Navigation – Plan du site

Alimentation d’une population historique

Analyse des données isotopiques de la nécropole Saint-Laurent de Grenoble (XIIIe-Xe siècle, France)
Diet of a historic population: analysis of isotopic data from the necropolis of Saint-Laurent de Grenoble (13th to 15th century, France)
E. Herrscher
p. 149-269

Résumés

L’usure dentaire, les caries et les atteintes alvéolaires constituent les lésions les plus communes et souvent les plus informatives sur l’alimentation des populations du passé. Toutefois, le développement des techniques chimiques basées sur l’analyse des éléments traces et des isotopes stables contenus dans les ossements, a ouvert de nouvelles voies de recherche. L’analyse des isotopes stables permet de cerner la nature des aliments consommés par les individus. Ce travail s’inscrit dans cette perspective et propose une reconstitution des comportements alimentaires d’une population médiévale, à partir de l’analyse des isotopes stables de l’azote (15N/14N) et du carbone (13C/12C) contenus dans le collagène des os et des dents. Il a pour objectif de cerner l’évolution des régimes alimentaires à l’échelle de la population et au cours de la vie des individus et de discuter ses éventuelles relations avec des critères biologiques, archéologiques et chronologiques.

Les squelettes ont été mis au jour dans le cimetière de l’Église Saint-Laurent de Grenoble. Ce site archéologique se trouve dans un des faubourgs de la ville de Grenoble, dans les Alpes du Nord (Isère). Le matériel comprend 336 individus à partir desquels 55 ont été sélectionnés pour les analyses isotopiques. Il s’agit de 34 sujets adultes et 21 immatures répartis en trois phases d’inhumation (notées phases 13, 14 et 15) qui s’étendent du XIIIe s. au XVe s.

Dans un premier temps, afin de retracer au mieux les relations entre l’environnement et les hommes de Saint-Laurent, les analyses isotopiques ont porté sur un échantillon d’ossements humains et animaux. Deux grandes tendances alimentaires ont été détectées, l’une à dominante végétarienne et l’autre à dominante carnée ou de produits laitiers. Les individus de Saint-Laurent se placent dans un spectre continu entre ces deux tendances. Un apport alimentaire à base de poisson d’eaux douces ou marines, sans être écarté complètement, n’existait vraisemblablement pas dans des proportions importantes. En dépit du fractionnement de l’effectif en fonction de critères biologiques et chronologiques qui incite à la prudence, l’analyse des données isotopiques a permis de souligner que l’augmentation de l’apport en protéines animales entre le XIVe et le XVe s. serait associée à une plus grande longévité et à une plus grande stature et que les individus inhumés dans le cloître devaient avoir un accès plus aisé aux protéines animales que ceux inhumés sur la place de l’église. L’alimentation exclusivement à base de végétaux, signalée chez les ruraux à cette époque, n’est pas attestée à Saint-Laurent.

Dans un deuxième temps, afin de montrer les modifications alimentaires au cours de la vie, une stratégie d’échantillonnage impliquant plusieurs tissus squelettiques d’un même individu a été utilisée. La cinétique de renouvellement différente des tissus osseux et dentaires permet d’obtenir des signaux isotopiques correspondant à des moments différents de la vie de l’individu. Sur ces bases, les modifications alimentaires liées à l’allaitement et au sevrage ont été étudiées car les tissus en croissance d’un nourrisson allaité s’enrichissent en azote-15. Trois prélèvements par individu ont été étudiés, au niveau d’une racine dentaire en formation correspondant à un signal alimentaire contemporain du décès et au niveau de l’os alvéolaire proche d’un germe dentaire et proche de dents déjà sur arcade, correspondant à des signaux antérieurs à la mort. Le sevrage des enfants médiévaux de Saint-Laurent devait débuter entre 2,6 et 3,3 ans. L’extension de cette stratégie d’échantillonnage à des enfants âgés entre 5 et 11 ans a montré un phénomène particulier, caractérisé par un enrichissement en azote-15 au moment du décès, vraisemblablement induit par un stress.

