la connaissance des populations du Néolithique final provençal, Thèse d’Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée-Aix-Marseille 2, Faculté de Médecine, 258 p.

MAFART (B.-Y.) 1984, Étude anthropologique de la nécropole paléochrétienne et médiévale de La Gayole (Var), Thèse de Géologie des formations sédimentaires, Université de Provence, 360 p.

MAHIEU (E.), 1984. Étude anthropologique d’un hypogée vauclusien chalcolithique, Thèse d’Anthropologie biologique, Université de Reims-Champagne-Ardenne, UER de Lettres et Sciences Humaines, 310 p.

PERROT (R.) 1971, Étude anthropologique d’un ossuaire protohistorique, l’Aven Plérimond, Thèse de Sciences, Laboratoire de Géologie, Faculté de Sciences de Lyon, 268 p.

SIGNOLI (M.) 1998, Étude anthropologique de crises démographiques en contexte épidémique, Aspects paléo- et biodémographiques de la Peste en Provence, Thèse d’Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée, Aix-Marseille 2, Faculté de Médecine, 298 p.

THOMANN (A.), 2004, Pratiques funéraires et anthropologie biologique d’une population en contexte rural du haut Moyen Âge en Provence, Le site de Saint-Estève-le-Pont (Berre l’Étang, Bouches-du-Rhône), Thèse d’Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée, Aix-Marseille 2, Faculté de Médecine, 286 p.

Monographies

BARRUOL (G.) 1980, Carluc, Les Alpes de Lumière 68, Folcalquier, 80 p.

BIZOT (B.), CASTEX (D.), REYNAUD (P.), SIGNOLI (M.) 2005, La saison d’une peste (avril-septembre 1590), Le cimetière des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône), CNRS Éditions, Paris, 131 p.

BOUIRON (M.) 2001, Marseille, du Lacydon au faubourg Sainte-Catherine (Ve s. av. J.-C.-XVIIIe s.), Les fouilles de la place du Général-de-Gaulle, Collection Documents d’Archéologie Française 87, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 344 p.

BOULOUMIÉ (B.) 1980, Guide archéologique de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts. Bouches-du-Rhône), Collection Provence, Rognes, 96 p.

CALVET (A.) 1969, Les abris sous roche de Saint-Mitre, Imprimerie Rico, Manosque, 113 p.

CARRU (D.), BOCCACINO (C.), BORGARD (P.), BOUILLOT (J.), BUCHET (L.), BUISSON-CATIL (J.), VATTEONI (S.) 1991, Une nécropole de l’Antiquité tardive à Vaison-la-Romaine, Les fouilles des quartiers du Colombier et de Pommerol, Collection Documents d’Archéologie Vauclusienne, 2, Cavaillon, 97 p.

FIXOT (M.), 1990. Le site de Notre-Dame d’Avinionet à Mandelieu, Collection Monographie du CRA, 3, CNRS, Paris, 249 p.

FIXOT (M.), PELLETIER (J.-P.), BARRUOL (G.) 1996, Ganagobie, mille ans d’un monastère en Provence, Les Alpes de Lumières 120-121, Mane, 263 p.

GUILD (R.) 1987, La Cathédrale d’Aix-en-Provence, Étude archéologique, CNRS, Paris, 269 p.

MOLINER (M.), MELLINAND (P.), NAGGIAR (L.), RICHIER (A.), VILLEMEUR (I.) 2003, La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (IVe s. av. J.-C.-IIe s. ap. J.-C.), Études Massaliètes 8, Edisud, Aix-en-Provence, 391 p.

PACCARD (M.) 1993, La grotte d’Unang, Malemort-en-Comtat, Roger Rimbaud S.A., Cavaillon, 205 p.

Ouvrages collectifs et thématiques

ALFONSO (G.) 2002, Le site antique du Pont de Pierre 1 à Bollène (Vaucluse), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 3, Antiquité, Moyen Âge et époque moderne, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 10, Éditions ARALO, Lattes, p. 795-801.

ARDAGNA (Y.), RIGEADE (C.), LALYS (L.), ADALIAN (P.), DEVRIENDT (W.), FERRANDO (P.), ARCELIN (P.), SIGNOLI (M.) 2005, Le site de la Roque (Graveson, Bouches-du-Rhône), données paléodémographiques et paléopathologiques, in

Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, « L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 317-324.

ARNAUD (A.) 2003, Les îles de Lérins, Sainte-Marguerite et Saint-Honorat (Cannes, Alpes-Maritimes), in M. Pasqualini, P. Arnaud, C. Varaldo, M. Pagni (éds), Des îles côtes à côtes, Histoire du peuplement des îles de l’Antiquité au Moyen Âge (Provence, Alpes-Maritimes, Ligurie, Toscane), Bulletin Archéologique de Provence, supplément 1, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 175-189.

BEL (V.), TRANOY (L.), BÉRAUD (I.), GÉBARA (C.) 1991, Les nécropoles à incinérations et à inhumations en Gaule méridionale, in M. Vidal (éd.), Incinérations et inhumations dans l’Occident romain aux trois premiers siècles de notre ère, Actes du colloque international de Toulouse-Montréjeau (IVe congrès archéologique de Gaule méridionale) 7-10 octobre 1987, APAMP : Association pour la promotion du patrimoine archéologique et historique en Midi-Pyrénées, Toulouse, p. 9-40.

BÉRARD (G.) 1997, Les Alpes-de-Haute-Provence-04, Collection Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 567 p.

BÉRATO (J.), DUTOUR (O.), PALFI (G.) 1994, Lésions pathologiques de « Cristobal », foetus du Bas Empire Romain, in O. Dutour, G. Palfi, J. Bérato, J.-P. Brun (éds), L’origine de la syphilis en Europe : avant ou après 1493 ? Errance, Paris, p. 133-138.

BÉRAUD (I.), GÉBARA (C.) 1987, Les nécropoles de Fréjus (Var), in Nécropoles à incinération du Haut-Empire, Table Ronde de Lyon 30-31 mai 1986, Région Rhône-Alpes, Direction des Antiquité Historiques, Lyon, p. 25-33.

BERTUCCHI (G.) 1992, Nécropoles et terrasses funéraires à l’époque grecque, Bilan sommaire des recherches, in M. Bats, G. Bertucchi, G. Congès, H. Tréziny (éds), Marseille grecque et la Gaule, Études Massaliètes 3, Edisud, Aix-en-Provence, p. 123-137.

BIZOT (B.), MICHEL (J.), SAUZADE (G.) 2004, Dépôts funéraires et sédimentation dans le dolmen de l’Ubac à Goult, in J. Buisson-Catil, A. Guilcher, C. Hussy, M. Olive, M. Pagni (éds), Vaucluse Préhistorique, Le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 238-244.

BOIRON (R.) 1993, Les nécropoles des « Clavelles » et de « Saint-Martin » (Alpes-de-Haute-Provence, Ier-VIIe s. de notre ère, in A. Ferdière (éd.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.), Actes colloque ARCHEA (Orléans, 7-9 février 1992), La Simarre, Tours, p. 325-332.

BORRÉANI (M.), BRUN (J.-P.) 1994, La tombe n° 1 de Costebelle et son contexte archéologique, in O. Dutour, G. Palfi, J. Bérato, J.-P. Brun (éds), L’origine de la syphilis en Europe : avant ou après 1493 ? Errance, Paris, p. 120-124.

