Navigation – Plan du site

Les fossiles de Cro-Magnon (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne)

Nouvelles données sur leur position chronologique et leur attribution culturelle
The Cro-Magnon Human Remains (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) : New information on their chronological position and cultural attribution
D. Henry-Gambier

Résumés

Les squelettes de Cro-Magnon découverts fortuitement en 1868 près des Eyzies-de-Tayac (Dordogne) sont classiquement attribués à l’Aurignacien et datés de 30000 BP par comparaison avec les datations 14C de la séquence aurignacienne de l’abri Pataud en Dordogne.
L’objectif de cet article est de discuter leur position chronologique et leur appartenance culturelle à partir d’une révision des données disponibles et d’une datation, par la méthode du carbone 14 en SMA, effectuée sur une des littorines (collection Lartet, MAN, Saint Germain-en-Laye) de la parure qui leur était associée. La date obtenue -27680 ≠ 270 BP, Beta –157439- doit être considérée comme un terminus ante quem mais elle constitue cependant un indicateur significatif de la position chronologique de la sépulture puisqu’il ne s’agit pas de coquilles fossiles. Ce résultat démontre que la sépulture multiple de Cro-Magnon (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne), serait datée d’au plus 28000 BP. Il exclut une appartenance à l’Aurignacien ancien et plaide en faveur d’une attribution au Gravettien ancien.

The Cro-Magnon Human Remains (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) : New information on their chronological position and cultural attribution

The Cro-Magnon skeletal remains discovered en 1868 near les Eyzies–de-Tayac (Dordogne) are generally attributed to the Aurignacian culture, and are dated to 30000 BP through comparison with the 14C date of the Aurignacian levels of the Pataud rock shelter (Dordogne).
An AMS 14C date (27680 ≠ 270 BP, Beta –157439) of a Littorina shell associated with these human remains demonstrates that they postdate 28000 BP, indicating that the Cro-Magnon burials should not be interpretated as early Aurignacian. Cultural indications and the AMS date of the shell favour an attribution to the early Gravettian period.

Haut de page

Texte intégral

paranumber">1En 1868, alors que la préhistoire suscite un grand engouement dans les milieux scientifiques et dans le public, la découverte des fossiles de Cro-Magnon dans un abri de la commune de Tayac en Dordogne a un retentissement considérable. Depuis, ils ont acquis une notoriété et une importance dont témoignent les nombreux articles scientifiques ou de vulgarisation qui leur ont été directement consacrés ou qui les mentionnent. L’utilisation du terme Cro-Magnon comme synonyme d’homme préhistorique pour certains, de premier homme moderne européen ou d’homme du Paléolithique supérieur pour d’autres marque d’une autre manière cette renommée.

2Dès la découverte, des articles de journaux et de nombreuses publications scientifiques (anonyme, 1868 ; Hamy, 1868a ; Jaubert, 1868 ; Mortillet, 1868) rendent compte de l’impact de l’événement et témoignent des enjeux attachés à la démonstration de l’ancienneté de ces vestiges humains. En effet, si, en 1868 l’antiquité de l’Homme est définitivement reconnue, ses origines et son évolution (débat autour des hypothèses transformistes et en particulier du darwinisme) sont d’autant plus discutées que les rares os humains exhumés jusqu’alors sont fragmentaires et que leur ancienneté est souvent douteuse, du fait des méthodes de fouille et des conditions de découverte.

3V. Duruy, ministre de l’Instruction publique, confie la fouille du site à L. Lartet, géologue et fils d’E. Lartet, figure notoire en paléontologie et en préhistoire. La découverte est présentée officiellement le 16 avril 1868 à Paris, lors de la réunion du Comité impérial des travaux historiques des Sociétés savantes, à la Sorbonne, en présence de V. Duruy (Hamy, 1868b).

4L’association de vestiges humains et d’une faune éteinte comme à Aurignac (Haute-Garonne) – gisement de référence à cette époque – et l’importance du talus qui masquait l’abri attestent, selon L. Lartet, de l’ancienneté de la sépulture. Aucune différence n’est alors perçue entre les outils et la faune recueillis dans chaque niveau. Toutes les couches et la sépulture sont rapportées à « l’époque d’Aurignac » définie quelques années auparavant par E. Lartet (1861).

5La démonstration de L. Lartet emporte l’adhésion des anthropologues. Ainsi Broca donne le ton dans ses remarques préliminaires à l’étude anthropologique. Il rend hommage à Lartet père, dont la découverte des hommes de Cro-Magnon constitue le « couronnement » et dont les travaux ont fourni « les preuves les plus incontestables et les plus saisissantes de la contemporanéité de l’Homme et du mammouth […]. Mais il restait encore à connaître les caractères anatomiques de cette race intelligente et artistique dont les admirables sculptures sont pour nous un sujet d’étonnement. C’est cette lacune que viennent combler aujourd’hui les ossements présentés par Lartet fils » et « M. Lartet fils nous a donné des détails stratigraphiques qui ne peuvent laisser aucun doute sur la haute antiquité des ossements des Eyzies. Il a démontré qu’ils sont non seulement aussi anciens, mais plus anciens même que les objets sculptés de la grande cavernes des Eyzies. Ceux-ci correspondent à l’époque où le renne était prédominant dans la faune, tandis que ceux-là paraissent se rapprocher davantage de la période du mammouth » (Broca, 1868a, p. 350-351).

6Les anthropologues disposent enfin de squelettes presque complets dont l’authenticité semble certaine. Leur morphologie est en outre acceptable, aussi bien par les transformistes que par leurs adversaires. La Société d’Anthropologie de Paris consacre les séances des 21 mai, 4 et 18 juin et 16 juillet 1868 aux « ossements des Eyzies » qui sont alors au centre des controverses sur l’unité du genre humain et sur la théorie de Retzius (collectif, 1868 ; Pruner-Bey, 1868, 1869, 1865-1875 ; de Quatrefages, 1865-1875). La première publication a lieu dans les Bulletins de la Société (L. Lartet, 1868a ; Broca, 1868a ; collectif, 1868) 2.

7Broca décrit cinq individus dont quatre adultes et un enfant (Broca, 1868a). C’est très vite en référence à cette nouvelle race et aux deux autres races quaternaires (Canstadt et Furfooz), que sont examinés les crânes de toutes époques et de toutes origines géographiques (de Quatrefages et Hamy, 1874a, b, 1882 ; Verneau, 1886).

8Immédiatement après la mort d’E. Lartet, Cartailhac et Trutat (1871) réfutent avec pertinence le synchronisme de l’ensemble sépulcral et des dépôts quaternaires de la grotte d’Aurignac, position défendue par celui-ci (Lartet, 1861). Ils plaident en faveur d’une révision de tous les sites où un dépôt sépulcral est considéré comme synchrone du remplissage pléistocène sous-jacent. Or, il se trouve que Cro-Magnon appartient à cette catégorie de gisements.