Replacée dans le contexte historique, climatique et socio-politique de la fin du Moyen Âge pour la région de Grenoble, la large dispersion des signatures isotopiques en azote, au XIVe s., indiquerait un accès diversifié aux ressources de l’écosystème. Cette diversité pourrait aussi relever de moyens de subsistance disparates en raison d’évènements comme la guerre de Cent Ans et l’épidémie de peste (1348). L’augmentation de l’apport en protéines animales entre le XIVe s. et le XVe s. et la faible diversité de l’alimentation au XVe s. révèleraient une période de stabilité économique plus importante avec des conditions de vie plus uniformes caractérisant une économie alimentaire urbaine. Toutefois, ces observations pourraient également être induites par le niveau social plus élevé des individus inhumés dans le cloître, comparativement aux sujets inhumés sur la place de l’Église Saint-Laurent.

Diet of a historic population: analysis of isotopic data from the necropolis of Saint-Laurent de Grenoble (13th to 15th century, France)

Tooth wear, caries, and alveolar modifications provide the most common and most informative evidence regarding the nutritional condition of past populations. However, the development of biochemical techniques such as the analysis of stable isotopes and trace elements now offers new perspectives for this research. The analysis of stable isotopes enables us to determine what types of food were consumed during an individual’s life. Based on analyses of the stable isotopes of nitrogen (15N/14N) and carbon (13C/12C) in bone and tooth collagen, this study reconstructs the dietary behaviour of a historical population excavated in the cemetery of the church of Saint- Laurent at Grenoble. This research evaluates the changes in dietary behaviour not only within the population, but also over the life span of individuals. An additional objective is to analyze the data according to different biological, archaeological and chronological criteria.

The archaeological site of Saint-Laurent is located in Isère, France, in the Northern Alps, in a suburb of the city of Grenoble. The osteoarchaeological material consists of 336 individuals, from which 55 were chosen for isotope analyses. There are 34 adults and 21 sub-adults divided into three burial phases—phase 13, phase 14, and phase 15— representing the late medieval period, from the 13th to the 15th centuries AD.

Isotope analyses were carried out on both human and animal bones, to evaluate the relationship between the environment and the individuals from Saint-Laurent. Two main dietary trends have been detected, one mainly vegetarian and the other based upon meat and dairy products. The consumption of fish, although not to be dismissed, does not appear to be significant. Although the samples were small, the data indicate an increase in protein consumption between the 14th and 15th centuries, which may correlate with greater longevity and taller stature; the individuals buried in the cloister may have had access to a diet richer in animal protein than those buried in the church square. An exclusively vegetarian diet, known from historical studies to be common for the rural populations of this period, has not been observed for the Saint-Laurent population.

In order to observe dietary changes within an individual’s life span, a sampling strategy requiring analysis of three tissues from a skeleton was used. Because of differential bone and dental growth, it is possible to isolate isotope signals corresponding to specific points in an individual’s life. Thus dietary changes related to breastfeeding and weaning periods were studied because maternal milk induces an increase in nitrogen-15 within the developing tissues of babies. Three kinds of tissues per individual were sampled: a growing tooth root, corresponding to a diet signal at the time of death, and two pieces of mandibular bone—one close to a tooth bud and the second close to an erupted tooth - both corresponding to different diet signals prior to the time of death. Isotope data indicates that weaning began between 2.6 and 3.3 years for the children in the medieval Saint-Laurent population. The application of this strategy for children aged between 5-11 years of age has indicated another phenomenon, an enrichment in nitrogen-15 at the time of death, most likely due to an unidentified source of stress.

The above data support evidence for economic, political and environmental changes occurring at the end of the medieval period in the Saint-Laurent population. A wide dispersion of isotope signals in the 14th century diet indicates access to a wider variety of food resources. This diversity could also indicate different means of subsistence induced by historical events such as the Hundred Years’War and the plagues of the mid-14th century AD. The increased consumption of animal protein between the 14th and 15th centuries, as well as a reduction in dietary diversity in the 15th century could indicate a period of greater economic stability with more uniform conditions characterizing a urban food economy. Despite the implication of a general increase in socio-economic stability, there is also the possibility that the individuals buried in the cloister of the church of Saint-Laurent were of a higher social level than those buried in the church square.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

E. Herrscher, « Alimentation d’une population historique », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 15 (3-4) | 2003, mis en ligne le 20 septembre 2005, consulté le 25 juin 2017. URL : http://bmsap.revues.org/550

Haut de page

Auteur

E. Herrscher

UMR 6578 du CNRS, Unité d’Anthropologie, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, secteur Centre, 27 boulevard Jean Moulin, 13385 Marseille CEDEX 05, France, e-mail : Estelle.Herrscher@medecine.univ-mrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page