BOUTTEVIN (C.), CASTEX (D.), MOREAU (N.), REYNAUD (P.), RIGAUD (P.) 2002, Le cimetière moderne d’une infirmerie de peste des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 3, Antiquité, Moyen Âge et époque moderne, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 10, Éditions ARALO, Lattes, p. 857-866.

BRUN (J.-P.), BORRÉANI (M.) 1999, Le Var-83, Collection Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 984 p.

BUISSON-CATIL (J.) 2002a, Aven de Contadoux (Sault), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 153-154.

BUISSON-CATIL (J.) 2002b, Aven des Fourches 1 (Sault), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 139-150.

BUISSON-CATIL (J.), VITAL (J.) 2002a, Grotte Basse (Cheval-Blanc), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 237-238.

BUISSON-CATIL (J.), VITAL (J.) 2002b, Grotte des contre-bandiers (Castellet), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 118.

CHAMBON (P.) 2003, Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France, Du cadavre aux restes ultimes, XXXVe supplément à Gallia Préhistoire, Paris, 398 p.

CHAPON (P.) 2002, La nécropole des Communaux de Saint-Cézaire à Vernègues (Bouches-du-Rhône), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 3, Antiquité, Moyen Âge et époque moderne, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 10, Éditions ARALO, Lattes, p. 841-845.

CHAPON (P.), HASLER (A.), RENAULT (S.), VILLEMEUR (I.) 2002, Le site chasséen de l’Héritière II à Vernègues, in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 1, La Préhistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 8, Éditions ARALO, Lattes, p. 203-212.

CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) 2000, Le temps des Gaulois en Provence, Images en Manœuvres Éditions, Marseille, 279 p.

CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) 2005, Martigues, terre gauloise, Entre Celtique et Méditerranée, Errance, Paris, 251 p.

CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.), NIN (N.) 1987, La nécropole à incinération d’époque augustéenne de la Gatasse, Commune de Martigues (Bouches-du-Rhône), in Nécropoles à incinération du Haut-Empire, Table Ronde de Lyon 30-31 mai 1986, Région Rhône-Alpes, Direction des Antiquité Historiques, Lyon, p. 77-85.

CONCHE (F.) 2001, Les fouilles du 9 rue Jean-François Leca, in M. Bats, H. Tréziny (éds), Marseille, Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Études Massaliètes 7, Edisud, Aix-en-Provence, p. 131-136.

CORDIER (L.) 2002, Occupation du Bronze final IIIb dans un fond de vallon au Moullard (Lambesc), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 2, La Protohistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 9, Éditions ARALO, Lattes, p. 561-566.

COURTIN (J.) 1974, Le néolithique de la Provence, Collection Mémoires de la Société Préhistorique Française 11, Éditions Klincksieck, Paris, 359 p.

D’ANNA (A.), MÜLLER (A.), COUTEL (R.), COURTIN (J.) 2002, Les Lauzières (Lourmarin), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 215-225.

DEMIANS D’ARCHIMBAUD (G.), FIXOT (M.), PELLETIER (J.-P.), VALLAURI (L.) 1995, Marseille, Abbaye Saint-Victor, Vestiges paléochrétiens, in N. Duval (éd.), Les premiers monuments chrétiens de la France, 1 Sud-Est et Corse, Ministère de la Culture et de la Francophonie, Picard éditeur, Paris, p. 125-141.

DEVRIENDT (W.) 2004, Les hypogées vauclusiens : vers une meilleure connaissance de la population néolithique finale, in J. Buisson-Catil, A. Guilcher, C. Hussy, M. Olive, M. Pagni (éds), Vaucluse Préhistorique, Le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 245-247.

DEVRIENDT (W.), MAHIEU (E.), BARGE-MAHIEU (H.), LALYS (L.), ADALIAN (P.), ARDAGNA (Y.), SIGNOLI (M.) 2005a, L’hypogée des Boileau (Vaucluse, France) : approche paléodémographique d’une population du Néolithique final, in Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, « L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 345-354.

DEVRIENDT (W.), SAUZADE (G.), ARDAGNA (Y.), THOMANN (A.), ADALIAN (P.), SIGNOLI (M.) 2005b, Étude anthropologique d’une sépulture collective du Néolithique final et de l’âge du Bronze : la Baume obscure (Tourrettes-sur-Loup, Alpes-Maritimes), in Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, «L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 339-344.

DUTOUR (O.), PANUEL (M.), PALFI (G.), BÉRATO (J.) 1994a, Diagnostic différentiel des lésions observées sur le foetus « Cristobal », in O. Dutour, G. Palfi, J. Bérato, J.-P. Brun (éds), L’origine de la syphilis en Europe : avant ou après 1493 ? Errance, Paris, p. 139-146.

GANET (I.) 1995, Les Hautes-Alpes-05, Collection Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 188 p.

GATEAU (F.) 1996, L’étang-de-Berre, Collection Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 380 p.

GATEAU (F.), GAZENBEEK (M.) 1999, Les Alpilles et la Montagnette, Collection Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 464 p.

GÉBARA (C.), PASQUALINI (M.) 1993, Sépultures et cimetières ruraux en Provence orientale à l’époque gallo-romaine, in A. Ferdière (éd.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.), Actes colloque ARCHEA (Orléans, 7-9 février 1992), La Simarre, Tours, p. 333-339.

GENOT (A.), THOMANN (A.) 2005, Le site de Saint-Estève-le-Pont à Berre-l’Étang (Bouches-du-Rhône), in X. Delestre, P. Périn, M. Kazanski (éds), La Méditerranée et le monde mérovingien : témoins archéologiques, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 143-154.

GUYON (J.) 2001, Les cimetières de l’Antiquité tradive, in M. Bats, H. Tréziny (éds), Marseille, Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Études Massaliètes 7, Edisud, Aix-en-Provence, p. 355-364.

HASLER (A.), COLLET (H.), DURAND (C.), CHEVILLOT (P.), RENAULT (S.), RICHIER (A.) 2002, Ventabren-Château Blanc, Une nécropole tumulaire néolithique, in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 1, La Préhistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 8, Éditions ARALO, Lattes, p. 228-238.

HEIJMANS (M.) 2005, Arelantensis urbs, La ville d’Arles (Bouches-du-Rhône) à l’époque mérovingienne, in X. Delestre, P. Périn, M. Kazanski (éds), La Méditerranée et le monde mérovingien : témoins archéologiques, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 113-128.

LANDURÉ (C.) 2004, Le site de La Capelière (Arles, Bouches-du-Rhône), in C. Landuré, M. Pasqualini (éds), Delta du Rhône, Camargue antique, médiévale et moderne, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 135-138.

LEBEL (S.) 2004a, Les découvertes de restes humains du Pléistocène moyen et supérieur, in J. Buisson-Catil, A. Guilcher, C. Hussy, M. Olive, M. Pagni (éds), Vaucluse Préhistorique, Le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 86-88.

LEBEL (S.) 2004b, Derniers chasseurs et premiers paysans de Vaucluse, Mésolithique et Néolithique ancien : 7000-4700 av J.-C., Les sépultures, in J. Buisson-Catil, A. Guilcher, C. Hussy, M. Olive, M. Pagni (éds), Vaucluse Préhistorique, Le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 161.