9La découverte en 1872 du squelette de Laugerie-Basse (Dordogne) par Massénat et le débat qu’elle suscite, offrent à Cartailhac l’opportunité de discuter l’ancienneté de la sépulture de Cro-Magnon, qu’il conteste à partir d’arguments stratigraphiques et géologiques. Pour lui, la sépulture serait postérieure aux niveaux d’Aurignac sous-jacents (Cartailhac 1872a, b, d, 1886, 1889). Cette démarche ne reçoit aucun écho dans les travaux de la plupart des anthropologues excepté deux d’entre eux (Hervé, 1893 ; Testut, 1889). L. Lartet l’ignore dans son article sur Sorde (Landes) alors qu’il compare pourtant la stratigraphie de ce site à celle de Cro-Magnon et qu’il interprète à juste titre le dépôt sépulcral supérieur de Sorde comme néolithique (Lartet et al., 1874). Salmon (1886, 1895), G. de Mortillet (1883) rapportent la sépulture au Néolithique, Piette (1902, 1903) propose son attribution à l’Azilien. Nombre de ceux qui la signalent dans divers travaux la rapportent au Magdalénien, en référence à la chronologie de G. de Mortillet (1872a) qui insère « l’époque d’Aurignac » dans la phase ancienne du Magdalénien. La confusion qui transparait d’ailleurs dans certaines publications tient au fait que le cadre chrono-culturel du Paléolithique est en cours d’élaboration.

10L’autorité de L. et E. Lartet (Hamy, 1872), qui reste très forte ainsi que l’importance prise par la race de Cro-Magnon en anthropologie, entravent sans doute une acceptation de cette remise en cause de la datation des squelettes éponymes. Mais, surtout, l’argumentation, de Cartailhac puis de G. de Mortillet sera très vite impliquée dans la controverse sur la religiosité des hommes préhistoriques et invalidée (Massénat et al., 1872 ; de Mortillet, 1872b ; collectif, 1888, 1892). Elle sera définitivement écartée lors du débat sur la position des gisements pré-solutréens du type d’Aurignac, où s’opposent les conceptions de Breuil (1907, 1909) et celles de G. de Mortillet (1869, 1872a), soutenues par Girod, Massénat (1892, 1906, 1907) et P. de Mortillet (1911, 1914).

11Vers 1906-1907, l’existence de sépultures paléolithiques et l’antériorité de l’Aurignacien (lato sensu) par rapport au Solutréen sont définitivement démontrées et acceptées (Breuil, 1907, 1909 ; Peyrony, 1907 ; Cartailhac, 1906). Les interrogations sur l’ancienneté de la sépulture de Cro-Magnon tombent dans l’oubli et l’attribution à l’Aurignacien (stricto sensu, Aurignacien moyen de Breuil) de la totalité du remplissage et des squelettes est entérinée (Peyrony, 1907).

12À partir de 1960, de nouvelles interrogations surgissent et la sépulture est rapportée soit au Gravettien (Bouchud, 1966 ; Pittard, 1962 ; Vallois, 1971), soit à l’Aurignacien récent (de Sonneville-Bordes, 1959, 1960) et datée de 30000 BP par comparaison avec les datations 14C de la séquence aurignacienne de l’abri Pataud en Dordogne (Movius, 1969). Cette dernière interprétation qui prévaut dans tous les travaux, fait de la sépulture de Cro-Magnon la seule sépulture indiscutable 3 d’Europe attribuée à l’Aurignacien. Les squelettes de Cro-Magnon représenteraient alors les vestiges les plus complets d’hommes modernes aurignaciens (Vallois, Billy, 1965). Considérés comme l’holotype de l’homme moderne (Vandermeersch, 1981), ils occupent une place importante dans les débats sur l’origine et l’évolution de l’homme moderne en Europe occidentale et sur ses relations biologiques et culturelles avec les Néanderthaliens (Stringer et al. 1984, Gambier, 1997).

13Pourtant, le contexte culturel auquel on les rapporte classiquement, reste bien incertain (Gambier, 1992, 2000 ; Gambier et al., 2000).

14L’objectif de cet article est de discuter d’une part la position chronologique et l’appartenance culturelle des hommes de Cro-Magnon à partir d’une révision des données disponibles et d’autre part de présenter les résultats de la datation, par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur de particules, effectuée sur un élément de la parure qui leur était associée.

Rappels sur le site

15Le gisement de Cro-Magnon est situé sur la commune des Eyzies-de-Tayac à l’extrémité nord-ouest du village, à environ 150 m de la gare et à 600 m du centre actuel. Il est formé d’une ligne d’abris creusés dans des falaises de calcaire crétacé qui surplombent le village en rive gauche de la Vézère.

16Depuis les fouilles de 1868, l’aspect du site a été modifié par l’éboulement d’une partie de la voûte. De nouvelles constructions ont été implantées aux alentours. Actuellement, l’abri nord-ouest, classé monument historique depuis 1957, est profond de 3 m au maximum et long d’environ 10 m. L’extension sud-est de la ligne d’abris est occultée par des dépendances de l’hôtel Cro-Magnon.

La découverte et les fouilles

17En 1868, l’abri nord-ouest, large de 17 m et profond de 6 ou 7 m, est entièrement comblé. Un premier décaissement du talus d’éboulis et l’enlèvement d’un gros bloc de calcaire et d’un surplomb ont eu lieu lors de la construction de la ligne de chemin de fer Agen-Périgueux inaugurée en 1863 (Lartet, 1868a).

18La mise au jour du gisement sépulcral a lieu à la fin du mois de mars, alors que les ouvriers de l’entreprise de F. Berthoumeyrou et L. Delmares prélèvent de la terre dans le talus pour la réalisation de la route reliant le village des Eyzies au bourg de Tayac. L. Lartet (1868, p. 341-342) la décrit ainsi : « Après avoir enlevé les 4 m de détritus qui couvraient l’abri, des ouvriers, en pénétrant sous le banc rocheux qu’ils avaient ainsi dégagé, ne tardèrent pas à en retirer des ossements brisés, des silex taillés, et enfin des crânes humains dont les entrepreneurs devinèrent aussitôt l’ancienneté et l’intérêt scientifique […]. Ils interrompirent immédiatement ces travaux et s’empressèrent d’en prévenir M. Alain Laganne 4 […]. Celui-ci exhumait quelques jours après, en présence de M.M. Galy 5 et Simon de Périgueux, deux crânes et quelques autres fragments du squelette humain, ainsi que des os de renne travaillés et de nombreux silex taillés. C’est sur ces entrefaites que j’arrivai aux Eyzies où […] il me fut bientôt possible de procéder à des fouilles régulières et méthodiques de la sépulture et de ses abords. »

19Les traces d’outils récents observables sur plusieurs des os indiquent clairement que l’interruption des travaux n’a pas été immédiate. La découverte a sans doute été très « traumatisante » pour les vestiges et pour la partie supérieure du remplissage.

20Les squelettes sont envoyés au Muséum national d’histoire naturelle à Paris pour étude. Un pilier de soutènement de la voûte est construit et L. Lartet procède à la fouille des dépôts sous-jacents à la sépulture et des abords du site (Lartet, 1868a).

21L’exhumation des squelettes a donc eu lieu à la fin du mois de mars 1868 et la communication de L. Lartet à la Sorbonne, quelques jours après le 16 avril. Les fouilles de L. Lartet, d’extension limitée, auront duré au plus une quinzaine de jours.

22En moins de cinquante ans, le gisement est totalement vidé de tout remplissage. Massénat (1869) y passe en 1868 juste après L. Lartet, puis en 1872-1873 (Massénat, 1877 ; Girod, 1906). Le 8 septembre 1872, L. Lartet et Broca accompagnent l’excursion des congressistes de l’AFAS réunis à Bordeaux qui profitent de l’occasion pour enrichir leur collection (Cartailhac, 1872c). Rivière (1897) fouille à Cro-Magnon en août 1893 et en septembre 1897 avec G. Berthoumeyrou, Breuil y effectue l’une de ses premières recherches de terrain en juillet 1897 et 1898. En 1905, il entreprend de nouvelles fouilles avec Peyrony (1907). Vers 1906-1907, M. Pestourié, G. Berthoumeyrou, le lieutenant Bourlon, L. Giraux et sans doute d’autres y effectuent des travaux très ponctuels (Peyrony, 1907).

