Navigation – Plan du site

À propos de vestiges humains immatures inédits provenant des niveaux moustériens de Qafzeh

Newly identified immature human remains from the Mousterian levels at Qafzeh
P. Courtaud et A.-m. Tillier
p. 37-45

Résumés

Le site moustérien de Qafzeh a livré au cours de nombreuses campagnes de fouilles les vestiges d’enfants et d’adultes (Vandermeersch 1981 ; Tillier 1999). Quatre os ont été récemment inventoriés à l’Institut de Paléontologie Humaine : leur référence QH 3 (c’est-à-dire Qafzeh 3) pourrait laisser supposer qu’ils proviennent des premières découvertes de R. Neuville. Il s’agit en fait d’os immatures et leur éventuelle appartenance à des sujets déjà reconnus est discutée. Un processus coracoïde pourrait compléter le sujet Qafzeh 21. La reconnaissance d’une phalange moyenne de la main (appartenant probablement à l’enfant Qafzeh 22) ne modifie pas non plus l’effectif des enfants connu (NMI = 8, Tillier ibidem). Les deux derniers os, deux métatarsiens (deuxième et troisième rayons du pied gauche) sont comparés aux os de l’enfant Qafzeh 21 (âgé d’environ 3 ans) qui composent un métatarse gauche complet et les rayons I, II et V pour le côté droit. Les métatarsiens nouvellement décrits proviendraient d’un sujet légèrement plus âgé, peut-être plus jeune que l’enfant Qafzeh 4 (âgé d’environ 7 ans).

Newly identified immature human remains from the Mousterian levels at Qafzeh

Several seasons of excavations at the Mousterian site of Qafzeh have produced many human remains, of both adults and children (Vandermeersch 1981, Tillier 1999). Four human bones were recently inventoried in the collections at the Institut de Paléontologie Humaine in Paris. Their inventory reference QH3 (i.e. Qafzeh 3) could lead to the supposition that they came from Neuville’s first discoveries. This material consists in fact of immature bones and their possible attribution to individuals already known is discussed. The immature bone sample already known (MNI = 8, Tillier ibidem) might incorporate two of the newly inventoried bones: a coracoid process (part of the Qafzeh 21 child) and a middle hand phalanx (probably belonging to Qafzeh 22). By contrast two left metatarsi (second and third) could represent an additional individual, older than Qafzeh 21 (ca. 3 yrs old at death) and younger than Qafzeh 4 (ca. 7 yrs old).

Haut de page

Texte intégral

1Le site de Qafzeh, à proximité de la ville de Nazareth en Galilée, a fait l’objet de deux séries de campagnes de fouilles séparées par plus de trente ans. Les premiers travaux furent réalisés sous la conduite de R. Neuville entre 1933 et 1935 et, durant cette période, les restes osseux représentant, selon leur inventeur, cinq individus furent mis au jour dans les niveaux moustériens. Quatre sujets adultes (Qafzeh 3, 5, 6 et 7), ainsi que quelques éléments crâniens attribués à un enfant (Qafzeh 4),

2furent alors reconnus au sein de la documentation anthropologique. La reprise des fouilles de 1965 à 1979 vint enrichir cette documentation avec la découverte de restes humains dont huit sujets immatures (Qafzeh 9 à 15, 21 et 25), auxquels s’ajoutent plusieurs dents isolées. Qafzeh s’avère donc exceptionnel parmi tous les sites paléolithiques du Levant méditerranéen pour ce qui est de sa richesse anthropologique (Vandermeersch 1981 ; Tillier 1999).

3Lors de la restitution des restes humains issus des fouilles anciennes à l’Institut de Paléontologie Humaine, un inventaire a été dressé en 1990 par P. Paris (Paris 1990) : il fait apparaître l’existence de quatre vestiges portant dans leur marquage une référence à QH3 (sous-entendu Qafzeh 3). Ces éléments inédits sont identifiés ainsi : 1979-QH3-119 (selon Paris : 98, un os sésamoïde), 1979-QH3-Q0-212 et 213 (ibidem : 90, deux métatarsiens d’enfant présentant la même patine) et 1979-QH3-Q0-214 (ibidem, une phalange distale de main d’enfant).

