Navigation – Plan du site

Commentaires sur l’article : « Analyse préliminaire et discussion sur la nature d’un dépôt dentaire très particulier », Y. Gleize, D. Castex, H. Duday, R. Chapoulie, paru dans le volume 17, 1-2, 2005, des Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

J.-C. Verger-Pratoucy
p. 95-102

Dans le numéro 1-2 du tome 17 des Bulletins et Mémoires, Gleize et al. (2005), nous font part de leur étonnement devant la découverte d’une concrétion importante déposée unilatéralement sur les dents maxillaires d’un individu appartenant à la population d’un cimetière datant du Moyen Âge. Ce dépôt, qui se retrouve sur les dents mandibulaires d’un autre crâne du gisement, fait l’objet d’une proposition de diagnostic différentiel amenant les auteurs à poser la question suivante : l’origine de ces dépôts est-elle biologique ou taphonomique voire mixte, comme cela est suggéré page 10.

À la vue des reproductions photographiques qui accompagnent les commentaires des auteurs, on ne peut, nous semble-t-il, guère hésiter : les individus T14 et T15 sont porteurs de dépôts sui generis qui sont d’origine tartrique même s’il n’est pas exclu qu’une adjonction très superficielle de matériaux chimiquement apparentés d’origine exogène se soit produite post mortem (tout du moins pour le sujet T15). Pour la partie gauche de ce maxillaire, il est certain que l’on se trouve en présence d’un dépôt de nature phénoménale, hors normes et qui a de quoi désorienter.

Dans la discussion engagée, les arguments avancés en faveur d’une origine taphonomique ne résistent pas, à notre avis, à ceux qui militent pour un dépôt d’origine biologique.

Il est évident tout d’abord que, compte tenu de sa localisation et de son volume, cette masse ne peut avoir été générée que par du tartre supra-gingival ou encore « salivaire ». Plus sujette à controverse est la relation qui peut exister entre le degré d’intensité de la maladie parodontale constatée ici et l’importance de ce dépôt. On sait en effet que les étiologies de cette pathologie peuvent être multiples chez l’homme moderne (Glickman 1974 ; Klewansky 1983) et qu’il n’y a pas de raisons pour qu’il en ait été autrement chez nos ancêtres (Pinet 1980). Le lien corrélant l’importance des dépôts tartriques à la gravité des atteintes parodontales a très souvent été mis en avant par nombre de cliniciens ou de chercheurs (Van Reenen 1964) mais il a été aussi considéré comme un indicateur instable de l’évaluation de la hauteur de la perte osseuse (Langsjoen 1996) ou même, comme l’indiquent Whittaker et al. (1998), un peu sujet à caution du fait de l’intervention d’autres paramètres comme l’usure occlusale et l’extrusion des dents qui en découle. Cette relation directe avait été minimisée dès 1938 par Sognaes à propos des habitants de Tristan da Cunha (Holloway et al. 1963).

Un argument plus radical en faveur d’une origine biologique de ce dépôt nous est apporté par l’existence d’un auvent formé par le dépôt et séparant, dans le sens vestibulo-palatin, ce dernier des racines des dents jugales gauches et qui est dévoilé par la radiographie du travail de Gleize et al. (2005, fig. 4). Ce décrochement découvre ainsi un « vide » qui ne peut avoir été occupé, du vivant du sujet, que par des tissus mous. Cette seule constatation, qui doit se répéter pour chaque dent composant cette hémi-arcade, semble exclure, à notre avis, toute origine post mortem de ce dépôt. De plus, comme l’ont noté d’ailleurs les auteurs, la forme asymétrique de l’usure constatée sur la « face occlusale » de la 27 (différence de degré entre partie vestibulaire et partie palatine) va dans le même sens et doit, là aussi, se rencontrer sur les autres dents intéressées par cette masse tartrique1. Les conséquences de l’absence des dents mandibulaires antagonistes, mise en exergue par deux fois, sont par ailleurs un nouvel et formel appui en faveur de l’origine biologique du dépôt. Cette disparition a vraisemblablement d’abord entraîné l’extrusion des dents maxillaires antagonistes (en rapport avec le moment où la chute des dents mandibulaires est intervenue) puis exagéré l’importance du dépôt lui-même. Ceci est une constatation clinique souvent rencontrée dans la pratique odontologique car, dans la bouche, tout clinicien sait que la nature a horreur du vide et, là aussi, il n’y a pas de raison pour que cette règle physiologique n’ait pas prévalu chez nos ancêtres. En outre, comme cela apparaît sur les photos 2 et 3 et ainsi que les auteurs le notent, si la surface de cette masse est décrite comme « lisse » – contrairement, et cela nous paraît important, à ce que l’on rencontre sur la denture présentée par Flinn et al. (1987) – cela prouve que cette dernière a été en formation continue dans une bouche où la langue et la joue de l’individu étaient en fonction. Le bol alimentaire circulait partout mais, au niveau de la 28 – dent la plus postérieure de l’arcade –, le granité constaté est vraisemblablement la conséquence de l’absence quasi complète d’activité et donc de frottement à cet endroit.