23Des publications succinctes et parfois contradictoires rendent compte de ces interventions dont la localisation est imprécise. Aucun plan et aucune coupe stratigraphique exploitables ne sont alors publiés, les informations les plus complètes demeurent celles de L. Lartet.

Remarques sur la stratigraphie du site et sur la position stratigraphique de la sépulture

24D’après la stratigraphie relevée par L. Lartet (Lartet 1868a, fig. 5, 6, 7), nous savons que l’abri sépulcral était à l’origine entièrement comblé. Le remplissage atteignait une puissance de 4 à 5 m. L. Lartet identifie 11 niveaux (A à K), leur description conduit à distinguer deux ensembles :

– un ensemble inférieur (A à H) riche en vestiges anthropiques. Épais de 3 m, il est constitué par l’alternance de niveaux d’éboulis stériles (A, C, E) et de niveaux anthropiques assez bien individualisés (B, D, F, G, H) qui témoignent d’occupations humaines et de phases d’abandon de l’abri ;

– un ensemble supérieur (I, J, K) qui – excepté la sépulture – apparaît plus pauvre en vestiges anthropiques. Épais de 1 m à 1 m 50, cet ensemble supérieur semble avoir été séparé de l’ensemble inférieur par une série de dalles de calcaire résultant d’au moins un épisode d’effondrement de la voûte de l’abri (Lartet 1868a, fig. 5, 6, 7).

25Tous les comptes rendus (Lartet, 1868a ; Jaubert, 1868) indiquent que la sépulture se trouvait au fond de l’abri, à la base de l’ensemble supérieur (niveau I), au-dessus du niveau H. En revanche, ses relations précises avec le (ou les) épisodes de démantèlement de la voûte et le niveau J, très mince, sont difficiles à établir puisqu’elles n’ont pas été observées par L. Lartet.

26La sépulture n’est donc pas, comme le pensait L. Lartet, contemporaine des niveaux les plus anciens. Elle est postérieure à la mise en place du niveau H et antérieure à celle du niveau K, dernier épisode de comblement de l’abri.

La séquence culturelle

27Nous avons vu que la séquence culturelle ne se résumait sans doute pas au seul Aurignacien ancien et que la présence d’Aurignacien récent, de Gravettien, de Solutréen, d’Azilien et de Néolithique avait été évoquée par plusieurs auteurs.

28Les éléments permettant de vérifier ces hypothèses et de reconstituer la séquence culturelle sont cependant ténus. Des sélections ont été effectuées par les fouilleurs, le matériel n’a pas été séparé par niveau. En outre, les collections ont été dispersées et une partie du matériel archéologique est introuvable (en particulier la faune).

L’Aurignacien ancien

29Il est attesté dans le matériel des fouilles de l’abri sépulcral, figuré et décrit par L. Lartet et Jones (1865-1875). Il comprend des lames aurignaciennes, des grattoirs sur lame, des pièces carénées, des lissoirs décorés ou non, des sagaies à base fendue et des poinçons.

30Sa présence est confirmée par l’examen des collections Lartet et Massénat-Girod conservées au musée des Antiquités nationales à Saint Germain-en-Laye. Dans ces deux petites séries, l’Aurignacien, et en particulier l’Aurignacien ancien, dominent (F. Bon, J. Pelegrin, communications personnelles), même s’il faut convenir que certains objets apparaissent plus ubiquistes à l’échelle du Paléolithique supérieur.

31Rivière (1897) mentionne aussi des lames aurignaciennes, des pièces carénées ainsi que deux pointes à base fendue et au moins un grand lissoir décoré, provenant de ses propres recherches et de celles de G. Berthoumeyrou. La localisation de ses fouilles est cependant imprécise.

32L’Aurignacien ancien est aussi représenté dans le matériel des fouilles réalisées par Breuil (1907) et Peyrony (1907), dans un niveau correspondant au niveau B de la stratigraphie Lartet, puisque Breuil y a retrouvé la base du pilier de soutènement construit en 1868 et détruit lors de l’éboulement de la voûte.

33Ces observations confirment que la base de la séquence est à rapporter à l’Aurignacien ancien. Il est même très probable que plusieurs niveaux d’Aurignacien ancien se succédaient mais la plupart des auteurs, et en particulier L. Lartet et Jones, n’ayant pas séparé le matériel par couche, il est impossible d’évaluer le nombre et l’ampleur de ces occupations.

L’Aurignacien récent

34Des outils tels que des burins busqués et des grattoirs à museau, identifiés dans la collection Bourlon (Institut de paléontologie humaine, Paris), indiqueraient selon de Sonneville-Bordes (1959, 1960) et Movius (1969) qu’un ou plusieurs niveaux d’Aurignacien récent terminaient la séquence. Au moins une partie des « récoltes » de la famille Berthoumeyrou qui constituent l’essentiel de la collection Bourlon auraient été réalisées dans le niveau H (Movius, 1969). F. Bon (communication personnelle), qui a pu examiner la petite série provenant de la collection L. Lartet du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, y confirme la présence d’un burin busqué.

Gravettien

35Évoquée par Breuil 6 (1907, 1960), Pittard (1962) et Bouchud (1966), l’hypothèse d’occupation (s) gravettienne (s) repose essentiellement sur le style de deux gravures sur os et sur une série de pointes de la Gravette découvertes par G. Berthoumeyrou. L’une des gravures appartient aux collections du musée du Périgord à Périgueux. Delporte (1993) conteste l’interprétation Rivière qui y voyait une silhouette de femme. La gravure du bison et les pointes achetées par Rivière à la famille Berthoumeyrou, seraient aujourd’hui en Suisse (Pittard, 1962 ; Bouchud, 1966).

36En revanche, Movius (1969), pour qui l’origine des pointes et l’authenticité de la gravure du musée du Périgord étaient douteuses n’admettait pas l’hypothèse d’occupations gravettiennes à Cro-Magnon. Effectivement, les conditions précises de découverte de ces documents et leur origine exacte sont inconnues. Rivière (1906) s’est d’ailleurs interrogé sur l’authenticité de la gravure de bison. Toutefois, Breuil qui a dessiné ces gravures et vu ces pointes n’a pas mis en cause leur provenance ou leur authenticité. Pour Breuil comme pour Bouchud et Pittard, ce matériel constituait la preuve d’une présence gravettienne à Cro-Magnon.

Solutréen

37Son existence fut défendue par Massénat et Girod (1893, 1906, 1907) et réfutée par Breuil (1907, 1909), dans le cadre du débat sur la position chronologique de l’Aurignacien. Ce dernier (Breuil, 1909) admit cependant la présence d’un niveau solutréen à proximité de l’emplacement du dépôt sépulcral. Les conditions de découverte du matériel solutréen par Massénat sont obscures (Massénat, 1869, 1877) et les publications parfois incohérentes (Girod, Massénat, 1893, 1906 ; Girod, 1907). Toutefois, il est indéniable que la collection Massénat du musée des Antiquités nationales (Saint-Germain-en-Laye) et la collection L. Lartet du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse comportent des outils lithiques solutréens (Smith, 1966 ; F. Bon, communication personnelle).