4Suite à l’étude anthropologique menée antérieu-rement par l’un d’entre nous (A-M. Tillier) sur les vestiges humains immatures, il s’avère que le membre inférieur, et tout particulièrement le pied, est peu représenté avec seulement quelques os identifiés pour l’enfant Qafzeh 21, âgé d’environ 3 ans. De plus, cette étude a permis de proposer un regroupement entre des vestiges issus des fouilles de R. Neuville (et attribués à tort par ce dernier à l’enfant Qafzeh 4 âgé d’environ 7 ans, Tillier 1979) et ceux regroupés sous l’appellation Qafzeh 21 correspondant à un enfant plus jeune (Arensburg, Tillier 1983 ; Tillier 1999).

5L’analyse des vestiges inédits comprend deux objectifs : confirmer leur identification et déterminer éventuellement leur appartenance, en se fondant d’une part sur un contrôle des données déjà existantes pour les parties du squelette concernées, d’autre part sur une vérification des identifications proposées auparavant pour l’enfant Qafzeh 21.

Éléments immatures de la ceinture scapulaire et du membre supérieur

1979-QH3-119 : processus coracoïde

6La pièce a été identifiée comme un os sésamoïde adulte. Aucune information, en dehors du libellé, n’est connue quant à sa provenance stratigraphique ou topographique.

7L’adulte Qafzeh 3 provenant d’une zone située à proximité du porche a été découvert en 1934. Selon R. Neuville (in Vandermeersch 1981 : 32) le squelette « était à peu près étendu et couché sur le côté gauche ». En fait, cet individu est représenté par quelques éléments crâniens et infracrâniens. L’examen de la pièce QH3-119 infirme l’identification antérieure : il s’agit en fait d’un centre d’ossification secondaire de scapula correspondant à un processus coracoïde gauche (pl. 1, 11. Ce processus a une forme conique recourbée caractéristique : la longueur totale est de 13,2 mm 2 et le diamètre maximal de la surface de contact avec le corps de la scapula (dont le contour est encore mal délimité) est de 6,5 mm. Du fait de ses dimensions, la pièce provient d’un enfant très jeune, même si ce processus ne se soude à la scapula que tardivement au cours du développement de l’individu. Il n’existe pas dans la littérature spécialisée de données métriques issues de séries de références (âges connus) sur le processus coracoïde. Une comparaison avec des éléments issus de séries archéologiques (série d’époque moderne d’Issoudun inédite, communication personnelle de D. Castex et Y. Leroy-Souquet, tabl. I) conduit à penser que la pièce pourrait relever de la classe 1-4 ans.

8Voir document Annexe n°2

Tabl. I - Dimensions du point d'ossification du processus coracoïde de la scapula.

Table I - Measurements of the unfused scapular coracoid process.

9Aucun vestige non adulte n’a été mis au jour à proximité de l’adulte Qafzeh 3 et nous ne disposons d’aucune indication de terrain privilégiant un rapprochement de cette pièce avec l’un des sujets immatures antérieurement décrits (Tillier 1999). Cependant, du fait soit de la couleur de l’os, soit du stade de développement qu’elle représente (voire des deux paramètres), il est possible d’exclure d’emblée une appartenance à la plupart des enfants (Qafzeh 10 à 15). Seul Qafzeh 21 pourrait éventuellement être concerné et quelques éléments du membre supérieur (extrémités distales d’humérus et de radius droits, plusieurs os des mains droite et gauche) sont connus pour cet enfant, mais jusqu’à présent aucun provenant de la ceinture scapulaire.

1979-QH3-Q0-214 : phalange moyenne de la main (pl. 1, 2)

10La pièce est bien une phalange de main d’enfant, mais son examen ne confirme pas l’identification du rang antérieurement proposée. Son extrémité distale est une trochlée et non une palette unguéale, ce qui exclut le rang distal. Elle est trapue ce qui suggère son appartenance au rang intermédiaire et non proximal.