LEMERCIER (O.) 2002, Les occupations néolithiques de Mondragon, Les Juilléras (Vaucluse), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 1, La Préhistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 8, Éditions ARALO, Lattes, p. 147-188.

LEMERCIER (O.), TCHÉRÉMISSINOFF (Y.) 2002, Les Juilléras, Mondragon, in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 61-66.

LUMLEY DE (M.-A.) 1973, Anténéandertaliens et Néandertaliens du bassin méditerranéen occidental européen, Collection Études quaternaires, géologie, paléontologie, préhistoire, 2, Université de Provence, Marseille, 626 p.

MACZEL (M.), DUTOUR (O.), ARDAGNA (Y.), PANUEL (M.), ZINK (A.), NERLICH (A.G.), PALFI (G.) 2005, La série médiévale de l’Abbaye de La Celle, Var : données anthropologiques et paléopathologiques, in Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, « L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 393-402.

MAFART (B.-Y.) 1980, L’abbaye Saint-Victor de Marseille, Étude anthropologique de la nécropole des IVe-VIe siècles, CNRS, Paris, 426 p.

MAFART (B.-Y.) 1983, Paléopathologie osseuse au Moyen Âge en Provence, CNRS, Paris, 266 p.

MARGARIT (X.), LOIRAT (D.), RENAULT (S.), TCHÉRÉMISSINOFF (Y.) 2002, Le néolithique récent du site des Ribauds à Mondragon (Vaucluse), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 1, La Préhistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 8, Éditions ARALO, Lattes, p. 183-188.

MARTIN (L.) 2004, Le Carrelet (Les Saintes-Maries-de-la-Mer, Bouches-du-Rhône), in C. Landuré, M. Pasqualini (éds), Delta du Rhône, Camargue antique, médiévale et moderne, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 157-167.

MEFFRE (J.-C.) 1993, Lieux sépulcraux et occupation du sol en milieu rural dans la cité antique de Vaison sous le Haut-Empire, in A. Ferdière (éd.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.), Actes colloque ARCHEA (Orléans, 7-9 février 1992), La Simarre, Tours, p. 371-387.

MOLINER (M.) 2001, Les nécropoles grecques et romaines de Marseille, in M. Bats, H. Tréziny (éds), Marseille, Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Études Massaliètes 7, Edisud, Aix-en-Provence, p. 337-354.

MOREL (M.) 1999, Parcours de ville, Marseille : 10 ans d'archéologie, 2600 ans d’histoire, Archéologie méditerranéenne, Edisud, Aix-en-Provence, 183 p.

MÜLLER (A.) 2002, Salen (Buoux), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 192-199.

OLLIVIER (D.), PAGÈS (G.), TRÉGLIA (J.-C.) 2005, La fin d’une vicinia, Olbia à Hyères (Var) durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Ve-Xe s.), in X. Delestre, P. Périn, M. Kazanski (éds), La Méditerranée et le monde mérovingien : témoins archéologiques, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 155-159.

OZANNE (J.-C.) 2002a, Bollène-Pont de la Pierre 2 Nord, Une fosse à inhumation double du néolithique, in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 1, La Préhistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 8, Éditions ARALO, Lattes, p. 123-130.

OZANNE (J.-C.) 2002b, Deux inhumations du début de l’âge du Fer à la Bâtie (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 2, La Protohistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 9, Éditions ARALO, Lattes, p. 497-502.

OZANNE (J.-C.) 2002c, La Bâtie (Lamotte-du-Rhône), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 246-257.

OZANNE (J.-C.) 2002d, Pont-de-Pierre 2 Nord (Bollène), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 242-245.

OZANNE (J.-C.), BLAIZOT (F.) 2002a, Bollène (84), Pont-de-la-Pierre 2 Nord, Un tumulus de terre du Bronze final IIIb, in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 2, La Protohistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 9, Éditions ARALO, Lattes, p. 471-478.

OZANNE (J.-C.), BLAIZOT (F.) 2002b, Bollène-Pont de la Pierre 2 Sud, Un niveau d’occupation du Néolithique moyen, in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 1, La Préhistoire, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 8, Éditions ARALO, Lattes, p. 131-145.

PAJA (L.), ARDAGNA (Y.), LALYS (L.), ADALIAN (P.), MACZEL (M.), DEVRIENDT (W.), DUTOUR (O.), SIGNOLI (M.) 2005, Étude anthropologique de la série ostéoarchéologique de l’église Saint-Pierre d’Hyères (Var) : résultats paléodémographiques et paléopathologiques, in Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, « L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 409.

PALFI (G.) 2004, Étude anthropologique et paléopathologique des squelettes provenant des sites de Cabassole et du Carrelet (Arles et les Saintes-Maries-de-la-Mer, Bouches-du-Rhône), in C. Landuré, M. Pasqualini (éds), Delta du Rhône, Camargue antique, médiévale et moderne, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 191-192.

PALFI (G.), BÉRATO (J.), DUTOUR (O.) 1994, Paléopathologie de la série de Costebelle, Hyères (IIIe-VIe s. ap. J.-C.), in O. Dutour, G. Palfi, J. Bérato, J.-P. Brun (éds), L’origine de la syphilis en Europe : avant ou après 1493 ? Errance, Paris, p. 125-132.

REYNAUD (P.) 2002, Vestiges de fours des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône), in Archéologie du TGV Méditerranée, Fiches de synthèse, t. 3, Antiquité, Moyen Âge et époque moderne, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 10, Éditions ARALO, Lattes, p. 851-855.

RICHIER (A.) 2004, Le site de Cabassole (Arles, Bouches-du-Rhône), in C. Landuré, M. Pasqualini (éds), Delta du Rhône, Camargue antique, médiévale et moderne, Éditions de l’Association Provence Archéologie, Aix-en-Provence, p. 179-189.

ROTH-CONGÈS (A.) 1993, Les mausolées du sud-est de la Gaule, in A. Ferdière (éd.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.), Actes colloque ARCHEA (Orléans, 7-9 février 1992), La Simarre, Tours, p. 389-396.

SAUZADE (G.) 1983, Les sépultures du Vaucluse du Néolithique à l’âge du Bronze, CNRS, Paris, 253 p.

SAUZADE (G.) 1998, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, in P. Soulier (éd.), La France des dolmens et des sépultures collectives, Errance, Paris, p. 291-328.

SAUZADE (G.) 2002, La grotte de Fontblanco, Robion, in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 76-77.

SAUZADE (G.), BUISSON-CATIL (J.), BIZOT (B.) à paraître, Le dolmen de l’Ubac et son environnement immédiat (Goult, Vaucluse), in Actes des IVe Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Nîmes, 28 octobre 20001, Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, Publication de l’UMR 154 du CNRS, Lattes.

SAUZADE (G.), VITAL (J.) 2002a, La ciste des Goubert, Gigondas, in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 67-72.

SAUZADE (G.), VITAL (J.) 2002b, L’Abri de la Madeleine, Bédoin, in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 83.

SAUZADE (G.), VITAL (J.) 2002c, Grotte Saint-Gervais (Bonnieux), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 162-164.

SAUZADE (G.), VITAL (J.) 2002d, Fosse bronze final de Claparouse (Lagnes), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 166-168.