Magdalénien, Azilien, Néolithique

38Le matériel lithique décrit et figuré par les différents fouilleurs du gisement ainsi que celui des collections du musée des Antiquités nationales comprennent des artefacts dont certains ne choqueraient pas dans un contexte postérieur à la première moitié du début du Paléolithique supérieur. Aucun n’est diagnostique. À Cro-Magnon, il n’existe par conséquent aucun indice lithique étayant l’hypothèse d’occupations datées de la fin du Paléolithique supérieur ou postérieures à celui-ci. Toutefois, Delporte (1993, p. 72) n’excluait pas un dépôt magdalénien en s’appuyant sur une partie des objets en os de la collection Rivière et notamment sur la silhouette gravée du musée du Périgord.

39Cette rapide revue des informations sur le matériel archéologique montre que Cro-Magnon était un gisement étendu et beaucoup plus complexe que ne le suggéraient les premières fouilles. L’abri sépulcral renfermait sans doute une importante séquence aurignacienne et il est très probable que l’ensemble supérieur de la zone sépulcrale, ou ses abords, recelaient des traces d’installation ou de passage de groupes gravettiens et solutréens, comme à l’abri Pataud.

Datation par la méthode du carbone 14 en SMA d’une coquille de la parure

40Depuis plusieurs années, la méthode du carbone 14 par spectrométrie de masse par accélérateur de particules (SMA) permet de dater de très petits échantillons et pour cette raison elle est applicable aux vestiges humains (Gambier et al., 2000). Cette méthode a été tentée par H. Valladas (CEA-Gif-sur-Yvette) sur deux fragments de diaphyse d’os long d’adulte (n° 4328 1868 17 C M et n° 4323 1868 17 C M, collection laboratoire d’Anthropologie, musée de l’Homme). Aucun résultat n’a été obtenu car les échantillons ne contenaient pas de collagène.

41De ce fait, une approche de l’ancienneté de la sépulture a été entreprise par cette méthode sur l’un des coquillages de la parure. Il s’agit d’une Littorina littorea (fig. 1) d’origine atlantique, provenant de la collection L. Lartet (musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, n° d’inventaire 8682). Rappelons que la parure était constituée de plus de 300 littorines qui ont été dispersées dans divers musées de France à la demande du ministre de l’Instruction publique.

42La datation a été réalisée par le laboratoire Beta analytic INC Radiocarbon Dating Services, Miami (Étas-Unis).

43La coquille assez bien conservée, était dépourvue de traces de consolidant ou de vernis susceptibles de rajeunir la datation. Les carbonates secondaires ont été éliminés par traitement à l’acide.

44Un âge conventionnel de 27680 ± 270 BP (Beta –157439) a été obtenu. La date de la coquille se place dans l’intervalle 28220 BP–27 140 BP à 95 % de confiance (deux sigmas).

Fig. 1 - Littorina littorea soumise à la datation
Fig. 1 - Littorina littorea used for AMS 14C dating

Image1

(CM 8682, 1868, collection Lartet MAN).

Photo D. Gambier.

Discussion

45L’association des littorines avec les vestiges humains, mentionnée dans tous les comptes rendus de la découverte (Lartet, 1868a ; Galy in Jaubert, 1868), semble hautement probable. Certaines de celles des collections du musée des Antiquités nationales portent des traces d’ocre, comme c’est le cas d’une partie des os humains.

46Cependant, il est possible que la mort de ces gastéropodes n’ait pas été synchrone de leur ramassage par les hommes. Elles peuvent avoir été collectées mortes et être plus anciennes que la sépulture. La date doit donc être considérée comme un terminus ante quem pour la sépulture.

47Toutefois, l’examen de la série (N = 29) de littorines du musée des Antiquités nationales démontre qu’il ne s’agit pas de coquilles fossiles. Le test (fig. 2) apparaît en première analyse très bien conservé, avec préservation d’une partie des couleurs. Il porte des stigmates (cassures et/ou polissage de l’apex et du labre, usure de la surface externe dégageant les stries de croissance) qui indiquent des animaux morts depuis peu de temps dont la coquille a été abandonnée par le ressac sur une plage, comme le pensait d’ailleurs Fisher (1872). Les lots de littorines des collections du musée de l’Homme, du musée d’Aquitaine ainsi que celui du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse (P. Gardère, communication personnelle) offrent aussi ces d’altérations typiques des coquilles roulées par la mer.

Fig. 2 - Littorina littorea

Agrandir

(CM 8682, 1868, collection Lartet, MAN).

Photo M. Vanharen.

48La résistance à la fragmentation pendant plusieurs millénaires de coquilles abandonnées sur le littoral étant très improbable, le temps écoulé entre la mort des mollusques et l’utilisation de leur test pour les transformer en parure, a sans doute été assez court. En outre, ce que nous savons de l’évolution du littoral atlantique (Thibault, 1979), lieu probable de ramassage, rend peu plausible l’hypothèse d’une collecte de coquilles datées des environs de 27 à 28000 BP par des groupes humains beaucoup plus récents (en particulier des groupes de l’Holocène).

49La datation obtenue sur la coquille constitue par conséquent un indicateur significatif de la position chronologique de la sépulture.

50Ce résultat est cohérent avec la position stratigraphique de la sépulture. Il exclut définitivement une appartenance à l’Aurignacien ancien, qui correspond à un intervalle de temps plus ancien en Europe (Mellars et al., 1987 ; Hahn, 1993 ; Rigaud, 1993 ; Zilhao et al., 1999) et en particulier en Dordogne (tabl. I, fig. 3). Il confirme que le sommet de la séquence archéologique de l’abri Cro-Magnon comprenait un ensemble postérieur à l’Aurignacien ancien.

51L’âge de la coquille est compris dans un intervalle de temps coïncidant soit avec une phase récente de l’Aurignacien soit avec le Gravettien ancien, puisque les intervalles de datation de ces cultures se chevauchent (tabl. I, fig. 4).

52Précisons cependant que toutes les dates publiées n’ont pas la même validité. Certaines, en particulier celles des phases récentes de l’Aurignacien, seraient trop jeunes du fait des contaminations en matières organiques qui n’ont pu être éliminées ou d’un échantillonnage traité selon la méthode classique et associant des os pouvant se situer en limite de plusieurs strates.

53L’âge de la littorine de Cro-Magnon (28220 BP–27140 BP) s’inscrirait alors parmi les valeurs considérées comme les plus fiables (Bricker et al., 1995) des échantillons des ensembles attribués au Gravettien ancien et moyen (niveaux 4 et 5) de l’abri Pataud (tabl. I, fig. 2).

Tabl. I - Sites de Dordogne.
Table I – Caves and rock shelters (Dordogne).

Tabl. I - Sites de Dordogne.
Table I – Caves and rock shelters (Dordogne).

Agrandir

Datations 14C d’après Delporte, 1984 ; Delibrias, 1984 ; Mellars et al., 1987 ; Rigaud, 1993 ; Rigaud et al., 2001 ; Zilhao et al., 1999.
14C dates from Delporte, 1984; Delibrias, 1984; Mellars et al., 1987; Rigaud, 1993; Rigaud et al., 2001; Zilhao et al., 1999.