11La plus grande hauteur de la base se place du côté droit quand l’os repose sur sa face dorsale. Lorsque ce dernier repose sur la face palmaire, la concavité de la diaphyse est plus marquée du côté droit. Il s’agirait plutôt d’une phalange droite. Pour ce qui est du rayon, la sélection est difficile pour des phalanges d’enfant : la comparaison avec des os immatures actuels n’incite pas à trancher entre les rayons II ou III. Quant à préciser l’âge de l’enfant auquel cette phalange a appartenu, la tâche n’est guère plus aisée car les données individuelles sur la croissance des phalanges de la main sont rares.

12Comparée aux phalanges moyennes des rayons II et III de l’enfant Qafzeh 21 (tabl. II), la pièce 1979-QH3-Q0-214 apparaît plus grande qu’il s’agisse du rayon II ou du III : elle pourrait provenir d’un enfant plus âgé. Ceci n’est pas contredit par la comparaison avec les mesures de longueur approximatives provenant des quatre phalanges (rayons II et III droits et gauches) de l’enfant Qafzeh 10, âgé de 6 ans (Tillier 1999, tabl. 41).

13Quelques éléments fragmentaires de membres supérieur et inférieur ont été identifiés à partir du matériel issu des fouilles anciennes rapporté par R. Neuville à Qafzeh 4 et ils ont été regroupés sous l’appellation Qafzeh 22, en l’absence de critères indiscutables pour les attribuer à l’enfant Qafzeh 4 (Tillier 1999 : 117). La phalange nouvellement décrite peut-elle faire partie du même lot ? Cinq phalanges proximales et deux distales sont également connues pour l’adolescent Qafzeh 11 (Tillier ibidem : 153) : si leur couleur comme leur patine ne sont guère éloignées de celles de la pièce 1979-QH3-Q0-214, les dimensions de cette dernière semblent mieux cadrer avec un individu plus jeune, ainsi que le montre le tableau II illustrant une comparaison avec quelques sujets paléolithiques.

14Voir document Annexe n°3

Tabl. II - Dimensions des phalanges moyennes des 2e et 3e rayons de la main. (1) Tillier 1999 ; (2) Kondo, Dodo 2002 ; (3) Trinkaus et al. 2002 ; (4) Madre-Dupouy 1992 ; (5) de Lumley 1973 ; (6) Heim 1982.

Table II - Measurements of the second and third middle phalanges of the hand.

Les métatarsiens

15L’identification des os du pied immature soulève quelques questions méthodologiques, en particulier pour ce qui est du métatarse et des rayons II à IV, car plusieurs des critères appliqués lors de la reconnaissance des os adultes (Courtaud 1989), notamment au niveau de l’extrémité proximale, font défaut sur un os immature. De plus, dans la littérature spécialisée, des données morphométriques sur les métatarsiens d’enfants actuels ne sont pas disponibles au-delà du stade périnatal (Fazekas, Kósa 1978 ; Duday et al. 1995 ; Scheuer, Black 2000). Il en résulte que les publications relatives à ces éléments pour des enfants du Paléolithique ne comportent aucune donnée comparative avec des populations récentes. Nous avons donc utilisé des données issues de séries archéologiques (âges estimés selon des critères dentaires et osseux) afin d’établir un premier diagnostic.

1979-QH3-Q0-213 (pl. 1, 4, 5)

16L’os est pratiquement complet en dépit d’une légère érosion de la base. La diaphyse présente un faible diamètre transversal et une torsion latérale en direction proximale très faible qui s’accorde avec celle du deuxième rayon. Le critère le plus immédiat pour déterminer le côté est, comme pour l’adulte, l’obliquité de la base en vue dorsale. Malheureusement le bord dorsal de celle-ci est trop érodé. La présence à gauche de la tubérosité inter-métatarsienne, la déviation planto-latérale de l’extrémité distale et la présence du trou nourricier sur la face latérale de la diaphyse constituent les critères qui permettent de proposer un deuxième métatarsien gauche d’enfant.

17Du point de vue morphologique, l’extrémité proximale présente un relief latéral tourmenté, plano-concave. Du côté médial le relief moins prononcé avec une petite dépression verticale, qui pourrait indiquer la présence d’un os inter-métatarsien, ce dernier étant toujours médial, confirme l’appartenance au rayon II.