Les mêmes causes provoquant les même effets mais d’une façon nettement moins prononcée, il eût été intéressant d’avoir plus d’informations pour l’individu T14, comme une vue vestibulaire de l’arcade qui aurait permis de contrôler et l’état du maxillaire et la position des dents mandibulaires dans un plan occlusal. Apparemment, d’après la figure 7, et au regard des faces occlusales des 45, 46, 47 et 48 dont l’usure semble avoir été de type hélicoïdal (inclinaison des faces occlusales vestibulo-lingualement au niveau des molaires), la dent 15 et peut-être la 16 et la 17 ont dû être en occlusion pendant un certain temps afin que cette forme d’usure puisse s’installer. Soulignons que celle-ci, comme le soutient Alexandersen (1967), n’a pas empêché l’apparition, sur la majorité des mâchoires du Moyen Âge, de dépôts tartriques (voir aussi Swardstedt (1966) pour des populations d’époque médiévale de Suède).

Il résulte de ces constatations essentiellement macroscopiques que la répétition de cet événement à des degrés différents sur deux bases osseuses différentes, dans une même population et sur une série dentaire, n’a donc rien de « curieuse ». L’importance inattendue du dépôt observé sur le maxillaire gauche du crâne T15 peut être considérée comme la conséquence directe de la situation observée : l’absence des antagonistes correspondantes.

Afin de conforter notre opinion en faveur d’une origine ante mortem de ce dépôt, nous pouvons nous appuyer sur un certain nombre de documents qui émaillent la littérature et qui se rapportent pour la plupart à la paléopathologie dentaire. Ces documents dévoilent de nombreux exemples qui indiquent que le cas présenté par Gleize et al. (2005) n’est pas exceptionnel.

Dans les ouvrages de stomatologie (de la seconde moitié du XIXe s. et du début du XXe s.), il était habituel de rencontrer des pathologies buccales, dentaires ou osseuses, dont l’expression pouvait être considérée comme « historique » et qui décrivaient souvent de façon complaisante ce qu’il était courant d’appeler des monstruosités médicales dont les porteurs étaient présentés comme des phénomènes. Depuis le milieu du siècle dernier, ce sont surtout des chirurgiens dentistes et des stomatologistes qui, à l’occasion de travaux de paléopathologie dentaire, ont souvent décrit des dépôts tartriques sur des dentures fossiles de toutes époques qui sont passées dans leurs mains. Il est important de noter qu’ils ont significativement tous insisté sur la précarité de ces dépôts2.

Parmi ces auteurs citons en particulier Javon (1976) qui signale que trois maxillaires des populations re­trouvées dans le cimetière d’Arleuf présentaient « un tartre abondant et même sur les faces triturantes semblant indiquer que la mastication ne se faisait pas de ce côté ». Il en est de même dans les travaux de Pomar (1988) qui trouve que chez des individus adultes du Dolmen du Rouzet porteurs de tartre « certaines incisives latérales et prémolaires supérieures présentent une couronne entièrement tapissée de tartre, preuve d’hypofonction et même d’absence de fonction. Enfin, dans sa thèse de doctorat relatif à un site datant du Moyen Âge, Zagozda (1991) présente deux photographies d’une mandibule dont les dents, usées, sont recouvertes par du tartre. On peut aussi retrouver des constatations identiques dans les travaux d’Auzende (1974), Galabert (1974), Tignol (1976), Carrier (1983).