54En ce qui concerne les dates du site du Flageolet I, il semble légitime d’éliminer la datation OxA 597 (24800 ± 600 BP) du niveau Aurignacien VIII-1, trop récente au regard des datations de l’ensemble gravettien sus-jacent (tabl. I). Il en serait de même pour les premières mesures effectuées à Lyon (J.-P. Rigaud, communication personnelle). La date de la coquille de Cro-Magnon se situe alors à la limite des intervalles de datation de l’ensemble aurignacien récent VIII et du niveau gravettien VII (tabl. I, fig. 3).

55Enfin, l’âge de la coquille est très proche des datations des niveaux gravettiens (D2h et D2x et E) de la coupe frontale du grand abri de La Ferrassie, plus fiable que la coupe sagittale (Delporte, 1984 ; Delibrias, 1984 ; Delpech et al., 2001 ; Texier, 2001). Il s’inscrit cependant aussi dans l’intervalle de datation du niveau K4, rapporté à l’aurignacien récent (tabl. I, fig. 2).

56Les données radiométriques publiées pour les sites de Dordogne ne permettent donc pas de trancher définitivement entre la fin de l’Aurignacien et le début du Gravettien.

57D’autres arguments doivent être discutés pour tenter de préciser l’attribution culturelle de la sépulture.

58Si l’utilisation de l’ocre et les espèces de coquillages accompagnant les ossements ne constituent pas une pratique ou des choix spécifiques d’une culture (Gambier, 1990 ; Taborin, 1994), les trois pendeloques en ivoire de mammouth (Lartet, 1868a), dont deux sont perdues, apparaissent insolites pour l’Aurignacien (même s’il convient de souligner nos lacunes concernant les phases les plus récentes de cette culture). Trouvées non loin des squelettes au moment de la mise à jour du site, leur position au sommet du remplissage semble cependant attestée (Lartet, 1868a). La plus grande des pendeloques (collection musée de l’Homme) n’est pas sans évoquer des objets d’ivoire de taille importante (5 à 10 cm) et de forme ovale, plus ou moins globuleux, percés ou non, découverts en contexte gravettien dans divers sites d’Europe. Il s’agit notamment des stations de Predmost et Pavlov en République tchéque (Klima, 1994 ; Oliva, 1997) et de Paviland dans le pays de Galles (Aldhouse-Green, 2000).

59On remarque en outre que l’adulte de la sépulture gravettienne de Paviland, datée de 26360 ± 550 BP (OxA–1815), était, comme les sujets de Cro-Magnon, paré de coquilles de Littorina littorea percées, ramassées sur le littoral (Aldhouse-Green, 2000). Ce rapprochement avec la sépulture de Paviland avait d’ailleurs été remarqué par Jones (1865-1875).

60Cette similitude dans la parure et la proximité des deux datations constituent des indices en faveur d’une attribution de la sépulture de Cro-Magnon au Gravettien plutôt qu’à une phase récente de l’Aurignacien. En Europe occidentale, il n’existe malheureusement pas d’autres références pour la période comprise entre 27000 et 28000 BP. Hormis celles de Paviland et de Cro-Magnon, les sépultures du Paléolithique supérieur d’Europe occidentale ne remontent pas au-delà de 25 000 ans BP (Henry-Gambier, 2001 ; Aujoulat et al., 2002) et les plus anciennes, situées en Italie, relèvent aussi de cultures de tradition gravettienne.

61En Europe centrale, toutes les sépultures indiscutables (Predmost, Pavlov, Dolni Vestonice en République tchèque) s’insèrent également dans un contexte gravettien.

Fig. 3 - Place de la date obtenue sur une coquille de littorine de la sépulture de Cro-Magnon parmi les dates connues pour l’Aurignacien ancien de Dordogne (tabl. I) (seuil de confiance 95 %).
Fig. 3 - Comparison between the 14C date for a Cro-Magnon littorina shell and 14C dates for the earliest Aurignacian of the Dordogne (tabl. I) (confidence level, 95%).

Agrandir

Fig. 4 : Place de la date obtenue sur une coquille de littorine de la sépulture de Cro-Magnon parmi les dates connues pour le Gravettien de Dordogne (tabl. 1) (seuil de confiance 95 %).
Fig. 4 : Comparison between the 14C date for a Cro-Magnon littorina shell and the 14C dates for the late Aurignacian levels and the Gravettian levels of Dordogne (tabl. I) (confidence level, 95%).

Agrandir

Conclusion

62La confrontation des données stratigraphiques et archéologiques du site de Cro-Magnon au résultat d’une datation par la méthode du carbone 14 en SMA, effectuée sur un coquillage composant la parure qui accompagnait les défunts, indique que la sépulture multiple de Cro-Magnon serait datée d’au plus 28000 BP. Ce résultat exclut une appartenance à l’Aurignacien ancien. Plusieurs indices plaident en faveur d’une attribution au Gravettien ancien ou moyen mais, en toute rigueur, l’hypothèse d’une appartenance à une phase récente de l’Aurignacien ne peut être définitivement abandonnée sur la base d’une datation radiométrique.

63Quoi qu’il en soit, la sépulture multiple de Cro-Magnon représenterait l’un des plus anciens témoignages des comportements funéraires pour le Paléolithique supérieur d’Europe, ce qui revient à souligner l’absence de documents fiables sur les pratiques funéraires de l’Aurignacien ancien.

64Une autre conséquence importante de ce résultat concerne la question de l’identité biologique des artisans de l’Aurignacien en Europe dont les fossiles de Cro-Magnon représentaient jusqu’alors les spécimens les plus complets. Ailleurs, les fossiles humains associés à l’Aurignacien ancien sont peu nombreux. L’attribution des spécimens les mieux conservés – Mladec, Zlaty Kun/Koneprusy en République tchèque ; Kesterbach en Allemagne – à l’Aurignacien ancien reste très incertaine (Gambier, 1992, 1997 ; Churchill et al., 2000). Dans toute l’Europe, les documents anthropologiques dont l’association avec l’Aurignacien ancien est sûre se limitent à des fragments d’os ou à des dents isolées dont la diagnose taxonomique est délicate à établir (Gambier, 2000 ; Gambier et al., 1990). L’artisan des phases les plus anciennes de l’Aurignacien reste donc très méconnu.

Je remercie J. Léopold, conservatrice du département Paléolithique du musée des Antiquités nationales à Saint Germain-en-Laye, qui a autorisé la datation d’une des coquilles des collections du musée, J.J. Cleyet-Merle, conservateur du musée national de Préhistoire, qui m’a donné accès au fond bibliographique du musée, A. Roussot et S. Loiseau, conservateurs au musée d’Aquitaine à Bordeaux pour leur aide, la Société d’Anthropologie de Paris qui m’a ouvert ses archives et en particulier F. Valentin pour son assistance.

Je remercie aussi F. Bon (maître de conférence, Université Paul Sabatier, Toulouse) et J. Pelegrin (chargé de Recherche CNRS, Maison R. Ginouvès, Nanterre) qui ont accepté d’examiner le matériel lithique des collections Lartet et Massénat du musée des Antiquités nationales, P. Gardère (doctorant, Université Paul Sabatier, Toulouse) et L. Charles (doctorant, Université Bordeaux 1) pour leurs conseils sur la malacofaune, Y. Potin (doctorant, Université Paris I) et A. Slade (département of Prehistory and Early Europe, British Museum, Londres), pour leur appui dans les recherches bibliographiques, M. Vanharen (doctorante, Université Bordeaux 1) pour l’aide à la réalisation de l’une des photographies.