1979-QH3-Q0-212 (pl. 1, 3, 5)

18Cet os, très légèrement plus grand que le précédent, montre une légère érosion sur le contour de son extrémité distale et sur l’un des côtés de la diaphyse, celle-ci présentant une torsion déviée vers la gauche. L’axe de la surface proximale est dans le plan vertical tandis que celui de la surface distale se trouve dévié à gauche. Il s’agit d’un os gauche. L’obliquité de la base, du fait de la convexité de cette dernière, est difficile à voir. Le foramen nourricier s’ouvre sur la face gauche de la diaphyse.

19Sur le spécimen 1979-QH3-Q0-212, près de l’extrémité proximale et en position latérale, la tubérosité est très discrète, attestant d’une insertion du ligament inter-métatarsien peu développée. Du côté médial, en dépit de l’érosion, le relief apparaît plano-concave. La différence de taille très légère avec l’os précédent ainsi que la torsion diaphysaire indiquent qu’il s’agit d’un troisième métatarsien, si les deux pièces proviennent du même individu, ce qui semble l’hypothèse la plus parcimonieuse compte tenu de l’aspect externe et de la patine des deux os.

20En conclusion, les pièces 1979-QH 3-Q0-213 et 212 représentent les rayons II et III d’un métatarse gauche de jeune enfant. Il s’avère donc nécessaire de reprendre les seuls vestiges du métatarse juvénile identifiés jusqu’alors dans le site, ceux de l’enfant Qafzeh 21 (Tillier 1999), afin de comparer les stades de développement et de se prononcer sur un éventuel regroupement.

Reconsidération des métatarsiens de Qafzeh 21 (pl. 1, 6)

21Les métatarsiens connus pour l’enfant Qafzeh 21 seraient au nombre de sept (Tillier 1999 : 62). Les rayons I et V ne posent aucun problème d’identification et notre attention a donc porté sur les autres rayons, dont le second et le troisième.

Métatarsien II gauche

22Du fait de l’altération post mortem de la diaphyse, la position du trou nourricier (peut-être était-il latéral car un petit orifice est en partie conservé) comme la torsion diaphysaire, sont difficiles à observer. Pour cette dernière, la différence entre les axes verticaux des extrémités permet une appréciation : quand l’axe de l’extrémité proximale est placé dans un plan strictement vertical, celui de l’extrémité opposée a une direction légèrement déviée du côté planto-latéral et ce caractère va indubitablement dans le sens du côté gauche. Cette latéralisation va à l’encontre de celle antérieurement proposée (Tillier 1999) tandis que l’absence de torsion suggère bien un deuxième rayon.

23Au niveau de l’extrémité postérieure, la face latérale montre une grande surface articulaire qui se développe sur toute la hauteur, tandis que du côté opposé, l’érosion empêche l’observation de contact articulaire.

Métatarsien II droit

24La pièce fragmentée n’avait pas été identifiée antérieurement ; en fait, une fois restaurée, elle apparaît quasi-complète, en dehors d’un petit fragment de diaphyse. Le trou nourricier est à droite et se développe dans le sens disto-proximal. En vue dorsale, le bord supérieur de la base est oblique vers l’arrière et vers la droite. Ce caractère est très marqué et indique sans aucun doute que ce métatarsien appartient au côté droit. Du côté médial de la base, se développe une surface articulaire bilobée plus importante à l’angle dorsal, la face opposée montre la même configuration.

25La torsion diaphysaire et la saillie du tubercule proximo-latéral se placent dans les variations des 2e et 3e rayons. Nous avons choisi l’étude comparative avec les pièces homolatérales et la meilleure symétrie est avec le 2e rayon. Les longueurs et diamètres au milieu de la diaphyse sont identiques, mais les dimensions sont plus grandes pour l’extrémité proximale (cf. tabl. III). Celle-ci apparaît plus « globuleuse » mais la différence de taille avec l’os symétrique gauche nous paraît compatible avec une variation individuelle et les circonstances de la découverte excluent qu’il s’agisse d’un sujet supplémentaire.

