Navigation – Plan du site

Réponse des auteurs au Commentaires sur l’article : « Analyse préliminaire et discussion sur la nature d’un dépôt dentaire très particulier », Y. Gleize, D. Castex, H. Duday, R. Chapoulie, paru dans le volume 17, 1-2, 2005, des Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris par J.-C. Verger-Pratoucy

Y. Gleize, D. Castex, H. Duday et R. Chapoulie
p. 101-102

Le commentaire de J.-C. Verger-Pratoucy au sujet de l’article « Analyse préliminaire et discussion sur la nature d’un dépôt dentaire très particulier » (Gleize et al. 2005) s’inscrit parfaitement dans les différentes discussions que les auteurs ont eu avant et après sa publication. En effet, lors de la découverte du dépôt dentaire de l’individu T15 du site de Clarensac, de nombreux collègues (anthro­pologues, dentistes, etc.) se sont montrés sceptiques quant à l’hypothèse d’un dépôt de tartre et certains ont même suggéré une origine taphonomique. Cet article avait pour objectif de mettre en perspective les différentes données acquises lors de la fouille et de l’étude afin de pouvoir discuter plus précisément de l’étiologie de ce dépôt particulier et ne pas nous limiter à une simple description. Nous rappellerons également, comme l’indiquait son titre, que cette publication ne constitue qu’une première phase de l’analyse de ce dépôt dentaire.

Bien que notre discussion ait principalement concerné le sujet T15, la prise en compte de l’individu T14 est apparue comme un élément supplémentaire de discussion montrant ainsi tout l’intérêt d’observer la totalité d’une série ostéologique, ce que ne souligne pas assez le commentaire de J.-C. Verger-Pratoucy. Ce dernier critique le fait que, tout ayant les preuves d’un dépôt d’origine biologique, nous n’omettons pas la possibilité « d’une calcification post mortem sur un dépôt de tartre développé du vivant de l’individu » (Gleize et al. 2005, p. 6).

Dans sa réponse à notre article, l’auteur fournit une liste de références et affirme que le cas présenté n’est en rien exceptionnel. Nous devons donc rappeler que nous avons considéré cette lésion dentaire particulièrement importante car bien souvent seules une ou deux dents sont atteintes. On peut signaler un cas supplémentaire, récem­ment publié, découvert sur un soldat de la guerre 14-18 (Adam 2006). Notre étude n’avait toutefois pas la prétention de présenter le dépôt le plus extraordinaire mais plutôt de poser les premières bases d’une réflexion concernant la mise en place d’un tel dépôt.

L’intérêt du commentaire de J.-C. Verger-Pratoucy est d’offrir quelques références bibliographiques supplémentaires mais ses remarques n’apportent pas, en réalité, de pièces nouvelles au dossier. Certains aspects de notre démarche, permettant d’aboutir au diagnostic le plus sûr, sont totalement passés sous silence.

Par exemple, un point important de notre étude était de discuter du contexte de la découverte. Nous savons que des cas de dépôts d’hydroxylapatite ou de calcite taphonomique existent en contexte archéologique (e.g. Flinn et al. 1987 ; Baud, Kramar 1990 ; Botella et al. 2000) et lors de notre analyse, nous avons pu prouver que la tombe avait été ennoyée. Cette donnée, concernant l’environnement proche du squelette, méritait d’être prise en compte pour une discussion de l’étiologie du dépôt observé. Par ailleurs, le fait que ce dépôt sur la troisième molaire ne soit pas lisse et présente un aspect grumeleux différant de celui présent sur les autres dents montre qu’il est important de poursuivre l’analyse afin de comprendre si cet aspect peut-être dû ou non à un dépôt post mortem. On peut supposer que cette différence de surface soit en relation avec la position de la dent dans la bouche du vivant du sujet mais cela demande a été confirmé.

Même si nos arguments nous orientent, au final, dans le sens d’un dépôt de tartre, nous sommes d’avis que la prudence doit rester de mise, gage d’une réelle démarche scientifique, et il faudra donc attendre la poursuite de cette étude afin de vérifier la présence de bactéries. Ces mêmes réflexions se retrouvent dans les notes de J.-C. Verger-Pratoucy qui souligne qu’il s’agit de tartre « même s’il n’est pas exclu qu’une adjonction très superficielle de matériaux chimiquement apparentés d’origine exogène se soit produite post mortem » (p. 95), “calcification post mortem” surajoutée qui reste à démontrer » (p. 99). Ces deux phrases reprennent en fait les remarques que nous avions émises en conclusion et il semble donc qu’il ne puisse pas y avoir de débat puisque dans le fond, outre une différence de niveau de prudence, nous sommes du même avis.

Si l’on admet l’origine biologique primaire de ce dépôt dentaire, sa mise en place et son importance ont, comme nous l’avions déjà écrit, vraisemblablement été influencées par l’absence des dents antagonistes. En outre, il nous faudra aussi réfléchir quant à l’hypothèse d’une hémiplégie faciale qui aurait pu favoriser le dépôt abondant de tartre, par l’absence de mastication. Enfin, une autre voie de recherche pourrait consister à effectuer une analyse isotopique des deux individus présentant ce type de dépôt dentaire afin de pouvoir discuter le fait qu’un régime alimentaire particulier puisse être également incriminé dans ces formations excessives.

Nous profitons enfin de cette réponse pour apporter un complément chronologique à notre étude. Une datation 14C1 effectuée sur les ossements du squelette T15 fournit une date comprise entre le VIIIe et le Xe s. ap. J.-C., ce qui place cet individu dans une fourchette chronologique un peu plus haute que celle apportée par l’étude archéologique.

Bibliographie

ADAM (F.) 2006, Alain Fournier et ses compagnons d’arme, Une archéologie de la Grande Guerre, Serpenoise, Metz, 219 p.

BAUD (C.-A.), KRAMAR (C.) 1990, Les calcifications biologiques en archéologie, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 2, 3-4 : 163-170.

BOTELLA (M.C.), ALEMÁN (I.), JIMÉNEZ (S.A.) 2000, Los huesos humanos: manipulación y alteraciones, Bellaterra, Barcelona, 229 p.

FLINN (R.M.), CORBETT (M.E.), SMITH (A.J.) 1987, An unusual dental deposit—a taphonomic process? Journal of Archaeological Science 14: 291-295.

GLEIZE (Y.), CASTEX (D.), DUDAY (H.), CHAPOULIE (R.) 2005, Analyse préliminaire et discussion sur la nature d’un dépôt dentaire très particulier, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 17, 1-2 : 5-12.

Haut de page

Notes

1  Datation financée par le projet quadriennal 2003-2006 de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine « Gestion sociale des espaces funéraires » coordonné par I. Cartron (Maison de l’Archéologie, Ausonius, Bordeaux 3) et D. Castex.

Haut de page