SAUZADE (G.), VITAL (J.) 2002e, L’aven des Esclarguades (Lagnes), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 169.

SIGNOLI (M.), ARDAGNA (Y.), ADALIAN (P.), LALYS (L.), DUTOUR (O.) 2005, Les sépultures du cimetière de la Basilique Sainte-Marie-Madeleine (Saint-Maximim, Var) : données paléodémographiques et paléopathologiques, in Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, « L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 411-418.

THOMANN (A.), BELLO (S.), LALYS (L.), ADALIAN (P.), ARDAGNA (Y.), DEVRIENDT (W.), GIBERT (M.), GENOT (A.), DUTOUR (O.), SIGNOLI (M.) 2005, Éude anthropologique du cimetière médiéval de Saint-Estève-le-Pont (Berre l’Étang), in Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, « L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 419-426.

TZORTZIS (S.), FIERS (E.), JULIEN (M.), POGNEAUX (N.), ADALIAN (P.), ARDAGNA (Y.), RIGEADE (C.), SIGNOLI (M.) 2005, Un ensemble funéraire médiéval et moderne aux abords de la chapelle Saint-Jean (l’Argentière-la-Bessée, Hautes-Alpes, France), Approches anthropologique et archéologique, in Y. Ardagna, G. Böetsch, O. Dutour, L. Lalys, M. Signoli (éds), Actes du XXVe colloque du GALF, « L’homme et ses images » Marseille 16-18 juillet 2001, UMR 6578, Marseille, p. 363-378.

VITAL (J.) 2002a, Les « dépôts » de la Mourade (Richerenches), in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 207-212.

VITAL (J.) 2002b, Les sites du vallon de l’Aiguebrun, Buoux, in J. Buisson-Catil, J. Vital (éds), Âge du Bronze en Vaucluse, Éditions A. Barthélemy, Le Pontet, p. 84-93.

Publications étrangères

ARNAUD (G.) et (S.), ASCENZI (A.), BONUCCI (E.), GRAZIANI (G.) 1978, On the problem of preservation of human bone in sea-water, Journal of Human Evolution 7: 409-420.

AUBRY (M.), MAFART (B.-Y.), DONAT (B.), BARAU (J.-J.) 2003, Brief communication: Study of non carious cervical tooth lesions in samples of prehistoric, historic, and modern populations from the South of France, American Journal of Physical Anthropology 121, 1: 10-14.

DEVRIENDT (W.), PIERCECCHI-MARTI (M.D.), ARDAGNA (Y.), MAHIEU (E.), HERSHKOVITZ (I.), SIGNOLI (M.), DUTOUR (O.) 2004, Two neolithic cases of Hyperostosis frontalis interna, International Journal of Osteoarchaeology 14, 5: 414-418.

DRANCOURT (M.), ABOUDHARAM (G.), SIGNOLI (M.), DUTOUR (O.), RAOULT (D.) 1998, Detection of 400-year-old Yersinia pestis DNA in human dental pulp: an approach to the diagnosis of ancient septicemia, Proceeding of the National Academy of Sciences of the United States of America 95, 21: 12 637-12 640.

LEBEL (S.), TRINKAUS (E.) 2002, Middle Pleistocene human remains from the Bau de l’Aubesier, Journal of Human Evolution 43, 5: 659-85.

LEONETTI (G.), SIGNOLI (M.), PELISSIER (A.-L.), CHAMPSAUR (P.), HERSHKOVITZ (I.), BRUNET (C.), DUTOUR (O.) 1997, Evidence of pin implantation as a means of verifying death during the Great Plague of Marseilles (1722), Journal of Forensic Sciences 42, 4: 744-748.

MACZEL (M.), ARDAGNA (Y.), AYCARD (P.), BÉRATO (J.), ZINK (A.), NERLICH (A.G.), PANUEL (M.), DUTOUR (O.), PALFI (G.) 1999, Traces of skeletal infections in a french medieval osteoarchaeological sample (La Celle, Var, France), Journal of Paleopathology 11: 71-72.

MAFART (B.-Y.), PELLETIER (J.-P.), FIXOT (M.) 2004, Post-mortem ablation of the heart: a medieval funerary practice, A case observed at the cemetery of Ganagobie Priory in the French Department of Alpes de Haute Provence, International Journal of Osteoarchaeology 14, 1: 67-73.

PETTENATI-SOUBAYROUX (I.), SIGNOLI (M.), DUTOUR (O.) 2002, Sexual dimorphism in teeth: discriminatory effectiveness of permanent lower canine size observed in a XVIIIth century osteological series, Forensic Science International 126, 3: 227-232.

SIGNOLI (M.), SÉGUY (I.), BIRABEN (J.-N.), DUTOUR (O.) 2002, Paléodémographie et démographie historique en contexte épidémique : La peste en Provence au XVIIIe siècle, Population-F 57, 6 : 821-848.

TRINKAUS (E.), SMITH (R.J.), LEBEL (S.) 2000, Dental caries in the Aubesier 5 Neandertal primary molar, Journal of Archaeological Science 27: 1017-1021.

VILLA (P.), BOUVILLE (C.), COURTIN (J.), HELMER (D.), MAHIEU (E.), SHIPMAN (P.), BELLUOMINI (G.), BRANCA (M.) 1986a, Cannibalism in the Neolithic, Science 233 (July): 431-437.

Périodiques nationaux et régionaux

ACOVITSIOTI-HAMEAU (A.), BONTEMPS (A.), GRÉVIN (G.), MARINVAL (P.), PAHIN-PEYTAVI (A.-C.), THIÉBAULT (S.) 1992, La nécropole gallo-romaine et médiévale de la rue Louis Cauvin à Garéoult (Var), Bulletin Archéologique de Provence 21 : 59-96.

ALEXANDRE (E.), BÉRATO (J.), LEGUILLOUX (M.), PALFI (G.) 2004, Deux sites de l’âge du Bronze final IIb à Nice (Alpes-Maritimes), Documents d’Archéologie Méridionale 27 : 117-139.

ARCELIN (P.) 1973, La nécropole protohistorique de La Catalane aux Baux-de-Provence, Revue archéologique de Narbonnaise 6: 91-195.

ARCELIN (P.) 1979, La nécropole préromaine de l’Arcoule, commune de Paradou (Bouches-du-Rhône), Documents d’Archéologie Méridionale 2: 133-156.

ARCELIN (P.) 1982, À propos d’une sépulture préromane de Cavaillon (Vaucluse), Un atelier de céramique peinte de Provence occidentale, Revue archéologique de Narbonnaise 15 : 177-187.

ARCELIN (P.) et (C.) 1979, Une sépulture protohistorique aux Baux-de-Provence, Bulletin Archéologique de Provence 3 (1er trimestre) : 17-21.

ARNAUD (G.) et (S.) 1975, Luxation congénitale bilatérale de la hanche et manifestation d’hyperostose porotique sur un squelette d’époque paléo-chrétienne, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIIe série, 2, 4: 307-326.

ARNAUD (G.) et (S.) 1976, Un nouveau cas d’amincissement bipariétal symétrique, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIIe série, 3, 1 : 3-14.

ARNAUD (G.) et (S.), BUCHET (L.), DUBAR (M.), MÜLLER (A.) 1987, Sépultures protohistoriques à Nice (A.-M.), La nécropole du Youri, Bulletin Archéologique de Provence 17 : 27-30.