Métatarsien III gauche

26Cette pièce est complète, sans altération de la surface, mais aucun trou nourricier n’est observable. La différence d’angulation entre les deux extrémités est un peu plus marquée que pour la pièce précédente. Ainsi en vue dorsale, la torsion diaphysaire est planto-latérale en direction distale. Ces deux critères parlent en faveur d’un métatarsien appartenant au côté gauche, ce qui confirme le diagnostic antérieur (Tillier 1999). La torsion diaphysaire un peu plus prononcée, la longueur un peu plus faible suggèrent qu’il s’agit d’un troisième métatarsien.

27L’angle plantaire de la base est incomplet et seul le bord dorsal est observable. Sur la face latérale de la base se développe une surface articulaire dorsale moins étendue que celle du 2e rayon, tandis que sur la face symétrique, l’articulation occupe une surface un peu plus grande.

28Voir document Annexe n°4

Tabl. III - Dimensions des 2e et 3e métatarsiens. (1) Tillier 1999 ; (2) McCown, Keith 1939 ; (3) Kondo, Dodo 2002 ; (4) Madre-Dupouy 1992 ; (5) Trinkaus et al. 2002.

Table III - Measurements of the second and third metatarsi.

Métatarsien IV gauche

29C’est une diaphyse de métatarsien dont il manque l’extrémité proximale. Cette diaphyse présente un trou nourricier situé à droite avec une direction disto-proximale, ce qui laisserait supposer, comme cela a été auparavant suggéré (Tillier 1999), un métatarsien droit. En revanche si le critère retenu est la torsion diaphysaire, ce serait un os gauche, une latéralité confirmée par l’obliquité de l’extrémité distale déviée vers la gauche.

30L’absence de la base rend plus difficile la détermination du rayon représenté par ce métatarsien. Cependant quand on dispose côte à côte cet os et les deux autres métatarsiens, sa taille et son calibre cadrent bien avec le fait que cette diaphyse appartienne au 4e rayon. Les critères osseux liés à ce rayon sont une torsion diaphysaire marquée en relation avec un tubercule plantaire proximo-latéral saillant et une base dont les bords en vue dorsale sont parallèles. Malheureusement la fragmentation limite l’observation de ces caractères et nous devons nous en tenir à l’étude comparative qui semble la plus pertinente pour faire de ce fragment le 4e rayon du pied gauche.

31En conclusion pour l’enfant Qafzeh 21 huit (et non sept) métatarsiens sont ainsi inventoriés, dont cinq composent un métatarse gauche complet auxquels s’ajoutent trois os du côté symétrique. La comparaison de ces métatarsiens avec ceux décrits plus haut (2e et 3e métatarsiens gauches) confirme que nous sommes en présence pour ces derniers d’un second enfant qui, sur la base des dimensions des os (tabl. III), serait un peu plus âgé.

32Une remarque d’ordre méthodologique peut être formulée à propos de l’emploi de la position du trou nourricier dans la latéralisation de métatarsiens isolés. Un bilan des localisations des trous nourriciers dans le cas de Qafzeh 21 démontre que l’existence et la localisation de ceux-ci sur la diaphyse n’est pas conforme pour deux d’entre eux. Ainsi le trou nourricier est absent sur le 3e métatarsien gauche alors que la pièce est intacte ; il est médial à direction disto-proximale sur le 4e métatarsien gauche. Le trou nourricier a donc une position et une orientation d’ouverture qui peuvent varier ; ces « anomalies » semblent en accord avec les variations anatomiques connues pour les os adultes et incitent à la prudence dans le choix de ces critères pour une latéralisation des os.

Comparaison métrique et morphologique

33Comme nous l’avons dit, la documentation disponible en terme de métrique pour les os du pied de l’enfant est rare du fait de la disparité des découvertes fossiles mais aussi de l’absence de données pour les enfants issus de séries de référence (âges connus). Les seules informations publiées pour des os complets 3 d’enfants du Paléolithique moyen et supérieur relevant de stades de développement voisins proviennent de deux fossiles européens (Roc de Marsal et Lagar Velho) et de trois du Proche-Orient (Dederiyeh 1, Skhul 1 et Qafzeh 21).