Mes remerciements s’adressent également au Dr. D.G. Reid (British Museum), spécialiste des littorines.

Haut de page

Bibliographie

Aldhouse-Green (S.) 2000, Artefacts of ivory and shell from Paviland, in S. Aldhouse-Green (ed.), Paviland Cave and the “Red Lady”, A definitive report, Wasp for SCARA, England, p. 115-132.

Anonyme 1868, Extrait de l’Écho de la Dordogne, Société agricole et littéraire de la Dordogne 29 : 409-410.

Aujoulat (N.), Geneste (J. M.), Archambeau (C.), Delluc (M.), Duday (H.), Henry-Gambier (D.) 2002, La grotte ornée de Cussac, Le Buisson-de-Cadouin (Dordogne), Premières observations, Bulletin de la Société Préhistorique française 99, 1 : 129-153.

Bouchud (J.) 1966, Remarques sur les fouilles de L. Lartet à l’abri Cro-Magnon (Dordogne), Bulletin de la Société d’études et de Recherches Préhistoriques et Institut Pratique de Préhistoire et d’Art préhistorique (Les Eyzies) 24, 15 : 28-36.

Bourlon (M.) 1907, Un os utilisé présolutréen, Bulletin de la Société Préhistorique de France 4, 5 : 262-263.

Bowen (D.Q.), Pettitt (P.B.), Richards (M.), Sykes (B.C.), Ivanovich (M.), Latham (A.), DEBENHAM (N.) 2000, Radiometric dating, stable isotopes and DNA, in S. Aldhouse-Green (ed.), Paviland Cave and the “Red Lady”, A definitive report, Wasp for SCARA, England, p. 61-80.

Breuil (H.) 1906, Les gisements présolutréens du type d’Aurignac, Crongrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistorique 1, Monaco, p. 323-330.

Breuil (H.) 1907, La question aurignacienne, étude critique et stratigraphie comparée, Revue Préhistorique 2 : 173-219.

Breuil (H.) 1909, L’Aurignacien présolutréen. Épilogue d’une controverse, Revue Préhistorique 4 : 229-248, 265-286.

Breuil (H.) 1912, Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification, Crongrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistorique 1, Genève, p. 165-238.

Breuil (H.) 1960, Ma vie en Périgord, 1897, 1959, Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord 37 : 114-131.

Bricker (H.M.), Brooks (A.S.), Clay (R.B.), David (N.) 1995, Les fouilles de H.L. Movius Jr. à l’abri Pataud : généralités, in H.M. Bricker (éd.), Le Paléolithique supérieur de l’abri Pataud (Dordogne), Les fouilles de H.L. Movius Jr., DAF 50, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, p. 28-29.

Broca (P.) 1865-1875, On the human skulls and bones found in the cave of Cro- Magnon near Les Eyzies, in E. Lartet, H. Christy (eds), Reliquiae Aquitanicae, being Contributions to Anthropology and Palaeontology of Périgord and the Adjoining Provinces of Southern France 1, William and Morgate, London, p. 97-122.

Broca (P.) 1868a, Sur les crânes et les ossements des Eyzies, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 3 : 350-392.

Broca (P.) 1868b, Description sommaire des restes humains découverts dans les grottes de Cro-Magnon près de Les Eyzies, Annales de Sciences naturelles, Zoologie et Paléontologie 10 : 145-155.

Broca (P.) 1869, On the crania and bones of Les Eyzies (Dordogne), Crongrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistorique 1, Norwich London (1868), p. 168-175.

Broca (P.) 1873, Les troglodytes de la Vézère, Association française pour l’Avancement des sciences, Bordeaux (1872), p. 1232-1236.

Cartailhac (E.) 1872a, Note sur la grotte sépulcrale d’Aurignac, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 3 : 207-214.

Cartailhac (E.) 1872b, Lettre manuscrite adressée à G. de Mortillet, Archives musée des Antiquités nationales (Saint-Germain-en-Laye).

Cartailhac (E.) 1872c, Compte rendu de l’excursion aux Eyzies du 8 septembre 1872, Association française pour l’Avancement des sciences, Bordeaux, p. 1278-1282.

Cartailhac (E.) 1872d, Un squelette de l’âge du renne à Laugerie-Basse (Dordogne), Extrait du Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de Toulouse : 23.

Cartailhac (E.) 1886, Ossements et squelettes humains dans les cavernes et les stations quaternaires, Revue d’Anthropologie 1 : 448-470.

Cartailhac (E.) 1889, La France préhistorique d’après les sépultures et les monuments, Félix Alcan, Paris.

Cartailhac (E.) 1906, Le Moustérien et le pré-Solutréen ou Aurignacien des grottes de Grimaldi, Crongrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistorique, Monaco, p. 135-154.

Cartailhac (E.), Trutat (E.) 1871, Sur la distinction à établir entre les races humaines dont on a trouvé les traces dans la grotte d’Aurignac, Comptes Rendus de l’Académie des Sciences Paris 73 : 353-354.

Churchill (S.E.), Smith (F.H.) 2000, Makers of the Early Aurignacian of Europe, Yearbook of Physical Anthropology 43 : 61-115.

Collectif 1868, Sur les crânes et les ossements des Eyzies (discussion, Bertillon, Pruner Bey, Lagneau, Broca, Welker, Hamy, de Mortillet, Gaussin, Bertrand, Hallegnen, Girod), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 3 : 416-446, 454-514, 554-578.

Collectif 1888, Sur les sépultures paléolithiques (discussion, d’Acy, de Mortillet A. et G.), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 11 : 103-122.

Collectif 1892, Sépultures nouvellement découvertes aux Baoussé-Roussé (près de Menton), (discussion, de Mortillet, Verneau, Piette, Hervé, Rivière), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 3 : 442-450.

Delibrias (G.) 1984, La datation par le carbone 14 des ossements de La Ferrassie, in H. Delporte (éd.), Le Grand Abri de La Ferrassie, Études Quaternaires 7, Éditions du Laboratoire de Paléontologie humaine et de préhistoire, Institut de Paléontologie Humaine, Paris, p. 105-107.

Delpech (F.), Rigaud (J.-P.) 2001, Quelques exemples sur l’apport des datations en archéologie préhistorique, in J.-N. Barrandon, P. Guibert, V. Michel (eds), Datation, XXIeRencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, APDCA, Antibes, p. 315-331.

Delporte (H.) 1984, Le Grand Abri de La Ferrassie, Études Quaternaires 7, Éditions du Laboratoire de Paléontologie humaine et de préhistoire, Institut de Paléontologie Humaine, Paris.

Delporte (H.) 1993, L’image de la femme dans l’art préhistorique, Picard éditeur, Paris.

Féaux (M.) 1902, Un os gravé à Cro- Magnon. époque magdalénienne, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord 29 : 415-418.

Fisher (P.) 1872, Sur les coquilles récentes et fossiles trouvées dans les cavernes du Midi de La France et de la Ligurie, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 7 : 482.

Gambier (D.) 1989, Fossils Hominids from the early Upper Paleolithic (Aurignacian) of France, in C.B. Stringer, P. Mellars (eds), The Human Revolution, Behavioural and Biological Perspectives in the Origins of Modern Human, Edinburgh University Press, p. 392-402.

Gambier (D.) 1990, Pratiques funéraires au Paléolithique supérieur en France, les sépultures primaires, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 2, 3-4 : 19-28.

