Navigation – Plan du site

Des pratiques funéraires marginales entre les VIe et IIIe millénaires Av. J.-C. en Europe tempérée ? Le cas des ossements humains en contexte non sépulcrali

Marginal funerary practices between the 6th and the 3rd Millennia B.C. in temperate Europe? The case of human remains from non-burial contexts
J.-G. Pariat
p. 301-305

Résumé

Marginal funerary practices between the 6th and the 3rd Millennia B.C. in temperate Europe? The case of human remains from non-burial contexts

Burials are particularly visible evidence of the funerary practices within a group, but are not necessarily the most representative trace of these practices. Over the last thirty years, the many human remains discovered outside burial contexts have led us to consider different methods of funerary practices for the period between the 6th and 3rd millennia B.C. in temperate Europe. Are the remains present in the final burial site the result of deliberate handling, or rather do they come to be there because of accidental circumstances independent of human control? Does the phenomenon of human remains outside burial contexts represent a unique reality in time?

Our approach takes into account techniques developed in anthropological field work in relation to these contexts. It calls on the elaboration of a solid analysis grid for examining the sites systematically with the same approach. Through the results obtained we define the criterion of inspection intended to determine the conditions of the human remains on arrival at the final burial site. Finally, we are also attempting to discover the possible development of these customs in terms of time and space.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Couramment sur les sites néolithiques d’Europe, des restes humains sont découverts en contexte a priori non sépulcral : une fosse de maison, un puits de minière, un fossé d’enceinte... Ces découvertes, longtemps négligées, ne seront véritablement prises en considération qu’à partir des années 1970. Certains chercheurs voient là les restes d’individus tués, d’autres considèrent qu’ils témoignent de pratiques funéraires complexes (Koch 1971 ; Drewett 1977 ; Vermeersch, Walter 1980 ; Mazingue, Mordant 1984). Un tournant s’opère dans les années 1990 avec les premières études centrées sur ces vestiges (Debut, Masset 1991 ; Semelier 1999). Cependant, il n’existait aucune approche globale de ces contextes, malgré la diversité des interprétations évoquées. Notre thèse a tenté d’embrasser ce sujet dans sa globalité. Nous avons ordonné notre problématique autour de deux axes majeurs : – D’une part, pourquoi retrouve-t-on des restes humains dans des contextes aussi diversifiés ? –D’autre part, le phénomène des restes humains issus de contextes non sépulcraux renvoie-t-il à une réalité unique dans le temps ?

Un cadre géoculturel suffisamment large

2Le cadre chronologique choisi couvre un intervalle compris entre le milieu du VIe millénaire av. J.-C. et la fin du IIIe millénaire av. J.-C., au cours duquel les restes humains sont continuellement présents. Quatre pays ont été sélectionnés où les sites ayant livré des ossements humains sont particulièrement nombreux : l’Angleterre, la France, la Belgique et l’Allemagne.

3Un dépouillement bibliographique nous a conduit à recenser 110 sites renfermant au moins un ossement hors sépulture (fig. 1). Dans cet ensemble, nous avons sélectionné un corpus représentatif restreint de 17 sites. Les restes humains, non identifiés lors de la fouille, ont été recherchés parmi les os animaux permettant l’exploitation d’une documentation nouvelle.

4Plusieurs de ces sites abritent des tombes. L’analyse des sépultures a été menée parallèlement à celle des restes humains afin de confronter les différents contextes.

Fig. 1 - Les sites inventoriés.
Fig. I—The sites listed.

Agrandir

Une approche systématique

5Faute de méthodologie existante, nous avons élaboré notre propre grille d’analyse. Elle comprend six étapes.

6Premièrement, il s’agit d’observer le contexte dans lequel apparaissent les restes humains et leur répartition sur le site. Deuxièmement, nous examinons les altérations de l’os (érosion, traces de découpe, de morsure ou de griffe…). Troisièmement, les parties anatomiques représentées sont inventoriées et le Nombre Minimum d’Individus est calculé. Quatrièmement, nous procédons à un bilan des connexions et des liaisons.

7Ces quatre premières étapes répondent à plusieurs objectifs : observer la dispersion des restes et leur mélange aux autres vestiges, déceler des traces de modification artificielle sur l’os, mettre en évidence des déséquilibres dans la série et tester son homogénéité.

8Cinquièmement, les choix qui ont présidé à la mise en place des restes dans ces contextes ont été évalués.

9Nous avons distingué six niveaux d’intentionnalité, ordonnés suivant la chronologie des actions réalisées (fig. 2). Si aucune intention n’a été identifiée, la présence des restes a été considérée comme fortuite.

10Enfin la dernière étape s’attache à caractériser la population.

Fig. 2 - Les niveaux d’intention.
Fig. 2—The levels of intention.

Agrandir

Restes humains, manipulations et fonctions des sites

11La pertinence de la grille d’analyse a été testée sur le corpus de 17 sites et les résultats examinés sous cinq éclairages : les gestes, le phénomène au fil du temps, une microrégion, les populations, et les sites. Concernant les ossements humains, nous avons caractérisé les modalités d’arrivée des restes sur le lieu d’ensevelissement. En cas de manipulation intentionnelle, l’un des six niveaux d’intention a été repéré grâce à des indices diagnostiques. Ainsi la présence exclusive de blocs crânio-faciaux dans une même structure plaide pour une présélection des restes.