34Les dimensions des métatarsiens 1979-QH3-Q0-213 et -212 dépassent celles de l’enfant Qafzeh 21 (tabl. III). Les longueurs diaphysaires sont supérieures à celles des enfants de Dederiyeh 1 et Roc de Marsal, s’intégrant mieux avec les données disponibles pour l’enfant de Lagar Velho, dont l’âge au décès est situé entre 4,5 et 5 ans (Hillson, Holliday et al. in Zilhao, Trinkaus 2002). Les deux métatarsiens 1979-QH3-Q0-213 et 212 pourraient représenter un individu juvénile plus âgé que l’enfant Qafzeh 21, mais une comparaison engagée avec des sujets issus de séries archéologiques d’âges dentaires estimés (collection médiévale de Cognac St-Martin (Charente-Maritime), Hervouet-Mauer 1992 ; série d’époque moderne d’Issoudun (Indre) inédite, communication personnelle de D. Castex et Y. Leroy-Souquet ; tabl. IV), rendant compte de la variation individuelle, ne permet pas de trancher de façon définitive.

35Du point de vue morphologique 4, comme de celui de la robustesse des os, il n’est guère possible d’établir une distinction parmi les différents spécimens fossiles. Cette remarque rejoint les conclusions formulées antérieurement pour les os du pied d’enfants du Paléolithique par plusieurs auteurs (McCown, Keith 1939 ; Heim 1982 ; Trinkaus 1983 ; Tillier 1999).

36Voir document Annexe n°5

Tabl. IV - Dimensions des 2e et 3e métatarsiens actuels.

Table IV - Measurements of the second and third metatarsi taken from recent archeological samples.

Conclusions

37Les vestiges osseux immatures, jusqu’alors inédits, de Qafzeh pourraient représenter, au minimum, un individu supplémentaire avec les deux métatarsiens, tandis que l’appartenance des deux autres pièces à des individus déjà connus (notamment Qafzeh 21 pour le processus coracoïde) n’est pas à exclure. Quant à la révision des métatarsiens de l’enfant Qafzeh 21, elle conduit à identifier un métatarse gauche complet auquel s’ajoutent trois métatarsiens droits. Du point de vue morphométrique, rien ne permet de distinguer ces différents vestiges de ceux des enfants plus récents.

Remerciements

38L’étude du matériel inédit à l’Institut de Paléontologie Humaine a été possible grâce à l’aimable autorisation accordée par MM. les Professeurs Henri de Lumley et François Semah. Les auteurs tiennent à remercier Dominique Grimaud-Hervé pour sa constante disponibilité, ainsi que Dominique Castex et Ysabelle Leroy-Souquet qui ont bien voulu mettre à leur disposition les os du site d’Issoudun, et Brigitte Boissavit-Camus qui a confié une des séries de Cognac Saint-Martin au Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé de Talence. Que soit enfin remercié le Département d’Anthropologie et d’Anatomie de l’Université de Tel Aviv et, tout spécialement, Baruch Arensburg, pour son soutien attentif.

Haut de page

Bibliographie

Arensburg (B.), Tillier (A-M.) 1983, A New Mousterian child from Qafzeh (Israel): Qafzeh 4a, Bulletin et Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris 10: 61-69.

Courtaud (P.) 1989, Deux os du pied provenant des niveaux moustériens de la grotte de Kebara (Israël), Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 1-2 : 45-58.

Duday (H.), Laubenheimer (F.), Tillier (A-M.) 1995, Sallèles-d’Aude. Nouveau-nés et nourissons gallo-romains. Les Belles Lettres, Paris, Annales Littéraires de l’Université de Besançon 563 ; Centre de Recherches d’Histoire Ancienne 144, série Amphores 3.

Fazekas (I.G.), Kósa (F.) 1978, Forensic Fetal Osteology, Budapest, Akadémiai Kiadô.

Heim (J-L.) 1982, Les enfants néandertaliens de La Ferrassie, Fondation Singer Polignac, Paris, Masson.