AUDIBERT (J.) 1960, À propos des hypogées préhistoriques de Fontvieille (Bouches-du-Rhône), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 9: 94-102.

AYCARD (P.), BÉRARD (G.), MARTOS (F.), MACZEL (M.), PALFI (G.) 1999, Considérations sur deux têtes humaines coupées et inhumées isolément au Ier s. ap. J.-C., Île de Proquerolle, Hyères (Var), Bulletin Archéologique de Provence 28 : 29-37.

BARRAL (L.) 1954, La grotte Barriéra, un gisement énéolithique dans les Alpes-Maritimes, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 1: 83.

BARRAL (L.) 1955, Les grottes de Saint-Benoit, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 2: 149-228.

BARRAL (L.) 1956, Contribution à la connaissance des populations néo-énéolithiques de Basse-Provence, Les hommes de la grotte Bianchi, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 3: 189-240.

BARRAL (L.) 1957, Contribution à la connaissance des populations néo-énéolithiques de Basse-Provence, Les hommes des grottes Repaire I et II, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 4: 209-248.

BARRAL (L.) 1958, Contribution à la connaissance des populations néo-énéolithiques de Basse-Provence, L’homme cardial de Castellar, Abri Pendimoun, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 5: 135-164.

BARRAL (L.) 1960, Contribution à la connaissance des populations néo-énéolithiques de Basse-Provence, Les crânes trépanés de l’aven Mariat, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 7: 153-172.

BARRAL (L.), PRIMARD (S.) 1962, L’homme du Rastel, commune du Peillon, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 9: 171-190.

BELLET (M.E.) 1983, Sépultures à incinération du Ier s. découvertes à Mormoiron (Vaucluse), Bulletin Archéologique de Provence 11 (2e trimestre) : 8-18.

BELLET (M.E.), DUMOULIN (A.) 1985, Les sépultures à incinération du Ier s. de notre ère, Découvertes à Cavaillon (Vaucluse), Documents d’Archéologie Méridionale 8: 165-170.

BÉRARD (G.) 1961, La nécropole gallo-romaine de la Calade à Cabasse, Gallia 19 : 105-158.

BÉRARD (G.) 1980, La nécropole de la Guérine à Cabasse (Var), Revue Archéologique de Narbonnaise 13 : 19-64.

BÉRATO (J.), DUGAS (F.), DUTOUR (O.) 1991, Les tombes proto-historiques de Gros-Ped, les Arcs-sur-Argens (Var), Documents d’Archéologie Méridionale 14 : 125-140.

BÉRATO (J.), DUGAS (F.), PALFI (G.) 1996, Sépultures rurales de l’époque gallo-romaine aux Arcs-sur-Argens (Var), Bulletin Archéologique de Provence 25 : 3-28.

BÉRATO (J.), DUTOUR (O.), PALFI (G.) 1991, À propos d’une spondylodiscite médiévale du Xe s. (La Roquebrussanne, Var), Paleobios 7, 1 : 9-18.

BÉRATO (J.), DUTOUR (O.), WILLIAMS (J.) 1990a, Incinérations et inhumations du Haut-Empire, Saint-Lambert, Fréjus, (Var), Paleobios 6, 2-3 : 43-62.

BÉRAUD (I.), BRUN (J.-P.), GÉBARA (C.) 1986, Un enclos funéraire gallo-romain à Bagnols-en-Forêt (Var), Revue Archéologique de Narbonnaise 19 : 351-359.

BÉRAUD (I.), GÉBARA (C.) 1986, Les lits funéraires de la nécropole gallo-romaine de Saint-Lambert (Fréjus), Revue Archéologique de Narbonnaise 19 : 183-209.

BERTUCCHI (G.) 1977, Les fouilles de la Bourse à Marseille (Campagnes 1975-1976), Revue Archéologique de Narbonnaise 10 : 235-238.

BEYNEIX (A.) 1997, Les sépultures cardiales et épicardiales de France méridionale, Bulletin de la Société Préhistorique Française 94, 2 : 191-197.

BILLY (G.) 1966, Étude anthropologique d’un chef hallstattien inhumé sous tumulus à Chabestan (Hautes-Alpes), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIe série, 9 : 337-354.

BILLY (G.) 1968, Les ossements humains du tumulus hallstattien de Chabestan (Hautes-Alpes), Gallia 26, 2: 279-294.

BINDER (D.), BROCHIER (J.-E.), DUDAY (H.), HELMER (D.), MARINVAL (P.), THIÉBAULT (S.), WATTEZ (J.) 1993, L’abri Pendimoun à Castellar (Alpes-Maritimes) : nouvelles données sur le complexe culturel de la céramique dans son contexte stratigraphique, Gallia Préhistoire 35 : 177-251.

BLAIZOT (F.), BONNET (C.), CASTEX (D.), DUDAY (H.) 2001, Trois cimetières ruraux de l’Antiquité tardive dans la moyenne vallée du Rhône, Les sites du Pillon à Marennes (Rhône), du Trillet à Meyzieu (Rhône) et des Girardes à Lapalud (Vaucluse), Gallia 58 : 271-361.

BOCCONE (S.), BOANO (R.), FULCHERI (E.), RABINO MASSA (E.) 2004, Ostéochondronécroses articulaires : signification et problèmes diagnostiques abordés dans l’étude d’échantillons ostéologiques provenant de Briançon et de La Salle des Alpes (Hautes-Alpes, France), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 16, 3-4 : 201-209.

BÖETSCH (G.), CHEVÉ (D.), SIGNOLI (M.) 1998, Du corps au cadavre pendant la grande peste de Marseille (1720-1721) : des données ostéo-archéologiques et historiques aux représentations sociales d’une épidémie, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 10, 1-2 : 99-120.

BORRÉANI (M.), BRUN (J.-P.) 1990, Une exploitation agricole antique à Costebelle (Hyères, Var) : Huilerie et nécropole, Revue Archéologique de Narbonnaise 23 : 117-151.

BOUET (A.) 1993, Quatre tombes d’une nécropole de l’Antiquité Tardive à Olbia de Provence (Hyères-les-Palmiers, Var), Bulletin Archéologique de Provence 22 : 28-36.

BOUVILLE (C.) 1973, Les squelettes de nouveau-nés de la grotte de l’église et de la grotte murée de Montpézat, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIe série, 10, 4 : 335-369.

BOUVILLE (C.) 1978, Problème de l’identification des dents isolées, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIIe série, 5, 3 : 249-254.

BOUVILLE (C.) 1979, Les restes humains du dolmen n° 2 du Prignon, Bulletin Archéologique de Provence 4 (4e trimestre) : 35-55.

BOUVILLE (C.) 1980, L’hypogée chalcolithique de Roaix, Apport à l’étude de la démographie en Provence, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIIe série, 7, 2 : 85-89.

BOUVILLE (C.) 1981, Les squelettes des nouveau-nés des fouilles de la Bourse à Marseille (Bouches du Rhône), Bulletin Archéologique de Provence 8 (4e trimestre) : 57-70.

BOUVILLE (C.) 1991a, La population préhistorique de Provence, L’Anthropologie 95, 1 : 279-292.