Pour des populations du Nouveau Monde et de l’époque Maya, Saul (1972) décrit une mandibule et un fragment de maxillaire sur lesquels « an unusually massive and unilateral deposit was found in n° 47 and has been attributed to a pathologic condition ». Apparemment, il s’agit là de plusieurs dents et non d’une seule. Pour des époques antérieures dans le temps – étude de dentures mésolithiques de Serbie –, Y’Edynak (1989), qui rend compte d’un pourcentage de 93 % de dents porteuses de tartre, indique que chez les individus de sexe masculin porteurs, environ 2 % des dents sont « almost covered by bulky calculus ». Cette approche ne pourrait être complète sans que soient citées les conclusions du travail de Bolender et al. (1964) portant sur l’étude paléopathologique de crânes de l’Égypte ancienne (Moyen et Nouvel Empire). Dans le chapitre consacré au tartre et aux parodontolyses, ces auteurs rapportent un important dépôt mandibulaire de « plusieurs millimètres d’épaisseur, réalisant presque un plan d’occlusion avec le rebord alvéolaire édenté du maxillaire supérieur ». On pense tout de suite au maxillaire T15 mais, chose particulière pour cette momie, les auteurs estiment que les dents antagonistes correspondantes auraient été extraites ante mortem au regard de la cicatrisation parfaite et de l’absence de racines. Par ailleurs, il est intéressant de noter que suite à une étude par diffraction électronique d’un fragment de ce dépôt, les auteurs ont constaté qu’il s’agissait d’apatites « et donc de tartre dentaire », (p. 956, fig. 6, 7).

Par ailleurs, en piochant dans les traités de stomatologie signalés plus haut, les reproductions présentées dans l’un d’entre eux (Guibaud 1911, p. 377, fig. 85) sont très suggestives et soutiennent la comparaison avec ce que nous proposent Gleize et al. (2005) (fig. 1). Le commentaire qui les accompagne ne laisse planer aucun doute quant à l’importance que peut atteindre cette pathologie chez certains de nos compatriotes de la fin du XIXe s. : « Dans certaines bouches… lorsqu’un des côtés des arcades dentaires est inutilisé pour la mastication, …les dents de ce côté peuvent être complètement recouvertes de tartre, celles du côté opposé restant indemnes. On retrouve parfois d’énormes blocs d’un volume bien supérieur à celui de la dent recouverte ». Brabant a précisé qu’il en était de même dans la population de Coxyde (Brabant 1967, p. 153, fig. 80) [(mêmes constatations chez Brothwell et Sandison (1965) et Leek (1981)].

Comme ils l’ont remarqué dans leur travail sur les rapports entre le tartre dentaire et l’alimentation, Dobney et Brothwell (1987) ont été étonnés de constater qu’aucune échelle sérieuse concernant les dépôts tartriques n’avait été élaborée avant eux et que seule la présence/absence, la sévérité et la position générale sont indiquées par les auteurs précédents. Rien ne semble avoir été en effet avancé sur la position réelle du tartre par rapport aux faces de la dent ni sur le calcul de l’épaisseur d’un dépôt tartrique. Toutefois, la codification des dépôts « supra­occlusaux » qui nous interpelle ici avait été déjà proposée par au moins un auteur. En effet, Evans (1973) a repris dans son travail l’échelle établie par Steward dans le Journal of Periodontology en 1960 avec un stade 4 qui indique bien le recouvrement complet de la couronne des dents (p. 490, fig. 1). Par ailleurs, Strohm et Alt (1998) ont dernièrement introduit, dans une classification à quatre degrés, une catégorie spéciale ainsi décrite : « every abnormal local formation of calculus should be noted separately, e.g. particularly large quantities of calculus on the masticory surface or the incisal margin ».