Hervouet-Mauer (C.) 1992, Les enfants de Cognac Saint-Martin (cahrente) : âge au décès, Physiopathologie dentaire, Mémoire ed DEA, Université Bordeaux 1 (inédit).

Kondo (O.), Dodo (Y.) 2002, The Postcranial Bones of the Neanderthal Child of Burial 1, in T. Akazawa, S. Muhesen (eds), Neanderthal Burials, Excavations of the Dederiyeh Cave, Afrin, Syria: 139-214.

Lumley de (M.A.) 1973, Anté-néandertaliens et Néandertaliens du Bassin Méditerranéen occidental européen, Études Quaternaires, Mémoire 2, Marseille, Université de Provence.

McCown (T.D.), Keith (A.) 1939, The Stone Age of Mount II: The fossil human remains from the Levalloiso-Mousterian, Oxford, Clarendon Press.

Madre-Dupouy (M.) 1992, L’enfant néandertalien du Roc de Marsal. Étude analytique et comparative, Cahiers de Paléoanthropologie, Paris, Éditions du CNRS.

Paris (P.) 1990, Inventaire des restes humains découverts par R. Neuville dans les niveaux moustériens de la grotte de Qafzeh (Israël), Mémoire DEA Quaternaire : Géologie, Paléontologie Humaine et Préhistoire, Museum National d’Histoire Naturelle, Paris, (inédit).

Scheuer (L.), Black (S.) 2000, Developmental Juvenile Osteology, London, Academic Press.

Tillier (A-M.) 1979, Restes crâniens de l’enfant moustérien Homo 4 de Qafzeh (Israël), Paléorient 5 : 93-120.

Tillier (A-M.) 1999, Les enfants moustériens de Qafzeh. Interprétation phylogénétique et paléoauxologique, Paris, Cahiers de Paléoanthropologie, CNRS Éditions

Trinkaus (E.) 1983, The Shanidar Neandertals, New York, Academic Press.

Trinkaus (E.), Ruff (C.B.), Esteves (F.), Santos Coelho (J.M.), Silva (M.), Mendonça (M.) 2002, The Lower limb Remains, in J. Zilhao, E. Trinkaus (eds), Portrait of the artist as a child. The Gravettian Human Skeleton from the Abrigo do Lagar Velho ad its archeological Context, Trabalhos de Arqueologia 22, Lisboa, p. 435-488.

Valladas (H.), Reyss (J.L.), Joron (J.L.), Valladas (G.), Bar Yosef (O.), Vandermeersch (B.) 1988, Thermoluminescence dating of Mousterian “Proto-cro-magnon” remains from Israel and the origin of Modern man, Nature 331: 614-616.

Vandermeersch (B.) 1981, Les Hommes Fossiles de Qafzeh (Israël), Cahiers de Paléoanthropologie Paris, Éditions du CNRS.

Haut de page

Notes

1 C’est à H. Duday que revient le diagnostic lors d’un travail conduit en collaboration avec l’un d’entre nous (A-M.Tillier).
2 Cette dimension est médio-latérale.
3 Ne sont pas retenus dans la comparaison les os de Skhul VIII pour lesquels McCown et Keith ont ajouté 5 mm arbitrairement pour les rayons II et III puisque l’extrémité distale n’était pas conservée (1939 : 342).
4 Aucune information n’est donnée par les auteurs quant à la configuration et à la position des trous nourriciers pour les différents os fossiles.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

P. Courtaud et A.-m. Tillier, « À propos de vestiges humains immatures inédits provenant des niveaux moustériens de Qafzeh », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 17 (1-2) | 2005, mis en ligne le 03 janvier 2008, consulté le 22 juin 2017. URL : http://bmsap.revues.org/883

Haut de page

Auteurs

A.-m. Tillier

UMR 5199, PACEA, Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé, Université Bordeaux 1, avenue des Facultés, 33405 Talence CEDEX, France

Articles du même auteur

P. Courtaud

UMR 5199, PACEA, Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé, Université Bordeaux 1, avenue des Facultés, 33405 Talence CEDEX, France, e-mail : p.courtaud@anthropologie.u-bordeaux1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page