12Un recensement des manipulations intentionnelles et des arrivées fortuites pour un maximum de sites a fait ressortir la fréquence des premières (51 % contre 22 % d’arrivées fortuites et 27 % de cas indéterminés). Si les manipulations intentionnelles sont récurrentes, cela ne signifie pas pour autant que tous les gestes réalisés l’ont été à des fins funéraires. Nous avons donc rediscuté plusieurs hypothèses formulées par le passé (Lichardus 1986 ; Veit 1996 ; Wahl 1999) : rejet détritique, tombe remaniée, pratique en plusieurs temps.

13Nous avons ensuite cherché si des pratiques étaient typiques d’une période. La présence d’ossements humains hors contexte sépulcral renvoie à des réalités différentes selon les périodes. Les dépôts intentionnels de blocs crânio-faciaux sont particulièrement récurrents sur les sites Michelsberg.

14Sur le plan microrégional, une confrontation des structures du Néolithique moyen II abritant des restes humains (tombes et autres) a été menée en Basse Marne et en Petite Seine. Ce travail a fait ressortir l’importance des manipulations intentionnelles d’ossements sur des sites fréquentés entre 4200 et 3800 av. J.-C. (dépôts de crâne par exemple).

15Du point de vue démographique, nous soulignons l’ampleur des déficits. Les sujets isolés sont mal représentés et il manque énormément d’individus. Les pratiques mises en évidence, même en tenant compte des restes humains épars, ne peuvent pas être représentatives de l’ensemble des traitements réalisés à l’origine.

16Enfin, les ossements humains ont été replacés dans une perspective plus large : celle du site pour tenter d’en préciser la fonction. Fréquemment, l’enceinte abrite des ossements humains. En confrontant l’ensemble des analyses existantes pour les restes humains à celles effectuées sur d’autres vestiges, nous avons révisé six interprétations relatives à la fonction des enceintes : village, lieu de refuge, enclos à bestiaux, place de marché, cimetière et site plurifonctionnel. Plusieurs interprétations concordent mal : une enceinte « place de marché » est par définition irrégulièrement fréquentée, abritant des structures légères, peu compatibles avec la présence d’os humains.

Des conditions d’enfouissement à la fonction des sites

17En somme, l’approche systématique des restes humains issus de contextes a priori non sépulcraux a conduit à caractériser leurs modalités d’enfouissement. Dans l’ensemble, les manipulations intentionnelles sont récurrentes. Le réexamen de plusieurs hypothèses nous conduit à nuancer un postulat de départ : le contexte hors sépulcral est un « a priori », parfois contredit par l’étude.

18Les ossements proviennent souvent de pratiques alternatives à l’inhumation dans des tombes, comme en témoignent les cas de dépôts intentionnels secondaires avec réutilisation de structure.

19Le constat unique de la présence d’os humains dans divers contextes ne renvoie pas à une réalité historique unique, mais au contraire à une variété de scénarios.

20Enfin, l’apport des os humains est considérable pour la compréhension du fonctionnement des sites : ils en influencent largement l’interprétation.

Haut de page

Bibliographie

DEBUT (A.), MASSET (C.) 1991, Restes humains épars en milieu chasséen septentrional, Recherches en cours, in Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours 1989, Mémoire du musée de Préhistoire d’Ile-de-France 4, Paris, p. 409-412.

DREWETT (P.) 1977, The excavation of a Neolithic Causewayed Enclosure on Hoffham Hill, East Sussex, 1976, Proceedings of the Prehistoric Society 43: 201-241.

KOCH (R.) 1971, Zwei Erdwerke der Michelsberger Kultur aus dem Kreis Heilbronn, Fundberichte aus Schwaben, N.F., 19: 51-67.

LICHARDUS (J.) 1986, Le rituel funéraire de la culture de Michelsberg dans la région du Rhin supérieur et moyen, in Le Néolithique de la France, Hommage à G. Bailloud, Picard, Paris, p. 343-358.

MAZINGUE (B.), MORDANT (D.) 1984, Fonctions primaires et secondaires des fosses du site néolithique récent de Noyen-sur-Seine et des enceintes de la Bassée (Seine-et-Marne), in Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque sur le Néolithique, Sens 1980, Société Archéologique de Sens 1, p. 129-134.

SEMELIER (P.) 1999, Le matériel anthropologique, in C. Burnez, P. Fouere (éds), Les enceintes néolithiques de Diconche à Saintes (Charente-Maritime), Une périodisation de l’Artenac, Mémoires de la Société Préhistorique Française XXV : 175-185.

VERMEERSCH (P.M.), WALTER (R.) 1980, Thieusies, ferme de l’Hosté, site Michelsberg (I), Archaeologica Belgica 230.

VEIT (U.) 1996, Studien zum Problem der Siedlungsbestattung im europäischen Neolithikum, Tübinger Schriften zur Ur-and Frühgeschichtlichen Archäologie, Band 1, Münster.

WAHL (J.) 1999, Menschliche Skelettreste aus Erdwerken der Michelsberger Kultur, in M. Kokabi, E. May (eds), Beiträge zur Archäozoologie und prähistorischen Anthropologie, Band 2, Konstanz, p. 91-100.

Haut de page

Notes

i  Cette note présente les principaux résultats d’une thèse de doctorat, réalisée sous la direction de Marion Lichardus-Itten et soutenue le 16 décembre 2005 à l’Université Paris I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

J.-G. Pariat, « Des pratiques funéraires marginales entre les VIe et IIIe millénaires Av. J.-C. en Europe tempérée ? Le cas des ossements humains en contexte non sépulcral », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 17 (3-4) | 2005, mis en ligne le 04 février 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://bmsap.revues.org/1242

Haut de page

Auteur

J.-G. Pariat

UMR 7041, Équipe Ethnologie Préhistorique, MAE, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre CEDEX, France, e-mail : jean-gabriel.pariat@mageos.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page