Enfin, nous pouvons personnellement en témoigner, des masses tartriques mandibulaires, atteignant le bord triturant du bloc incisivo-canin inférieur mais surtout les faces occlusales des dents jugales maxillaires, se présentant cliniquement en des blocs tartro-dentaires simplement retenus par les parties molles, ont été et sont sans doute toujours, éliminés des cavités buccales de nos contemporains.

Fig. 1 - « Blocs de tartre attachés à une canine et à une molaire (d’après Johnson) », d’après Guibaud (1911, fig. 85).

Agrandir

Nous conclurons sur l‘existence de dépôts tartriques importants chez l’homme moderne, en citant Glickman (1974) lequel nous indique que « dans les cas extrêmes le tartre peut… recouvrir les faces occlusales des dents qui n’ont pas d’antagonistes fonctionnels » (fig. 22- 11). Il ajoute « que le tartre (supra-gingival) survient le plus souvent et en très grande quantité sur les faces vestibulaires des molaires supérieures en regard du canal de Sténon (ce qui est le cas pour le maxillaire T15) et sur les faces linguales des incisives mandibulaires en regard du canal de Wharton ». C’est aussi le point de vue de Whittaker et al. (1998), de Swardstedt (1966) et de Sand (1949) cité par ce dernier.

Il est d’ailleurs normal de rencontrer des épaisseurs de tartre différentes, dans des endroits différents et dans des populations elles aussi différentes (Brabant 1967). Le tartre supra-gingival, sans doute seul en cause ici, est issu de glandes qui fonctionnent différemment selon les individus (de la sialorrhée à l’assialie). L’importance des dépôts est donc tributaire de l’état général de chaque individu, de la nature de sa nourriture de même que de sa durée de vie, cette dernière proposition n’étant cependant pas acceptée par tous les auteurs (Van Reenen 1964). En ce qui concerne l’alimentation, les analyses programmées par Gleize et al. (2005) permettront sans doute d’y voir plus clair quant à la nature des aliments ingérés par les médiévaux de Clarensac. On connaît les processus de formation du tartre à partir de la plaque dentaire suite à une minéralisation assez rapide de cette dernière. Il piège dans les mailles formées par ses divers cristaux nombre de particules provenant de l’alimentation et en particulier des phytolithes (Dobney, Brothwell 1986 ; Baud, Kramar 1990 ; Lalueza et al. 1996).

Les arguments contraires étayant une possible origine post mortem du dépôt, découlent essentiellement des travaux de Flinn et al. (1987). Les conditions environnementales du squelette anglais de Sandwel ne peuvent se comparer à celles qui existaient sur le site de Clarensac. En effet, les restes étudiés ont été toujours quasiment immergés dans des eaux provenant d’une source proche comprenant des proportions importantes de carbonate de chaux dont la dureté est soulignée. Les auteurs indiquent par ailleurs que le cément des racines des dents n’est pas recouvert par les concrétions (et il en est apparemment de même à Clarensac) alors qu’il serait normal qu’il le soit si la seule origine taphonomique était retenue. Cette situation, d’après ces auteurs, serait le résultat de l’existence concomitante d’un tartre pré-déposé in vitam et des tissus mous pathologiques périodontaux pendant une durée qui n’est toutefois pas précisée. D’un autre côté, ils indiquent que la face occlusale des dents n’aurait pas pu avoir été recouverte par du tartre du fait des contacts avec les dents antagonistes intervenus du vivant du sujet. Cette dernière constatation, infirmée comme nous l’avons vu par de nombreux auteurs, amoindrit l’essai de démonstration proposé par Flinn et al. (1987). Cette impression est confortée par certaines lacunes : absence d’analyse physico-chimique sélective des dépôts et de contrôle de l’occlusion, inexistence de clichés radiographiques pourtant annoncés. De plus, comme l’ont remarqué Gleize et al. (2005), il n’y a pas eu recouvrement du reste du squelette et, en particulier, des os manducateurs par cet agrégat ce qui enlève beaucoup de sa pertinence à la thèse taphonomique.