BOUVILLE (C.) 1991b, Chalcolithique de Provence et trépanations, L’Anthropologie 95, 1 : 293-306.

BOUVILLE (C.), CONSTANDSE-WESTERMANN (T.), NEWELL (R.) 1983, Les restes humains mésolithiques de l’Abri Cornille (Istres-13), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIIe série, 10, 1 : 89-110.

BOUVILLE (C.), GAGNIÈRE (S.), GRANIER (J.), PACCARD (M.) 1980, L’abri n° 3 de Chinchon à Saumanes (Vaucluse), Bulletin de la Société Préhistorique Française 77, 10-12 : 341-366.

BOUVILLE (C.), KURZAWSKI (V.) 1982, Les urnes funéraires du site de la Gatasse à Martigues : une intéressante collaboration entre archéologues et anthropologues, Bulletin Archéologique de Provence 10 : 53.

BOUVILLE (C.), SPITÉRY (E.), MOIGNE (A.-M.) 1982, Le gisement d’Éliagnac à Cassis (Bouches du Rhône), Bulletin Archéologique de Provence 10 (4e trimestre) : 7-19.

BOYER (R.), ARNAUD (G.) et (S.), REYMONDON (A.), DESSE (J.) 1986, Un groupe d’urnes cinéraires (Ier-IIe s.) découvert près des Arcs-sur-Argens (Var), Gallia 44, 1 : 91-120.

BRACCO (J.) 1961, Les hommes de l’aven des Crânes, commune de Brenon (Var), Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 8: 225-236.

BRACCO (J.) 1962, Les hommes de l’Aven Plérimond, commune d’Aups (Var), Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 9: 221-236.

BRACCO (J.) 1963, Les hommes de l’Aven Plérimond, commune d’Aups (Var), Deuxième partie, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 10 : 163-172.

BRACCO (J.) 1964, Les hommes de Carros, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 11 : 165-175.

BRIEN (F.), LAGRUE (J.-P.), LAURIER (F.), PASQUALINI (M.), VECCHIONE (M.) 1992, Hyères, Fouilles de l’église Saint-Pierre et de ses abords, Archéologie du Midi Médiéval X: 135-155.

BRUN (J.-P.), ARNAUD (G.) et (S.) 1979, La grotte Thémeré (Commune de Rocbaron, Var), Sondage archéologique de 1971, Documents d’Archéologie Méridionale 2: 17-26.

BRUN (J.-P.), AYCARD (P.), CAZALAS (G.), LECACHEUR (P.), LEGUILLOUX (M.), PALFI (G.) 1997, La villa romaine des Platanes à Saint-Tropez (Var), Revue archéologique de Narbonnaise 30 : 203-217.

BRUN (J.-P.), ROGERS (G.B.), COLUMEAU (P.), THINON (M.) 1989, La villa gallo-romaine de Saint-Michel à La Garde (Var), Un domaine oléicole au Haut-empire, Gallia 46 : 130-163.

BUCHET (L.), SÉGUY (I.) 2003, Les fouilles de l’ancien cimetière d’Antibes (06) : aspects paléodémographiques, Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 45 : 309-318.

BUISSON-CATIL (J.), SAUZADE (G.) 1996-1997, Le gisement Bronze final de l’aven des Fourches I à Sault, Contribution à l’étude fonctionnelle des cavités karstiques des plateaux du Vaucluse, Documents d’Archéologie Méridionale 19-20 : 7-31.

BURKHALTER (L.) 1955, La grotte Bianchi (campagne de 1954), Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 3: 41-49.

CALVET (A.) 1970, Grotte sépulcrale de Carluc, commune de Reillanne (B.-A.), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 19 : 59-72.

CALVET (A.) 1971, Les dolmens du « Clau-deï-Meli » commune de Forcalquier (Alpes de Haute-Provence), Bulletin de la Société Préhistorique Française 68, 8: 253-256

CHABOT (B.), FERAUD (J.), CHARLES (R.P.) 1959, La nécropole de la rue du Tapis-Vert à Marseille, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 8: 63-86.

CHARLES (R.P.) 1952, Les sépultures préhistoriques de Terrevaine près de la Ciotat (Bouches-du-Rhône), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 1: 29-61.

CHARLES (R.P.) 1954, La grotte sépulcrale du ravin de la Faye près de La-Palud (B.-A.), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 3: 68-79.

CHARLES (R.P.) 1955, La grotte sépulcrale de Reillanne (Basses Alpes), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 4: 150-156.

CHENEVEAU (R.) 1964, Le cimetière paléo-chrétien de Sancta Maria de Olivo, Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 7: 1-67.

CHENEVEAU (R.) 1971, La grotte à ossements de Levens en 1971, Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 14 : 11-12.

CHEYLAN (G.) et (M.) 1972, Un ossuaire chasséen : la grotte du Delubré, commune de Vauvenargues (Bouches-du-Rhône), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 21 : 96-111.

CHEYLAN (M.), CONGÈS (G.), ARNAUD (G.) et (S.), BLANC (A.), BRANDY (L.D.) 1984, La grotte de la Citadelle à Vauvenargues (Bouches-du-Rhône), Un ossuaire chalcolithique-Bronze ancien, Cahiers Ligures de Préhistoire et de Protohistoire 1: 125-147.

CLERGUES (M.) 1966, Fouilles de la chapelle du Saint-Esprit à Antibes (1960-1966), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 15 : 328-338.

CONSTANDSE-WESTERMANN (T.), MEIKLEJOHN (C.), NEWELL (R.) 1982, A reconsideration of the Mesolithic skeleton from Rastel (commune de Peillon, Alpes-Maritimes, France), Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 26 : 75.

COURTIN (J.) 1962, Recherches sur la préhistoire de Haute-Provence, La grotte Murée de Montpézat, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 11, 2 : 248-256.

COURTIN (J.), FROGET (C.) 1969, La station néolithique de l’île du Riou (sud de Marseille, Bouches-du-Rhône), Étude géologique et archéologique, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 15 : 147-157.

COURTIN (J.), GOURVEST (J.) 1959, Sépulture à incinération du Haut-Empire au quartier des Salins, à Saint-Tropez (Var), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 8: 185-188.

COURTIN (J.), PUECH (H.) 1962, L’abri du pont de Quinson (Basses-Alpes), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 11, 1 : 153-158.

COURTIN (J.), PUECH (H.) 1963, Découverte de la première phase de l’âge du Bronze en Basse Provence, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 12, 1 : 56-65.

DEBONO (L.), MAFART (B.-Y.), GUIPERT (G.), JEUSEL (E.) 2004, Application pratique de la méthode d’estimation de l’âge au décès de Schmitt et Broca (2000), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 16, 1-2 : 115-120.

DUMOULIN (A.) 1958, Recherches archéologiques dans la région d’Apt, Gallia 16, 2 : 197-241.

DUMOULIN (A.) 1962, Les fosses funéraires de Cucuron (Vaucluse), Gallia 22, 2 : 223-233.

DUMOULIN (A.) 1964. Découverte d’une nécropole gallo-romaine à Apt (Vaucluse), Gallia 22, 1 : 87-110.

DUTOUR (O.), BÉRATO (J.), WILLIAMS (J.) 1991, Sépultures du site antique de la Porte d’Orée (Fréjus), L’Anthropologie 95, 2-3 : 651-660.