Gambier (D.) 1992, Origine de l’homme moderne en Europe, comparaison des données crâniennes en Europe centrale, in M. Toussaint (éd.), Cinq millions d’années, l’Aventure humaine, ERAUL 56, Liège, p. 269-284.

Gambier (D.) 1997, Modern Human at the Beginning of the Upper Paleolithic in France, Range of Anthropological data and Perspectives, in G.A. Clark, C.M. Willermet (eds), Conceptual Issues in Modern Human Origins Research, Aldine de Gruyter, New York, p. 117-131.

Gambier (D.), 2000, Aurignacian Children and Mortuary Practice in Western Europe, Anthropologie (Brno) 38, 1: 5-21.

Gambier (D.), Houët (F.), Tillier (A.) 1990, Dents de Font de Gaume (Châtelperronien et Aurignacien) et de La Ferrassie (Aurignacien ancien) en Dordogne, Paléo 2 : 143-152.

Gambier (D.), Valladas (H.), Tisnérat Laborde (N.), Arnold (A.), Bresson (F.) 2000, Datation de vestiges humains présumés du Paléolithique supérieur par la méthode du 14C en SMA, Paléo 16 : 1-11.

Giraud (L.) 1907, Ossements utilisés de Cro- Magnon, Bulletin de la Société préhistorique de France 4, 5 : 264-268.

Girod (P.) 1906, Les stations de l’Âge du renne dans les vallées de la Vézère et de la Corrèze, stations solutréenne et aurignaciennes, J.B. Baillière et fils, Paris.

Girod (P.) 1907, Aurignacien et présolutréen, Congrès Préhistorique de France 1 (1907), Autun, p. 174-178.

Hamy (E.T.) 1868a, Compte rendu de la réunion du Comité impérial des travaux historiques des Société savantes du 16 avril 1868, Gazette médicale de Paris : 279-285.

Hamy (E.T.) 1868b, L’homme de la station des Eyzies, Cosmos Paris (23 mai 1868) 8 : 10-15.

Hamy (E.T.) 1872, Éloge d’E. Lartet, Congrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistorique, Bruxelles, 28 p.

Hahn (J.) 1993, L’origine du Paléolithique supérieur en Europe centrale : les datations 14C, in V. Cabrera (ed.), El origen del Hombre Moderno en Suroeste de Europa, Univercidad Nacional de Educacion a Distancia, Madrid, p. 61-80.

Henry-Gambier (D.), Courty (M.A.), Crubézy (E.), Kervazo (B.) 2001, Les enfants de Grimaldi (grotte des Enfants, site des Baoussé-Roussé, Italie), Anthropologie et palethnologie funéraire, CTHS/RMN, Paris.

Hervé (G.) 1893, La race des troglodytes magdaléniens, Revue de l’École d’Anthropologie 3 : 173-188.

Jaubert (Dr.) 1868, Compte rendu de la communication du Dr. Galy sur la découverte des fossiles de Cro-Magnon à la Société médicale d’observation de la Dordogne (2 avril 1868), Société agricole et littéraire de la Dordogne 29 : 691.

Jones (T.R.), 1865-1875, à propos du matériel archéologique découvert à Cro-Magnon, in E. Lartet, H. Christy (eds), Reliquiae Aquitanicae, being Contributions to Anthropology and Palaeontology of Périgord and the Adjoining Provinces of Southern France 2, William and Morgate, London, p. 82-88, 92-94.

Klima (B.) 1994, The bone industry, decorative objects and art, Die Knochenindustrie, Zier, und Kunstgegenstände, in J. Svoboda (ed.), Pavlov I. Excavations 1952, 1953, ERAUL 66, Liège, p. 95-159.

Lartet (E.) 1861, Nouvelles recherches sur la coexistence de l’Homme et des grands mammifères fossiles réputés caractéristiques de la dernière période géologique – I, station et sépulture d’Aurignac – II, les grottes de Massat et la caverne de Savigné. Annales des Sciences naturelles, Zoologie et Paléontologie 15 : 177-253.

Lartet (E.) 1865-1875, Remarks on the fauna found in the cave of Cro-Magnon, in E. Lartet, H. Christy (eds), Reliquiae Aquitanicae, being Contributions to Anthropology and Palaeontology of Périgord and the Adjoining Provinces of Southern France 1, London, William and Morgate, p. 93-96.

Lartet (E.) 1868a, Remarques sur la faune de Cro-Magnon, d’après les débris osseux découverts soit dans la sépulture humaine, soit dans les restes de foyers placés à proximité, Annales des Sciences naturelles, Zoologie et Paléontologie 10 : 156-160.

Lartet (E.) 1868b, Remarques sur la faune de Cro-Magnon, d’après les débris osseux découverts soit dans la sépulture humaine, soit dans les restes de foyers placés à proximité, Revue des Sociétés savantes 3 : 296-300.

Lartet (E.) 1869, Remarques sur la faune de Cro-Magnon d’après les débris osseux découverts soit dans la sépulture humaine, soit dans les restes de foyers placés à proximité, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 1 : 105-108.

Lartet (L.) 1865-1875, A burial place of the Cave, dwellers at Périgord, in E. Lartet H. Christy (eds), Reliquiae Aquitanicae, being Contributions to Anthropology and Palaeontology of Périgord and the Adjoining Provinces of Southern France 1, London, William and Morgate, p. 62-72.

Lartet (L.) 1868a, Une sépulture des troglodytes du Périgord, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 3 : 335-349.

Lartet (L.) 1868b, Sur une sépulture d’anciens troglodytes du Périgord, Revue des Sociétés savantes 3 : 279-287.

Lartet (L.) 1868c, Mémoire sur une sépulture des anciens troglodytes du Périgord, Annales des Sciences naturelles, Zoologie et Paléontologie 10 : 133-145.

Lartet (L.) 1869, Une sépulture des troglodytes du Périgord à Cro-Magnon, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 1 : 97-105.

Lartet (L.), Chaplain Duparc 1874a, Sur une sépulture des anciens troglodytes des Pyrénées superposée à un foyer contenant des débris humains associés à des dents sculptées de lion et d’ours, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 10, 5 : 101-167.

Lartet (L.), Chaplain Duparc 1874b, Sur une sépulture des anciens troglodytes des Pyrénées superposée à un foyer contenant des débris humains associés à des dents sculptées de lion et d’ours, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 9 : 516-531.

Massénat (E.) 1869, Pointe de lance à Cro- Magnon, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 1 : 357.

Massénat (E.), Lalande (P.), Cartailhac (E.) 1872, Découverte d’un squelette humain de l’Âge du Renne à Laugerie- Basse (Dordogne), Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 7 : 224-228.

Massénat (E.) 1877, Les fouilles des stations des bords de la Vézère et les œuvres d’art de Laugerie-Basse, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 8 : 1-3.

Massénat (E.), Girod (P.) 1893, Nouvelles fouilles préhistoriques dans la vallée de la Vézère, Association française pour l’Avancement des sciences, Besançon, p. 739-749.

Mellars (P.), Bricker (H.M.), Gowlett (J.A.J.), Hedges (R.E.) 1987, Radiocarbon Accelerator Dating of French Upper Palaeolithic Sites, Current Anthropology 28, 1 : 128-133.

Mortillet de (G.) 1868, Compte rendu de la découverte des squelettes de Cro-Magnon, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 4 : 150-152.

Mortillet de (G.) 1869, Essai d’une classification des cavernes et des stations sous abri, fondée sur les produits de l’industrie humaine, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 5 : 172-179.