L’analyse « physico-chimique » du maxillaire T14, dévoile par ailleurs une méthodologie dont la présentation pose problème. Il nous est dit que les prélèvements sont partagés en deux catégories : ceux (15) faits sur le dépôt lui-même « en différents endroits » ce qui est vague ; l’autre, servant d’élément de « comparaison », a été prélevé « sur la face linguale » de la même dent (la 24). Quid alors de la dénomination : « dépôt classique de tartre » donnée à ce dernier ? Comment en effet, avant toute analyse, faire le distinguo entre la nature de ce dépôt et celle de la concrétion étudiée existant sur les faces occlusale et vestibulaire de cette même dent jugale ? S’agirait-il de tartre « sérique » et non supra-gingival ? Dans ce cas, il aurait fallu apporter plus de précisions quant à la couleur, à la consistance, à l’adhérence et aux rapports de ce « tartre » avec la racine palatine de cette prémolaire (comme l’ont par contre clairement exposé Whittaker et al. (1998, fig. 1) dans leur travail sur des dentures britanniques). On sait en effet que la composition du tartre sous-gingival qui est d’origine pathologique (exudat parodontal) est quand même un peu différente de celle du tartre supra-gingival dont l’origine est salivaire (Ramfjord, Ash 1979). Par ailleurs, pour quelles raisons, et là nous rejoignons sur ce point l’opinion de Gleize et al. (2005), peut on penser en effet que, s’il s’agit d’un dépôt « externe » non biologique, celui-ci ait épargné la face palatine des molaires maxillaires de l’individu T14 tout en suivant la forme de l’usure occlusale des molaires de l’individu T15 ? Certes la face palatine des molaires maxillaires est, a priori, la mieux protégée mais toutes les faces des dents auraient dû être recouvertes de façon quasi uniforme sans ignorer aussi gravement la face palatine si ce dépôt post mortem s’était produit en fonction de l’action d’un fluide, ce qui n’est absolument pas démontré.

Les travaux de Baud et Kramar (1990), entre autres auteurs, sur les calcifications biologiques montrent certes qu’il peut se constituer à partir de micro-organismes d’origine tellurique, des agrégats à localisation osseuse (mais apparemment non dentaire) dont l’étude cristallo­graphique indique qu’il s’agit de calcite (voir à ce sujet le cas de la calotte crânienne d’époque néolithique « calcitée » citée par Duday dans Masset 1986, p. 130). Mais, en dehors d’une « calcification post mortem » surajoutée qui reste à démontrer, rien ne peut nous autoriser à mettre en doute l’origine biologique de ce dépôt et à ne pas conclure qu’il s’agit bien, tant pour le crâne T14 que le T15, de tartre dentaire.

En conclusion, la parfaite reconstitution quasi integrum de ces restes résultant d’un travail méticuleux mais qui aurait sans doute mérité plus de rigueur dans la présentation, amène à des résultats macroscopiques évidents, en contradiction avec l’attitude prudente et insistante des auteurs. Par ailleurs on sait que les anthropologues spécialistes sont entraînés à indiquer qu’il y a seulement présomption d’une présence de tartre du vivant du sujet et qu’ils ne peuvent souvent quantifier cette dernière avec précision sur « la totalité d’une série anthropologique ». Cette constatation débouche sur une évidence : l’importance des dépôts d’origine tartrique que l’ont peut rencontrer chez nos ancêtres a été largement sous-évaluée et même parfois leur existence niée car aucun dépôt de tartre n’est retrouvé au moment de l’étude paléopathologique (voir note 2). Enfin, la voie dégagée par Gleize et al. (2005) sur le plan de l’analyse physico-chimique est prometteuse surtout si elle porte sur le contenu « organique » du dépôt. Les conclusions de ce prochain travail pourraient mener à une ouverture pleine de promesses sur la nature de l’alimentation de nos ancêtres médiévaux.

Bibliographie

ALEXANDERSEN (V.) 1967, The pathology of the jaw and the temporomandibular joint, in D. Brothwell, A.T. Sandison (eds), Disease in Antiquity, Charles Thomas, Springfield, Wien, New York, p. 551-595.