DUTOUR (O.), SIGNOLI (M.), GEORGEON (E.), DA SILVA (J.) 1994b, Le charnier de la Grande Peste de Marseille (rue Leca) : données de la fouille de la partie centrale et premiers résultats anthropologiques, Préhistoire Anthropologie Méditerrannéennes 3: 191-204.

FIXOT (M.), PELLETIER (J.P.) 1976, Fouilles de sauvetage au prieuré de Ganagobie, Archéologie Médiévale VI : 287-327.

FIXOT (M.), PROUST (J.) 1971, Un site du Haut Moyen Âge provençal : Saint-Laurent de Pélissanne, Archéologie Médiévale 1: 189-239.

FULPIN (J.), MAFART (B.-Y.), CHOUC (P.-Y.), DEMIANS D’ARCHIMBAUD (G.) 2001, Étude par absorptiométrie de la densité minérale osseuse dans une population médiévale (nécropole de Notre-Dame du Bourg, Digne, Alpes de Haute-Provence France, XIe s.-XIIIe s. et XVIe s.-XVIIIe s.), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 13, 3-4 : 337-341.

GAGNIÈRE (S.) 1970, Montsalier, Gallia Préhistoire 13, 2: 555.

GAGNIÈRE (S.) 1981, Note anthropologique sur le crâne de Costapera, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 25 : 91-98.

GIROTTI (M.) 1995, Évaluation de l’usure macroscopique des dents d’une population du Moyen Âge provenant de Cadarache (Provence), L’Anthropologie 99, 1 : 143-154.

HALLIER (G.), GUÉRY (R.), LAVAGNE (H.), GASCOU (J.) 1990, Le mausolée de Cucuron (Vaucluse), Gallia 47 : 145-202.

HEIJMANS (M.), SINTÈS (C.) 1994, L’évolution de la topographie de l’Arles antique, Un état de la question, Gallia 51 : 135-170.

JAUBERT (J.), LEMAIRE (G.), GRENET (M.) 1993, Découverte de tombes en bâtière à Saint-Étienne en Dévoluy (Hautes Alpes), Bulletin Archéologique de Provence 22 : 37-48.

LEBEL (S.), TRINKAUS (E.) 2001, Nouvelles découvertes de restes humains du Paléolithique moyen du Bau de l’Aubesier (Vaucluse, France), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 13, 1-2 : 15-21.

LUMLEY DE (M.-A.) 1962, Les lésions osseuses de l’homme de Castellar (A.M.), Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 9: 191-205.

LUMLEY DE (M.-A.) 1963, Les restes humains de la grotte-aven de la Carrière à la Montade (Plan-de-Cuques, Bouches-du-Rhône), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 12, 1 : 65-82.

MAFART (B.-Y.) 1981, Méthode d’étude des déformations rachidiennes en paléopathologie, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIIe série, 8, 1 : 63-79.

MAHIEU (E.) 1983, Le foetus de l’hypogée du Capitaine à Grillon (Vaucluse), Bulletin Archéologique de Provence 12 (4e trimestre) : 17-18.

MAHIEU (E.) 1984, Les fusions tarsiennes : un exemple d’un pont calcanéen à l’hypogée du Capitaine (Grillon-84), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIVe série, 1, 4 : 289-296.

MAHIEU (E.) 1984-1985, Foetus et nouveau-nés préhistoriques, Étude et problèmes d’interprétation, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 28 : 138-154.

MAHIEU (E.) 1987, Vers une meilleure connaissance des rites funéraires du Néolithique provençal, Bulletin de la Société Préhistorique Française 34, 1 : 5-7.

MAHIEU (E.) 1998, L’anthropologie à Entremont, Documents d’Archéologie Méridionale 21 : 62-66.

MAHIEU (E.), BOISSEAU (B.) 2000, La nécropole de Ventavon (Hautes-Alpes), Synthèse des différentes interventions et comparaisons, Documents d’Archéologie Méridionale 23 : 7-75.

MARCADAL (N.) et (Y.), PAILLET (J.-L.), HEIJMANS (M.), VILLEMEUR (I.), COLUMEAU (P.) 2003, La nécropole protohistorique et gallo-romaine de Servanes, Cagalou (Ier s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J-.C.) à Mouriès (Bouches-du-Rhône), Sépultures et monuments funéraires, Documents d’Archéologie Méridionale 26 : 281-348.

MARCADAL (Y.), FÉMÉNIAS (J.-M.) 2001, Une sépulture remarquable du Ier s. av. J.-C. à Servanes (Mouriès, Bouches-du-Rhône), Documents d’Archéologie Méridionale 24 : 185-199.

MARCHESI (H.) 1991. Découverte d’une inscription et d’une sépulture à incinération à Saint-Saturnin d’Apt (Vaucluse), Bulletin Archéologique de Provence, 20 : 19-22.

MIGNON (J.-M.), DORAY (I.), FAURE (V.), BOUET (A.) 1997, La Domus suburbaine de « La Brunette » à Orange, Revue Archéologique de Narbonnaise 30 : 173-202.

MOLINER (M.) 1994, Dispositifs de couverture et de signalisation dans la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille, Documents d’Archéologie Méridionale 17 : 74-92.

MÜLLER (A.), LEMERCIER (O.) 1994, Le site néolithique final/chalcolithique de la Fare à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), Bulletin de la Société Préhistorique Française 91, 3 : 187-189.

NIN (N.), CHARLET (J.L.), DE LUCA (B.) 1987, La voie aurélienne et ses abords à Aix-en-Provence, Nouvelles données sur un paysage périurbain, Revue Archéologique de Narbonnaise 20 : 191-280.

NIN (N.), DUFRAIGNE (J.-J.), THERNOT (R.), VECCHIONE (M.) 1993, Nouvelle approche des espaces périurbains de l’agglomération antique d’Aquae Sextiae, La campagne de reconnaissance archéologique de la ZAC Sextius-Mirabeau, Bulletin Archéologique de Provence 22 : 3-27.

OCTOBON (F.C.E.) 1954, La grotte Bianchi (commune de La Colle-sur-Loup), Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 2 (1929/1953) : 59-63.

OCTOBON (F.C.E.) 1955, Sépultures de Peïra Cava, commune de Lucéram, Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 3: 73-77.

PACCARD (M.) 1957, Étude d’un peuplement de vallée du Néolithique ancien au IIe âge du Fer : le vallon du Fraischamp (commune de La-Roque-sur-Penne, Vaucluse), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 6: 112-154.

PACCARD (M.) 1979, La stratigraphie de la grotte d’Unang, Malemort-du-Comtat (Vaucluse), Bulletin de la Société Préhistorique Française 76, 5 : 153-156.

PACCARD (M.), GAGNIÈRE (S.) 1954, La grotte d’Unang, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 3: 3-27.

PALFI (G.) 1992, Maladie, environnement et activités : Traces sur l’os humain ancien, Préhistoire Anthropologie Méditerrannéennes 1: 67-79.

PALFI (G.) 1997, Maladie dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Paléopathologie comparée des anciens Gallo-romains et Hongrois, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 9, 1-2 : 205.

PALFI (G.), DUTOUR (O.), BÉRATO (J.) 1993, Étude paléopathologique de la série gallo-romaine de Costebelle (Hyères, Var), Paleobios 9, 1-2 : 1-28.