Mortillet de (G.) 1872a, Classification des diverses périodes de l’Âge de la pierre, Crongrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistorique, Bruxelles (1871), p. 432-459.

Mortillet de (G.) 1872b, L’Homme des cavernes, époque de La Madeleine, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme 6 : 232-236.

Mortillet de (G.) 1883, Le préhistorique, Antiquité de l’Homme, C. Reinwald, Paris.

Mortillet de (P.) 1911, Le Préhistorique dans les grottes, abris sous roche et brêches osseuses des bassins de la Garonne et de l’Adour, Congrès Préhistorique de France 1, Nîmes, p. 78-129.

Mortillet de (P.) 1914, Origine du culte des morts, Les sépultures préhistoriques, J. Gamber, Paris.

Movius (H.L.) 1969, The abri of Cro-Magnon, Les Eyzies (Dordogne) and the probable age of the contained burials on the basis of the evidence of the nearby abri Pataud, Anuario de Estudios Atlanticos 15 : 323-344.

Oliva (M.) 1997, Les sites pavloviens près de Predmosti, Acta Musei Moraviae, Scientiae Sociales.

Peyrony (D.) 1907, Nouvelles recherches à Cro-Magnon, Congrès Préhistorique de France 1, Autun, p. 182-185.

Piette (E.) 1902, Lettre à S. Reinach, Archives du Musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye.

Piette (E.) 1903, Notions complémentaires sur l’Asylien, L’Anthropologie (Paris) 14 : 641-653.

Pittard (E.) 1962, Une gravure de Cro-Magnon (Dordogne) exilée à Neuchâtel (Suisse), Bulletin de la Société d’Études et de Recherches préhistoriques et Institut Pratique de Préhistoire et d’Art préhistorique (Les Eyzies) 24, 12 : 36-39.

Pruner-Bey 1865-1875, An account of the human bones found in the cave of Cro- Magnon in Dordogne, in E. Lartet, H. Christy (eds), Reliquiae Aquitanicae, being Contributions to Anthropology and Palaeontology of Périgord and the Adjoining Provinces of Southern France 1, London, William and Morgate, p. 73-92.

Pruner-Bey 1868, Description sommaire de restes humains découverts dans les grottes de Cro-Magnon près de la station des Eyzies, arrondissement de Sarlat (Dordogne), Annales des Sciences naturelles, Zoologie et Paléontologie 10 : 145-155.

Pruner-Bey 1869, Description sommaire de restes humains découverts dans les grottes de Cro-Magnon près de la station des Eyzies, arrondissement de Sarlat (Dordogne), Revue des Sociétés savantes 3 : 287-296.

Quatrefages de (A.), 1865-1875, Remarks on the human remains from the cave at Cro-Magnon, in E. Lartet, H. Christy (eds), Reliquiae Aquitanicae, being Contributions to Anthropology and Palaeontology of Périgord and the Adjoining Provinces of Southern France 1, London, William and Morgate, p. 123-125.

Quatrefages de (A.), Hamy (E.T.) 1874a, Races humaines fossiles, Race de Cro- Magnon, Comptes rendus de l’Académie des Sciences Paris 78 : 861-867.

Quatrefages de (A.), Hamy (E.T.) 1874b, La race de Cro-Magnon dans l’espace et dans le temps, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 9 : 260-266.

Quatrefages de (A.), Hamy (E.T.) 1882, Crania Ethnica, J. B. Baillière et fils, Paris.

Rigaud (J.-P.) 1993, L’Aurignacien dans le Sud-Ouest de la France, Bilan et perspectives, Actes du XIIeCongrès International des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques 2, Institut Archéologique de l’Académie Slovaque des Sciences, Bratislava, p. 181-186.

Rivière (E.) 1891, Nouvelles recherches à Cro-Magnon, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 2 : 149-150.

Rivière (E.) 1897, Nouvelles recherches à Cro-Magnon, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris 8 : 503-508.

Rivière (E.) 1905, Les rabots magdaléniens en silex de la Dordogne, Bulletin de la Société préhistorique de France 8 : 270-275.

Rivière (E.) 1906, Trente sept années de fouilles préhistoriques et archéologiques en France et en Italie, Association française pour l’Avancement des sciences 2, Lyon, p. 773-798.

Salmon (P.) 1886, Les races humaines préhistoriques, Doin et Reinwald, Paris.

Salmon (P.) 1895, Crânes néolithiques, Revue de l’école d’Anthropologie de Paris 41 : 168.

Smith (P.E.) 1966, Le Solutréen en France, Publication de l’Institut du Quaternaire, Université de Bordeaux.

Sonneville-Bordes de (D.) 1959, Position stratigraphique et chronologique relative des restes humains du Paléolithique supérieur entre Loire et Pyrénées, Annales de Paléontologie 45 : 19-51.

Sonneville-Bordes de (D.) 1960, Le Paléolithique supérieur en Périgord, Delmas, Bordeaux.

Stringer (C.B.), Hublin (J.J.), Vandermeersch (B.) 1984, The Origin of Anatomically Modern Humans in Western Europe, in F.H. Smith, F. Spencer (eds.) Origins of Modern Humans, A World Survey of the Fossil Evidences, Alan R. Liss, Inc., New York, p. 51-135.

Taborin (Y.) 1994, La parure en coquillage au Paléolithique, Gallia-Préhistoire, XXIXesuppl., CNRS, Paris.

Testut (L.) 1889, Recherches anthropologiques sur le squelette quaternaire de Chancelade, Bulletin de la Société d’Anthropologie de Lyon 8 : 116.

Texier (J.-P.) 2001, Processus géologiques de formation des sites préhistoriques et représentativité des datations numériques, in J.-N. Barrandon, P. Guibert, V. Michel (éds), Datation, XXIeRencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, APDCA, Antibes, p. 159-175.

Thibault (C.) 1979, L’évolution géologique de l’Aquitaine méridionale à la fin des temps glaciaires, in D. de Sonneville- Bordes (éd.), La fin des temps glaciaires, Colloques internationaux du CNRS 271, p. 143-149.

Vallois (H.-V.) 1971, La découverte des hommes de Cro-Magnon, son importance anthropologique, in G. Camps, G. Olivier (eds.), L’Homme de Cro-Magnon, anthropologie et archéologie, Art et Métiers Graphiques, Paris, p. 11-20.

Vallois (H.-V.), Billy (G.) 1965, Nouvelles recherches sur les hommes fossiles de l’abri de Cro-Magnon, L’Anthropologie (Paris) 69, 1-2 : 47-74.

Vandermeersch (B.) 1981, Les hommes fossiles de Qafzeh (Israël), Cahiers de Paléontologie (Paléoanthropologie), CNRS, Paris.

Verneau (R.) 1886, La race de Cro-Magnon, ses migrations, ses descendants, Revue Anthropologique 15 : 10-24.

Zilhao (J.), d’Errico (F.) 1999, Technology and Taphonomy of the Earliest Aurignacian and its Implications for the Understanding of Neandertal Extinction, Journal of World Prehistory 13, 1: 1-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

D. Henry-Gambier, « Les fossiles de Cro-Magnon (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 14 (1-2) | 2002, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://bmsap.revues.org/459

Haut de page

Auteur

D. Henry-Gambier

U.M.R-5809 du CNRS, Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé, Université Bordeaux 1, avenue des Facultés, 33405 Talence Cedex, e-mail : d.gambier@anthropologie.u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page