AUZENDE (A.) 1974, Odontologie humaine de l’époque chalcolithique, Thèse de Doctorat de Chirurgie Dentaire n° 225, Université de Lyon.

BAUD (C.-A.), KRAMAR (C.) 1990, Les calcifications biologiques en archéologie, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 2, 3-4 : 163-170.

BOLENDER (C.), FRANK (R.M), MEYER (P.) 1964, Étude paléopathologique de 265 crânes de momies égyptiennes, Revue Française d’Odonto-stomatologie 11 : 951-965.

BRABANT (H.) 1967, Nouvelles observations sur les dents et les maxillaires d’une population ancienne d’âge franc de Coxyde (Belgique), Bulletin du Groupement International pour la Recherche Scientifique en Stomatologie 10 : 5-180.

BROTHWELL (D.), SANDISON (A.T.) 1965, Diseases in Antiquity, Charles Thomas, Springfield, Wien, New York.

CARRIER (F.) 1983, Contribution à l’étude odontologique d’une population des VIe-VIIe siècles ap. J.-C. de Cutry (Meurthe et Moselle), Thèse pour le Doctorat en Chirurgie Dentaire n° 62, Faculté de Chirurgie Dentaire, Université de Nancy 1, 212 p.

DOBNEY (K.), BROTHWELL (D.) 1986, Dental calculus: its revalance to ancient diet and oral ecology, in E. Cruwys, R.A. Foley (eds), Teeth and anthropology, BAR International Series S291, Oxford, p 55-81.

DOBNEY (K.), BROTHWELL (D.) 1987, A method for evaluating the amount of dental calculus on teeth from archaeological sites, Journal of Archaeological Science 14: 343-351.

EVANS (D.T.) 1973, A preliminary evaluation of tooth tartar among the Preconquest Maya of the Tayasal Area, El Peten, Guatemala, American Antiquities 38, 1: 489-495.

FLINN (R.M.), CORBETT (M.E.), SMITH (A.J.) 1987, An unusual deposit—a taphonomic process? Journal of Archaeological Science 14: 291-295.

GALABERT (J.) 1974, Dysmorphoses dento-maxillo-faciales d’une population médiévale languedocienne, Institut Pyrénéen d’Études Anthropologiques, Toulouse.

GLEIZE (Y.), CASTEX (D.), DUDAY (H.), CHAPOULIE (R.) 2005, Analyse préliminaire et discussion sur la nature d’un dépôt dentaire très particulier, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 17, 1-2 : 5-12.

GLICKMAN (I.) 1974, Parodontologie Clinique, Julien Prélat, Paris, 1071 p.

GUIBAUD (M.) 1911, Hygiène de la bouche et des dents, in G. Gaillard, R. Nogué (éds), Traité de Stomatologie, V, Maladies Paradentaires, Hygiène et Prophylaxie de la bouche et des dents, Baillière & Fils, Paris, p. 355-425.

HENRY-GAMBIER (D.), MAUREILLE (B.), WHITE (R.) 2004, Vestiges humains des niveaux de l’Aurignacien ancien du site de Brassempouy (Landes), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 16, 1-2 : 49-87.

HILLSON (S.) 1996, Dental Anthropology, Cambridge University Press, Cambridge, 373 p.

HOLLOWAY (P.J.), JAMES (P.M.C.), SLACK (G.L.) 1963, Dental Diseases in Tristan da Cunha, British Dental Journal 115, 1: 19-25.

JAVON (E.) 1976, Étude odontologique d’une population morvandelle (Arleuf), Diplôme d’État de Docteur en Chirurgie Dentaire, Université Paris V, 76 p.

KLEWANSKY (P.) 1983, Introduction au traitement des parodontopathies, Encyclopédie médico-chirurgicale, Stomatologie II, Masson, Paris.

LALUEZA (C.), JORDI (J.), ROSA (M.A.) 1996, Phytolith analysis on dental calculus, enamel surface, and burial soil: information about diet and paleoenvironment, American Journal of Physical Anthropology 101: 101-113.

LANGSJOEN (O.M.) 1996, Dental effects of diet and coca-leaf chewing on two prehistoric cultures of northern Chile, American Journal of Physical Anthropology 101: 475-489.