PAUL (J.M.) 1955, Observation sur la grotte sépulcrale de la Bégude (commune de Roquefort-les-Pins, A.M.), Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 3: 32-40.

PIGEARD DE GOURBERT (J.) 1967, Chalcolithique de tradition chasséenne à Saint-Marc (Bouches-du-Rhône), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie 16 : 107-119.

POTEUR (J.-C.) et (C.) 1996, Note à la suite d’une fouille sur le site de Notre-Dame de la Colla (Carros, A.-M.), Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 38 : 107-127.

POUYÉ (B.), ALLOUIS (M.-F.), BONIFAY (M.), BOUVILLE (C.), CALVET (A.), LOPEZ (A.) et (C.) 1994, Une nécropole de l’Antiquité tardive à Cadarache (Saint-Paul-les-Durances-13), Archéologie Médiévale 24 : 51-135.

RENAULT (S.) 1996-1997, Les niveaux de l’âge du Bronze du Mourre de la Barque à Jouques (Bouches-du-Rhône), Première analyse du mobilier et reconstitution paléoenvironnementale, Documents d’Archéologie Méridionale 19-20 : 33-56.

ROLLAND (H.) 1960, Banon, Gallia 18 : 284-285.

SALACROUP (G.) 1999, La chapelle Notre-Dame des Selves, Sondage archéologique en 1996 aux plans de Carros (06), Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 41 : 67-88.

SALACROUP (G.) 2000, La chapelle Notre-Dame des Selves, Sondage archéologique en 1998 aux plans de Carros (Alpes-Maritimes), Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 42 : 85-114.

SALICIS (C.), BINDER (D.), BOUALI (M.), BUCHET (L.), DESSE (J.) 2001, Une sépulture collective du néolithique final : la grotte-ossuaire de la Cumba dite « la grotte du Rat » à Levens (Alpes-Maritimes), Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 43 : 19-62.

SAUZADE (G.) 1979, Les deux tombes du Prignon et des dolmens de Saint-Cézaire, Bulletin Archéologique de Provence 4(4e trimestre) : 15-34.

SAUZADE (G.), 1981. La grotte de Costapera (Les-Baux-de-Provence, Bouches-du-Rhône), Du Néolithique moyen au Bronze ancien, Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 25 : 71-89.

SAUZADE (G.) 1989, Le dolmen de Gauttobry, commune de La Londe-Les-Maures (Var), Bulletin Archéologique de Provence 18 : 17-25.

SAUZADE (G.), COURTIN (J.), CHABAUD (G.) 1988, Le dolmen de la Haute Suane (Grimaud-Sainte-Maxime, Var) et la tombe circulaire en blocs de l’Amourié (Grimaud), Bulletin de la Société Préhistorique Française 85, 5 : 148-159.

SAUZADE (G.), COURTIN (J.), MAHIEU (E.), PÉRINET (G.) 1988, Le dolmen II de San Sébastien, communes de Plan-de-la-Tour et Sainte-Maxime (Var), Réflexions sur les pratiques de l’inhumation dans les sépultures collectives provençales, Gallia Préhistoire 30 : 119-149.

SAUZADE (G.), DUDAY (H.) 1975-1976, L’abri de la Madeleine (Bédoin, Vaucluse), Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco 20 : 97-123.

SIGNOLI (M.), CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.), DUTOUR (O.) 1995, Étude anthropologique d’un charnier de la peste de 1720-1721 à Martigues, Préhistoire Anthropologie Méditerrannéennes 4: 173-189.

SIVADE (H.) 1971, Une grotte à ossements à Levens (Alpes-Maritimes), l’anthropophagie des hommes préhistoriques, Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 14 : 5-10.

THOMAS (M.) 1991, Un site du Haut Moyen Âge provençal : Saint-Jean-de-Taravon (Volonne, Alpes-de-Haute-Provence), Revue archéologique de Narbonnaise 24 : 235-254.

TRINKAUS (E.), LEBEL (S.), BAILEY (S.E.) 2000, Middle Paleolithic and recent human dental remains from the Bau de l’Aubesier, Monieux (Vaucluse), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 12, 1-2 : 207-226.

VILLA (P.), COURTIN (J.), HELMER (D.), SHIPMAN (P.), BOUVILLE (C.), MAHIEU (E.), BELLUOMINI (G.), BRANCA (M.) 1986, Un cas de cannibalisme au Néolithique, Boucherie et rejet de restes humains et animaux dans la grotte de Fontbrégoua à Salernes (Var), Gallia Préhistoire 29 : 143-171.

VINDRY (G.) 1960, La sépulture d’Ascros, Mémoires de l’Institut de Préhistoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes 4: 79-82.

WEBER (B.), LUMLEY DE (M.-A.) 1966, Une sépulture de l’âge du Bronze moyen dans le massif du Deffends à Eyguières (Bouches-du-Rhône), Gallia Préhistoire 2: 405-418.

Autres références

AUBIN (G.) 1996, Analyses et propositions à propos de la publication archéologique en France, Rapport sur les revues interrégionales d’archéologie, Les Nouvelles de l’Archéologie 64 (été) : 5-17.

BOUALI (M.) 1988, Place de l’anthropologie historique dans cinq grandes revues anthropologiques, in Actes des 3e journées anthropologiques, Notes et Monographies Techniques n° 24, CNRS, Paris, p. 31-42.

BUCHET(L.) 1980, Une collaboration archéologue–anthropologue, pour quoi faire ? Archéologie médiévale 10 : 333-339.

LEROI-GOURHAN (A.) 1997 (réédition), Dictionnaire de la Préhistoire, Quadrige, PUF, Paris, 1277 p.

Haut de page

Notes

1  « Ensemble cohérent de vestiges présentant une unité chronologique et/ou fonctionnelle sur un espace donné », selon la définition de la base Patriarche.

2  « Gisement inséré dans un certain paysage, et que l’on considère dans ce qu’il a d’unique ». L’emploi de ce terme « implique la volonté de comprendre cette insertion dans ce paysage, et de chercher les raisons du choix par les hommes de cette implantation particulière » (Leroi-Gourhan 1997).

3  Carte archéologique nationale du Ministère de la Culture et de la Communication.

4  La revue Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie a été éditée de 1952 à 1977 et a été republiée en 1984 et 1985 sous le nom de Cahiers Ligures de Préhistoire et de Protohistoire mais n’a pas perduré par la suite. C’est la seule revue qui n’existe plus aujourd’hui, les deux noms sont rassemblés sous Cahiers Ligures mais il convient également de souligner qu’il n’y a eu aucune publication entre 1977 et 1984.

5  1 Revue éditée par le Laboratoire d’anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale (Université de Provence-URA 164, CNRS, Aix-en-Provence) puis par l’UMR 6636-ESEP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

D. Deverly, « Méta-analyse des sites archéologiques funéraires de Provence-Alpes-Côte-d’Azur : vers une meilleure gestion des collections et de la recherche anthropologiques régionales », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 17 (3-4) | 2005, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://bmsap.revues.org/1202

Haut de page

Auteur

D. Deverly

UMR 6578, Unité d’Anthropologie : adaptabilité biologique et culturelle, CNRS, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Centre, 27 boulevard Jean Moulin, 13385 Marseille CEDEX 05, e-mail : daphnedeverly@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page