Navigation – Plan du site

Diversité taxonomique des Hominidés fossiles en Asie : de nouvelles méthodes pour une vieille question

Taxonomic diversity of fossil Hominids In Asia: new methods for an old debate
S. Bouée et F. Détroit

Résumés

Les objectifs de cette étude sont de déterminer si les fossiles d’Hominidés retrouvés en Asie du Sud-est représentent un ou plusieurs taxons, d’identifier ceux-ci, de mesurer les distances entre ces taxons et de les comparer à celles existant entre des espèces et sous-espèces actuelles phylogénétiquement proches (grands singes).

Pour cela, nous avons utilisé les nouvelles méthodes de morphométrie géométrique. Vingt points repères tridimensionnels ont été numérisés sur un échantillon de 110 crânes : 18 spécimens fossiles issus d’Asie et datés de 6 000 à 1 150 000 ans, 31 spécimens d’Homo sapiens actuels, 31 spécimens de chimpanzés et 30 spécimens de gorilles. La méthode Procruste a été appliquée afn de séparer la variable taille des variables de conformation. Nous avons utilisé une nouvelle méthode originale en trois étapes, dans une démarche logique et objective.

1) La variabilité globale des quatre groupes a été explorée avec différents indices (variance, distances euclidiennes et de Manhattan). 2) Afin de s’affranchir des regroupement arbitraires de fossiles dans des catégories taxonomiques pré-établies, des analyses en composantes principales (ACP) et de classification (Neighbor Joining et UPGMA) ont permis d’identifier des sous-groupes au sein des quatre groupes (fossiles, H. sapiens, chimpanzés et gorilles). 3) Enfin, les distances de Mahalanobis entre ces différents sous-groupes ont été mesurées et comparées entre elles.

Les résultats montrent que la variabilité globale des fossiles est significativement supérieure à celle des H. sapiens. Elle est également supérieure, mais de manière non significative, à celle des chimpanzés d’une part et des gorilles d’autre part. Les méthodes de classification et d’ACP ont permis d’identifier deux groupes au sein de l’échantillon des fossiles : un groupe d’affinité H. erectus et un autre d’affinité H. sapiens. La plus grande distance de Mahalanobis est observée entre les gorilles et les H. sapiens, puis entre les chimpanzés et les H. sapiens. Suit la distance entre les chimpanzés et les gorilles, qui est très proche de celle entre les H. sapiens actuels et les H. erectus. Cette dernière est proche de la distance entre les H. sapiens fossiles et les H. erectus. En revanche, la distance entre les H. sapiens fossiles et actuels est nettement inférieure et est comparable aux distances observées entre les différents sous-groupes identifiés au sein des H. sapiens actuels, des chimpanzés et des gorilles.

Cette nouvelle méthode originale a permis de conclure que les fossiles étudiés appartiennent bien à deux taxons différents. Le premier (les H. sapiens fossiles) peut être considéré comme appartenant au même taxon que celui des hommes actuels. Le deuxième appartient à un taxon différent.

Taxonomic diversity of fossil Hominids In Asia: new methods for an old debate

The  objectives  of  this  study  were  to  determine  whether  the  fossils  discovered  in Asia  belong  to  one  or  several taxa, to identify them and to compare the distances between them to the distances between actual groups and species of anthropoids.

For  this purpose, we have used new geometric morphometric methods. Twenty  three dimensional  landmarks were digitized on 110  skulls: 18  fossils  from Asia dated between 1,150,000  years and 6,000 BC, 31 modern Homo sapiens, 31 chimpanzees and 30 gorillas. Landmarks were registered by Generalized Procruste Analysis.

We used a  logical and objective method with  three steps. 1) The  taxa variabilities were explored by using several distance  indices  (variance, Euclidean and Manhattan distances). 2) We have  chosen not  to arbitrarily group  fossils  in established taxonomic categories: Principal component analysis (PCA) and hierarchical classification methods (UPGMA and NJ) were applied  to  identify subgroups  for each of  the  four  taxa. Finally, Mahalanobis distances between  identified groups and subgroups were calculated and compared between each other.

The  overall  variability  was  larger  for  the  fossil  group  than  for  any  of  the  three  actual  species,  although  the difference was statistically significant only for the comparison to the modern H. sapiens. Classification and PCA analysis identified two subgroups within the fossil group: one with an H. sapiens affinity and the other with an H. erectus affinity. The Mahalanobis distances were ordered as  follows  (decreasing order): gorilla/modern H. sapiens, chimpanzee/modern H. sapiens, chimpanzee/gorilla which was very similar to the distance between modern H. sapiens and H. erectus. This last distance was similar to the one between fossil H. sapiens and H. erectus. Distances between modern and fossil H. sapiens and between subgroups of actual species were similar and less than the preceding ones.

We finally concluded that the fossils belong to two different taxa. The first (fossil H. sapiens) belongs to the same taxon as modern H. sapiens and the second, H. erectus, is different.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

S. Bouée et F. Détroit, « Diversité taxonomique des Hominidés fossiles en Asie : de nouvelles méthodes pour une vieille question », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 20 (1-2) | 2008, mis en ligne le 24 avril 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://bmsap.revues.org/6017

Haut de page

Auteurs

S. Bouée

Département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, Institut de paléontologie humaine, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, France,e-mail: esbouee@wanadoo.fr

F. Détroit

Département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, Musée de l'Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page