LEEK (F.F.), 1981, Paleodontology of the Nile Valley, Paleopathology Newsletter 33: 9-12.

LEGOUX (P.-R.) 1972, Étude odontologique des restes humains périgordiens et proto-magdaléniens de l’abri Pataud (Dordogne), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, série 12, 9 : 293-330.

MASSET (C.) 1986, Le « recrutement » d’un ensemble funéraire, in H. Duday, C. Masset (eds), Anthropologie physique et archéologie, Éditions du CNRS, Paris, p. 111-134.

PINET (R.) 1980, Étude parodontologique d’un matériel fossile humain (époque Chalcolithique-Bronze) provenant du Languedoc oriental, Thèse pour le Diplôme de Docteur de 3e cycle en Sciences Odontologiques, Faculté d’Odontologie, Université Claude Bernard-Lyon 1, 282 p.

POMAR (P.) 1988, Étude odontologique du Dolmen du Rouzet, Thèse de Doctorat en Chirurgie Dentaire n° 88, Unité de formation et de recherche odontologique, Université de Toulouse 3, 112 p.

RAMFJORD (S.P.), ASH (M.M.) 1979, Periodontology and Periodontitis, Saunders, Philadelphia.

SAUL (P.S.) 1972, The human skeletal remains of Altar de Sacrificios, An osteobiographic analysis, Papers of the Peabody Museum of Archeology and Ethnology 63, 5, Harvard University, 87 p.

SOLHEIM (T.) 1988, Dental attrition as an indicator of age, Gerodontics 4: 299-304.

STROHM (T.H.), ALT (K.W.) 1998, Periodontal Disease— Etiology, classification and diagnosis, in K.W Alt,

F.W. Rösing, M. Teschler-Nicolas (eds), Dental anthropology, Fundamentals, Limits and Prospects, Springer, Wien, New York, p. 226-246.

SWARDSTEDT (T.) 1966, Odontological aspects of a medieval populatation in the province of Jämtland/Mid-Sweden, Universitelsbibliokete, Lund.

TIGNOL (C.) 1976, Essai de synthèse de Paléopathologie dentaire en Europe du Paléolithique à nos jours, Thèse de Doctorat en Chirurgie Dentaire n° 422376139, Faculté de Chirurgie Dentaire, Université de Toulouse 3.

Y’EDYNAK (G.) 1989, Yugoslav Mesolithic dental reduction, American Journal of Physical Anthropolgy 78, 1: 17-36.

VAN REENEN (J.F.) 1964, Dentition, jaws and palate of the Kalahari Bushman, Journal of the Dental Association of South Africa 19, 1, 2 et 3.

WHITTAKER (D.K.), MOLLESON (T.), NUTALL (T.) 1998, Calculus deposits and bone loss on the teeth of Romano-British and eighteenth-century Londoners, Archives of Oral Biology 43: 941-948.

ZAGOZDA (B.) 1991, La pathologie dento-maxillaire chez une population du Moyen Âge du Nord de la France (site du terminal du futur tunnel sous la Manche), Thèse pour le Diplôme d’État en Chirurgie Dentaire n° 4210, Faculté de Chirurgie dentaire, Université du Droit et de la Santé de Lille.

Haut de page

Notes

1  Il aurait été utile de préciser le niveau atteint par cette usure occlusale et d’étendre cette recherche aux autres dents (Solheim 1988).

2  Comme l’indiquait Legoux il y a plus de 30 ans, « les anthropolo­gistes…, ne portaient pas assez attention à ce détail (le tartre) très significatif en pathologie » (1972). Il est patent qu’à cette époque, peu d’archéologues pratiquaient un « lavage non agressif » des dents ceci d’autant plus que l’étude de la morphologie, de l’usure dentaire et surtout de l’odontométrie entraînait des nettoyages pra­tiqués de manière optimale (Alexandersen 1967 ; Hillson 1996 ; Henri-Gambier et al. 2004). Nous pouvons ajouter que ce n’est évidemment pas seulement la « fréquence » de ces dépôts qui est en cause mais aussi leur importance.

Haut de page